<i>Napoleonica La Revue</i>, revue internationale d'histoire des Premier et Second Empires napoléoniens, articles, bibliographies, documents, comptes rendus de livres, en français et en anglais : n° 19, juin 2014
IN ENGLISH

Pour découvrir l'histoire napoléonienne, pas à pas, parfaire ses connaissances et poursuivre des recherches personnelles, pour tous les amateurs et les historiens passionnés, laissez-vous guider parmi un riche ensemble d'articles et de dossiers thématiques, d'images commentées, d'outils pour travailler.

Enrichissements récents :

Chronologies : Les grandes étapes de la campagne du Mexique (de 1861 à 1867)
Images : Photographie : La princesse Clotilde et son fils Victor Napoléon
Dossier thématiques : Louis-François Lejeune (1775-1848) général, peintre et mémorialiste

NAPOLEONICA LA REVUE

La revue
anglegauche angledroit
 
 

BIOGRAPHIES

BERNARD (1813-1878) Claude, physiologiste, chercheur


Héritier des lumières tout en étant considéré comme un père de la science expérimentale actuelle, Claude Bernard a à la fois inspiré les chercheurs qui lui étaient contemporains dans leur démarche tout en s'opposant assez vigoureusement au courant dominant du XIXe siècle qui est aux grands ensembles, aux grandes théories globales. Bernard a une autre conception de la science qui ne doit être qu'hypothèses et vérification par l'expérience de cette hypothèse.

<i>Claude Bernard en buste dans un oval</i>© Musée d'Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Alexis Brandt

Claude Bernard en buste dans un oval© Musée d'Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Alexis Brandt

Claude Bernard est né le 12 juillet 1813 dans le Beaujolais où son père est vigneron. Dans le début des années 1830, il semble avoir hésité entre des études scientifiques qui ne le passionnent pas et une carrière littéraire où il n'excelle pas : il échoue au bac, devient commis de pharmacie dans la banlieue lyonnaise et écrit un drame, Arthur de Bretagne, qui ne rencontre pas le succès. Il fait alors médecine, bien que peu inspiré par la pratique elle-même, et devient interne en hôpitaux en 1839.
 
C'est sa rencontre avec François Magendie (1783-1855), médecin et physiologiste membre de l'Académie des sciences, qui sera décisive : ce dernier propose à Bernard de devenir son préparateur. Le jeune homme se tourne alors définitivement vers une brillante carrière dans la recherche en physiologie et succède à son maître en 1855.
 
Ses travaux portent sur les mécanismes de l'organisme humain dont il rend compte grâce à l'expérimentation sur les animaux : « Avec mon crochet à la main et ma hotte dans le dos, je parcours le domaine de la science et je ramasse ce que je trouve », dira-t-il pour décrire son métier.

La dissection d'oreilles de lapin l'aide à comprendre le mécanisme de la circulation sanguine dans les capillaires ; celle de viscères de chien lui permet de découvrir l'action des sucs gastriques. Formation du diabète, rôle du pancréas, principes de la chaleur animale et du milieu intérieur ne sont que quelques exemples de ses découvertes.
 
Les honneurs ne se font pas attendre : on sait qu'en 1864 Napoléon III et Eugénie le reçoivent à Compiègne. Quand l'Empereur le presse de formuler un voeu, le scientifique se borne à lui demander un préparateur pour l'assiter ; il deviendra sénateur en prime.
 
Plus encore que ses découvertes elles-mêmes, c'est avant tout son protocole expérimental qui a durablement marqué les sciences. Il peut être résumé ainsi : au départ naît une hypothèse, souvent intuitive, que des expériences vont tester ; leurs résultats vont conditionner la validation et l'invalidation de l'hypothèse de départ et déterminer une nouvelle hypothèse et de nouvelles expérimentations. Ainsi, les faits, les constats observables sont toujours au coeur de la démarche qui demande rigueur dans les conditions d'établissement de l'expérimentation et exercice permanent du principe de doute. C'est ce processus qu'il décrit dans son ouvrage capital paru en 1865, reconnu aussitôt en France comme à l'étranger : l'Introduction à l'étude de la médecine expérimentale. L'oeuvre et son auteur influenceront toute une génération de chercheurs, à commencer par Pasteur (avec lequel il entretient des relations en dents de scie) ou Berthelot, mais également des auteurs à l'exemple de Zola, qui fait de Bernard son modèle pour le Docteur Pascal. Son oeuvre est décisive en épistémologie pour beaucoup de philosophes : Bergson placera ainsi l'Introduction à la médecine expérimentale au niveau du Discours de la méthode.
 
Claude Bernard décède à Paris, le 10 février 1878.
 


D'après le Dictionnaire du Second Empire, dir. Jean Tulard, Éditions Fayard, 1995 : notice : Jean-François Lemaire
Avec l'aimable autorisation des Éditions Fayard  

Autre source en ligne : site web (bilingue français/anglais) consacré à Claude Bernard par Peter Wise, endocrinologue et ancien chef de service à l'hôpital Charing Cross, et chercheur à l'école de médecine, Imperial Collège à Londres

 
     
 
 

 Retour page d'Accueil

 Retour page de Section

 Retour page de Rubrique

 

 

 

 

 Imprimer

Ajouter à votre sélection

 
 

Voir les fiches précédentes :

OK


Voir la liste des fiches selon la catégorie :


 
 

Haut de page

 
 
Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | ISSN 2272-1800