<i>Napoleonica La Revue</i>, revue internationale d'histoire des Premier et Second Empires napoléoniens, articles, bibliographies, documents, comptes rendus de livres, en français et en anglais : n° 19, juin 2014
IN ENGLISH

Du néoclassicisme à l’éclectisme, des prémices du romantisme à celles de l’impressionnisme, l’art des périodes napoléoniennes est multiple et continue de fasciner chercheurs, collectionneurs et simples amateurs. Amoureux des beaux-arts ou fin connaisseur des arts décoratifs, venez ici partager votre passion.

Enrichissements récents

Tableau du mois : Groupe de chênes, Apremont
Objet du mois : Bijou de chevalier de l'ordre de l'Éléphant de Napoléon Ier
Agenda : Théâtres romantiques à Paris
anglegauche angledroit
L'objet du mois - Traité de la 7e coalition - Alliance de la Grande Bretagne avec le Roi de Sardaigne contre Napoléon (Traités du 25 mars et du 9 avril 1815)
   

L'OBJET DU MOIS


Objet d'art, objet souvenir, objet rare à redécouvrir, retrouvez chaque mois un nouvel objet.

Pour tout renseignement, contactez-nous.

   

 Retour en page d'Accueil

 Retour page de Section

 Pour voir les objets
des mois précédents

 

 

 

 

 Imprimer

Ajouter à votre sélection

 
     

Traité de la 7e coalition - Alliance de la Grande Bretagne avec le Roi de Sardaigne contre Napoléon (Traités du 25 mars et du 9 avril 1815)

Traité de la 7e coalition - Alliance de la Grande Bretagne avec le Roi de Sardaigne contre Napoléon, Coll. particulière © Fondation Napoléon
Agrandir


Traité de la 7e coalition - Alliance de la Grande Bretagne avec le Roi de Sardaigne contre Napoléon, Coll. particulière © Fondation Napoléon
   

Auteur :
ANONYME

Date :
1815

Dimensions :
H. 37 cm; L. 18 cm

Lieu de conservation :
Collection particulière

Crédits :
© Fondation Napoléon

Commentaires

Cet exemplaire authentique, sur lequel a été apposé le Sceau royal de la Grande-Bretagne, a été signé par le prince régent, futur Georges IV, et par le ministre des affaires étrangères anglais, Lord Castlereagh (cf. agrandissement). Il s'agit de l'exemplaire officiel de la Grande-Bretagne sur lequel le sceau a été apposé par le Lord Chancellor (le garde des sceaux), Lord Eldon (cf. agrandissement).


La nouvelle fit sensation au congrès de Vienne lorsqu'elle fut connue : Napoléon s'était échappé de l'île d'Elbe. Après quelques entretiens houleux, un accord fut trouvé entre les quatre grandes puissances encore assemblées : la Russie, la Prusse, l'Autriche et l'Angleterre.

Il était particulièrement sévère vis-à-vis de Napoléon. La déclaration du 13 mars affirmait notamment que « Napoléon Buonaparte s'est placé hors des relations civiles et sociales, et que, comme ennemi et perturbateur du repos du monde, il s'est livré à la vindicte publique ». Les puissances s'engageaient à employer tous leurs moyens et à réunir tous leurs efforts « pour que la paix générale, objet des voeux de l'Europe et but constant de leurs travaux, ne soit pas troublée de nouveau ». L'Europe entière était en train de se liguer contre un seul homme, fait rare dans l'histoire mondiale.

Cette déclaration, affichée à la hâte, ne retarda en rien la remontée de l'Empereur vers Paris, mais elle fut suivie par le protocole et le traité du 25 mars qui furent signés par la quasi-totalité des pays d'Europe. Il y était décidé d'éloigner du pouvoir Napoléon par la force. Le traité, dit de la quadruple alliance, était « uniquement dirigé dans le but de soutenir la France ou tout autre pays envahi contre les entreprises de Buonaparte ». Une clause secrète (ici non présente) précisait que l'Angleterre s'engageait à financer et équiper toute mobilisation militaire destinée à abattre Napoléon.
 
Le traité du 25 mars fut d'abord signé par les puissances dites de premier rang, citées plus haut. Les autres puissances, dites de second ordre, furent ensuite invitées à y adhérer également sans pouvoir toutefois y apporter modification.
L'exemplaire présenté ici témoigne de l'adhésion du royaume de Piémont-Sardaigne à l'effort de guerre. Tous les États, petits ou grands, suivirent l'exemple de ce royaume entre la fin mars et le début avril 1815.

Après cet engagement d'une Europe à nouveau coalisé contre l'empereur des Français, la guerre était inéluctable. Le traité prévoyait d'engager de telles forces militaires que la défaite de Napoléon était en quelque sorte programmée. Un désastre militaire comme celui de Waterloo ne pouvait être évité.
 
Pierre Branda, février 2015
 
Ce traité sera présenté lors de l'exposition « Le congrès de Vienne » qui se déroulera du 7 avril au 30 juillet prochain au musée Carnavalet, en partenariat avec le ministère des Affaires étrangères, les Archives nationales et la Fondation Napoléon.

 
   
 

Voir les objets des mois précédents :

 OK

Haut de page
 
Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | ISSN 2272-1800