<i>Napoleonica La Revue</i>, revue internationale d'histoire des Premier et Second Empires napoléoniens, articles, bibliographies, documents, comptes rendus de livres, en français et en anglais : n° 19, juin 2014
IN ENGLISH

Du néoclassicisme à l’éclectisme, des prémices du romantisme à celles de l’impressionnisme, l’art des périodes napoléoniennes est multiple et continue de fasciner chercheurs, collectionneurs et simples amateurs. Amoureux des beaux-arts ou fin connaisseur des arts décoratifs, venez ici partager votre passion.

Enrichissements récents

Agenda : Théâtres romantiques à Paris
Presse et publications : On en parle
Tableau du mois : Groupe de chênes, Apremont
anglegauche angledroit
L'objet des mois précédents - Le Prince impérial et son chien Néro
   

L'OBJET DES MOIS PRÉCÉDENTS


Objet d'art, objet souvenir, objet rare à redécouvrir, retrouvez chaque mois un nouvel objet.

Pour tout renseignement, contactez-nous.

   

 Retour en page d'Accueil

 Retour page de Section

 Pour voir les objets
des mois précédents

 

 

 

 

 Imprimer

Ajouter à votre sélection

 
     

Le Prince impérial et son chien Néro

Agrandir


   

Auteur :
CARPEAUX Jean-Baptiste (1827-1875)

Date :
1865

Technique :
marbre

Dimensions :
H. 1,40 m; L. 0,65 m; P. 0,61 m

Lieu de conservation :
Paris, musée d'Orsay


Commentaires

Introduit à la cour par la princesse Mathilde vers 1863, Carpeaux devint grâce à elle le professeur de dessin et de modelage du Prince impérial. Fin 1864, il fut chargé de réaliser le portrait de son jeune élève. C'est en fait une double commande qui lui fut passée, l'impératrice souhaitant un buste et l'empereur préférant un portrait en pied. Les séances de pose débutèrent en avril 1865 dans un atelier aménagé dans l'Orangerie du jardin des Tuileries. L'artiste modela plusieurs portraits de l'enfant alors âgé de 9 ans : en buste nu, en costume de grenadier, en pied un chapeau à la main et, enfin, ce portrait avec son chien Néro. Le 6 mai, le plâtre fut dévoilé à l'impératrice et à sa suite suscitant des « bravos inouïs ». Le même succès attendait la présentation de l'oeuvre en marbre au Salon de 1866. On lui trouva la grâce d'un « chanteur florentin » en costume moderne.

Au-delà de l'effigie officielle du jeune prince, Carpeaux a composé un groupe dont le sujet touchant ne pouvait que rencontrer un grand succès public. Le petit garçon, debout, pose la main sur le collier du chien, un braque qui s'enroule autour de ses jambes. Cette attitude naturelle et la tête tendue du chien vers son maître expriment toute l'émouvante tendresse de la relation entre l'enfant et l'animal. La simplicité du vêtement civil, une veste courte de velours et une culotte bouffante, renforce cette impression de naturel. Le Prince impérial apparaît ici sans distinction de rang. Cette absence de référence au pouvoir impérial explique que le groupe sculpté continua à être diffusé même après la chute de l'Empire sous le titre, L'enfant au chien. De multiples réductions de tailles différentes furent éditées en terre cuite, en bronze, en biscuit de Sèvres, en porcelaine, etc.

Le Prince impérial et son chien Néro suivit la famille impériale en exil. Après un passage à Arenenberg, l'oeuvre fut envoyée à Farnborough où elle fut placée dans la chapelle funéraire après la mort du Prince en 1879. Elle entra dans les collections nationales en 1930. En 1927, le prince Napoléon offrit un tirage en bronze de ce charmant groupe sculpté pour le mausolée du Prince impérial, toujours visible face aux jardins du château de Malmaison.
 
Karine Huguenaud

Le musée des Beaux Arts de Valenciennes propose jusqu'au 22 mars 2012 Carpeaux et le Prince impérial, une présentation temporaire des dessins préparatoires et des études exécutés par l'artiste.

 
   
 

Voir les objets des mois précédents :

 OK

Haut de page
 
Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | ISSN 2272-1800