Livres numériques, documents numérisés, brochures numérisées, provenant de la Bibliothèque de la Fondation Napoléon : voir les nouveautés !
IN ENGLISH

Reconnue d'utilité publique en 1987, la Fondation Napoléon encourage la recherche
en Histoire des périodes napoléoniennes, du Consulat, du Premier et du Second Empire,
favorise l'accès aux connaissances, et participe à la sauvegarde du patrimoine napoléonien.


anglegauche angledroit
 
 

BOURSES D'ETUDES

Les laurÉats des annÉes prÉcÉdentes

Il y a une vie après des années de recherches et une thèse brillamment soutenue !
Voici le parcours de quelques-uns des boursiers de la Fondation Napoléon.
"Photographie" réalisée le 12 novembre 2013.

  •   Eric Anceau, lauréat des Bourses en 1993, lauréat du Prix d’Histoire Second Empire en 2000
    Maître de conférences à l'Université Paris IV Sorbonne, où il enseigne l'histoire du XIXe siècle, Eric Anceau est chercheur associé au Centre de recherches en histoire du XIXe siècle, à l'IRCOM et à l'IHMC, vice-président du Comité d'histoire parlementaire et politique, rédacteur en chef des Nouveaux cahiers du Second Empire, rédacteur en chef adjoint d'HES, membre du comité de rédaction de Parlement(s), Revue d'histoire politique et conseiller scientifique de la Fondation Carnot.
    En 2000, il a reçu le Prix Second Empire de la Fondation Napoléon, pour son Dictionnaire des députés du Second Empire, et son étude sur Les députés du Second Empire : prosopographie d'une élite du XIXe siècle.


  •   Arnaud Bertinet, lauréat des Bourses en 2004
    Le samedi 3 décembre 2011 à l'INHA, Arnaud Bertinet, boursier de la Fondation Napoléon en 2004, a soutenu sa thèse de doctorat, portant sur La politique artistique du Second Empire : l'institution muséale sous Napoléon III et a obtenu la mention « très honorable » et les félicitations du jury.


  •   Matthieu Brejon de Lavergnée, lauréat des Bourses en 2005
    Le 5 décembre 2006, Matthieu Brejon de Lavergnée a soutenu sa thèse de doctorat d'histoire consacrée à La Société de Saint-Vincent-de-Paul à Paris au XIXe siècle (1833-1871). Prosopographie d'une élite catholique fervente, et dirigée par le professeur Jacques-Olivier Boudon (Paris IV-Sorbonne). L’année suivante il recevait le Prix Prosper Mérimée – Second Empire, pour ce travail. Cette thèse a été publiée en 2008 aux éditions du Cerf, sous le titre La Société Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle. Un fleuron du catholicisme social, et a reçu alors le prix Gabriel Monod-Académie des Sciences morales et politiques (2009).
    Agrégé en histoire, Matthieu Brejon de Lavergnée est chargé de recherches au CNRS. Il travaille sur l'histoire sociale et religieuse de la bourgeoisie et de la noblesse au XIXe siècle, l'histoire de la pauvreté et de la philanthropie, l'histoire et la spiritualité de la «famille vincentienne». Il est l’auteur de nombreux articles (Les Études sociales, Revue d'histoire ecclésiastique, Histoire Économie & Société, Revue d'histoire de l'Église de France, Revue.org, etc.)


