Questionnaire pour connaître les souhaites des internautes
IN ENGLISH

Du néoclassicisme à l’éclectisme, des prémices du romantisme à celles de l’impressionnisme, l’art des périodes napoléoniennes est multiple et continue de fasciner chercheurs, collectionneurs et simples amateurs. Amoureux des beaux-arts ou fin connaisseur des arts décoratifs, venez ici partager votre passion.

Enrichissements récents

Tableau du mois : Groupe de chênes, Apremont
Objet du mois : Bijou de chevalier de l'ordre de l'Éléphant de Napoléon Ier
Presse et publications : On en parle
anglegauche angledroit
Le tableau des mois précédents - Groupe de chênes, Apremont
   

LE TABLEAU DES MOIS PRECEDENTS

Chef-d'œuvre célèbre ou toile de petit maître méconnu, retrouvez ou découvrez chaque mois un nouveau tableau.

Pour tout renseignement, contactez-nous.

   

 Retour page d’Accueil

 Retour page de Section

 Pour voir les autres fiches

 

 

 

 

 Imprimer

Ajouter à votre sélection

 

Groupe de chênes, Apremont

© RMN <br>

© RMN

   

Auteur
ROUSSEAU Théodore (1812 -1867)

Date
1850 -1852

Technique
huile sur toile

Dimensions
H. 63,5 cm; L. 99,5 cm

Lieu de conservation
Paris, musée du Louvre

Commentaires

Après avoir subi l'arbitraire des jurys des Salons sous la Monarchie de Juillet, "l'éternel refusé" Théodore Rousseau accéda à la reconnaissance sous la Seconde République. Le Second Empire lui apporta à son tour la consécration officielle qu'il avait tant attendue. Fait chevalier de la Légion d'honneur en 1852, officier en 1867, il fut même convié à une "série" du château de Compiègne en 1865. Appartenant aux fondateurs de l'Ecole de Barbizon, du nom du petit village en lisière de la forêt de Fontainebleau où il avait commencé à peindre à l'hiver 1836-37, Rousseau était enfin reconnu et respecté comme l'un des grands paysagistes du XIXe siècle. Insatiable observateur de la nature, cet artiste insatisfait mena jusqu'à la fin de sa carrière en 1867 des expérimentations picturales dont certaines annoncent l'impressionnisme.

Se qualifiant lui-même "d'homme des forêts", le peintre n'avait qu'une seule religion, celle la nature qu'il contemplait sans relâche à Fontainebleau, multipliant dessins et études avant de toujours retravailler en atelier ses compositions finales. Les arbres surtout occupent la place centrale de son oeuvre. Rousseau les considérait comme des êtres, au point d'appeler les dessins qu'il faisait d'eux des portraits. Et c'est bien un portrait de groupe, celui de quelques chênes dans les gorges d'Apremont, qu'il a mis en scène dans cette toile présentée au Salon de 1852.
Sous un ciel clair pommelé, quelques silhouettes majestueuses se dressent dans la chaleur de l'été offrant leur ombre à un troupeau de bêtes et à leur gardien. L'humain tient une place infime, comme dans tout l'oeuvre de Rousseau, mais il n'y a pas d'écrasement dans cette disproportion. La conception romantique du paysage s'efface au profit d'un naturalisme dénué de velléité de séduction. C'est la réalité de la lumière verticale et écrasante du soleil de midi que l'artiste a voulu saisir. Exposée de nouveau avec 12 autres tableaux du peintre à l'Exposition universelle de 1855, cette oeuvre faisait partie de la collection du duc de Morny lors de sa vente en 1865.
 
La communion panthéiste que vivait Rousseau avec la nature s'exprima en 1852 à l'occasion d'une pétition qu'il envoya à Napoléon III par l'intermédiaire du duc de Morny. Il y protestait contre l'exploitation commerciale des arbres et des rochers de la forêt de Fontainebleau, notamment au Bas-Bréau près de sa maison à Barbizon, qualifiant de "carnage" et de "condamnation à mort" les abattages et réclamant la protection du site. Une étude de la forêt suivit la pétition de Rousseau et, en 1863, l'Empereur signait un décret réservant 1097 hectares " au plaisir exclusif du promeneur et de l'artiste ", créant ainsi la première réserve naturelle dans la forêt de Fontainebleau.
 
Karine Huguenaud

   
   

 

Voir les tableaux des mois précédents :

 OK

Haut de page

 

 

Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | Napoleon.org - ISSN 2272-1800