  •   Yves Bruley, lauréat des Bourses en 2003, lauréat du Prix d’Histoire Second Empire en 2012
    Professeur agrégé d’histoire, docteur de l’Université de Paris-Sorbonne, Yves Bruley est chargé de mission à l’Académie des Sciences morales et politiques, et maître de conférences d’histoire contemporaine à l’Institut d’Études politiques de Paris. Il est l’auteur de nombreux articles (Napoleonica.LaRevue, Histoire Economie & Société, Historia, Livraison d’Histoire de l’architecture, Questions internationales-La Documentation française, etc.) et ouvrages parmi lesquels Religions et cultures dans les sociétés et les Etats européens de 1800 à 1914 (collab., Sedes, 2001), Histoire du catholicisme (PUF, 2004), 1905 La Séparation des Églises et de l’État. Les textes fondateurs (Perrin, 2004), La papauté de Simon Pierre à Benoit XVI (CLD, 2008).
    En 2012, il reçoit le prix Second Empire de la Fondation Napoléon pour son livre Le Quai d'Orsay impérial (Ed. A. Pedone).


  •   Walter Bruyère-Ostells, lauréat des Bourses en 2001
    Walter Bruyère-Ostells a reçu une Bourse pour ses recherches sur Les officiers de la Grande Armée dans les mouvements nationaux et libéraux. Il est l’auteur de plusieurs articles (Napoleonica.La Revue, Cahiers de la Méditerranée, Annales historiques de la Révolution française, etc.), et ouvrages, La Grande Armée de la Liberté (Tallandier, 2009), Napoléon III et le second Empire (Vuibert, 2004), Leipzig, 16-19 octobre 1813 (Tallandier, 2013). Il est maître de conférences à Sciences Po - Aix en Provence.


  •   Stéphane Calvet, lauréat des Bourses en 2004
    Le 10 février 2009, Stéphane Calvet a soutenu, à l'Université d'Avignon, sa thèse consacrée à l’étude des officiers charentais de la Grande Armée. La gloire, la reconnaissance et le rang dans la France du XIXe siècle, pour laquelle il a obtenu la mention « très honorable avec les félicitations à l'unanimité ».
    Stéphane Calvet a publié sa thèse aux éditions Les Indes Savantes, en 3 volumes : Destins de braves. Les officiers charentais de Napoléon au XIXe siècle (2010), Dictionnaire biographique des officiers charentais de la Grande Armée (2010), Lettres et carnets de route inédits de grognards (à paraître). En 2013, il a publié aux Editions Vendémiaire, Leipzig, 1813 : la guerre des peuples (2013).


  •   David Chaillou, lauréat des Bourses en 1999, lauréat du Prix d’Histoire Premier Empire en 2004
    David Chaillou a soutenu le 17 décembre 2001 sa thèse portant sur La politique sur scène : Etude historique des œuvres de circonstances représentées à l'Opéra de Paris de 1810 à 1815, dirigée par le professeur Jean Tulard (Paris IV). Il a obtenu une mention « très honorable avec les félicitations du jury ». En 2004, il a publié un livre extrait de ses recherches, Napoléon et l'Opéra, la politique sur la scène (1800-1815) chez Fayard, récompensé par le Prix d’histoire Premier Empire 2004 de la Fondation Napoléon.
    Musicologue, compositeur (Symphonie pour orchestre du bout des terres, 2000 ; Gulf-stream pour quatuor à cordes, 2000 ; Diableries pour piano, 2003 ; L’orchestre d’Odilon le grillon, livre-disque pour les enfants, 2005), David Chaillou est maître de conférences à l’Université d’Artois, et l’auteur de nombreux articles (par exemple sur Napoleonica.La Revue et communications de colloque.


  •   Jean-François Deloustal, lauréat des Bourses en 2001
    Le 24 janvier 2006, Jean-François Deloustal a soutenu sa thèse dont le sujet portait sur La Lozère face à la centralisation napoléonienne (1799-1815), dirigée par le professeur Jacques-Olivier Boudon (Paris Sorbonne - Paris IV). Le jury, présidé par le professeur Jean Tulard, membre de l'Institut, lui a décerné la mention « très honorable avec les félicitations du jury ».
    Attaché parlementaire depuis 2002, M. Deloustal est adjoint au maire de Marvejols en Gévaudan, chargé des Projets d'équipements et travaux d'infrastructures, des Marchés Publics, du plan de lutte contre les inondations, et de la communication.


  •   Viviane Delpech, lauréate des Bourses en 2010
    En décembre 2012, Viviane Delpech a soutenu sa thèse de doctorat d'Histoire de l'art dont le sujet portait sur Le château d'Abbadia à Hendaye: le monument idéal d'Antoine d'Abbadie, dirigée par le professeur Dominique Dussol (Université de Pau et des pays de l´Adour). Le jury lui a décerné la mention « très honorable avec les félicitations du jury à l'unanimité ».
    Viviane Delpech poursuit ses recherches au sein du Laboratoire ITEM EA 3002, de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour.


  •   Stéphane Desrousseaux, lauréat des Bourses en 2002
    Stéphane Desrousseaux a soutenu avec succès sa thèse le jeudi 29 novembre 2007. Pour sa thèse sur La monnaie en circulation à l'époque napoléonienne, il a reçu la mention « très honorable » à l'unanimité du jury. Numismate professionnel, il est co-auteur des livres, Trésors : mythes et réalités, paru en 2006 et Le Franc VIII. Les monnaies, paru en 2009, tous deux aux éditions Les Chevau-Légers. En 2012, il publie, toujours aux éditions Chevau-légers, un remarquable ouvrage sur La monnaie en circulation en France sous Napoléon.


  •   Marie Dinelli-Graziani, lauréate des Bourses en 2000
    2006 Marie-Dinelli Graziani a soutenu avec succès sa thèse consacrée à Un grand collectionneur : le cardinal Fesch. La collection de peintures, à Paris I-Panthéon-Sorbonne sous la direction du professeur Daniel Rabeau. Elle a obtenu pour son travail la mention très honorable et les félicitations du Jury. Sa thèse avait pour objet de découvrir une collection prestigieuse, réunie entre la fin du XVIIIème et le début du XIXème siècle par le Cardinal Joseph Fesch, le demi-frère de Letizia Bonaparte, mère de Napoléon.
    Sa thèse est consultable dans la Bibliothèque numérique de la Fondation Napoléon.


  •   Christiane Dotal, lauréate des Bourses en 1999
    Le 9 décembre 2002, Christiane Dotal a reçu la mention « très honorable » avec les félicitations du jury, pour sa thèse consacrée à Jean-Joseph Perraud (1819-1876) et la sculpture néo-classique sous le Second Empire, dirigée par le professeur Paulette Choné (Université de Bourgogne, Dijon). Cette thèse a été publiée en 2004 aux éditions Mare & Martin.
    Ancienne pensionnaire de l'Académie de France à Rome (2004), membre de l’École des hautes études hispaniques et ibériques (EHEHI ; 2005-2006), Christiane Dotal a enseigné à l’Ecole du Louvre et a été commissaire scientifique de plusieurs expositions. Elle est l'auteur de nombreuses publications sur la sculpture du XVIIe au XIXe siècle, parmi lesquelles le remarquable Gloire de marbre. Trois siècles de portraits (Editions 5 Continents, 2005), L’artiste et sa muse (collectif, Somogy, 2006).


  •   Pierre-Olivier Douphis, lauréat des Bourses en 2000
    P.-O. Douphis a soutenu en novembre 2001 sa thèse sur le dessinateur Paul Chenavard (1807-1895), dirigée par le professeur Bruno Foucart (Paris IV – Sorbonne), et a obtenu la mention "très honorable". Membre du comité de lecture de la revue en ligne TEXTIMAGE, il collabore également au Musée Critique de la Sorbonne (Mucri), site adossé au CRICC, Centre de Recherches Images, Cultures et Cognition de l’UFR Arts et sciences de l’art, de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et destiné à l’analyse d’œuvres plastiques et visuelles.


  •   Stéphane Faudais, lauréat des Bourses en 2008
    Issu de l’école militaire de Saint-Cyr, Stéphane Faudais est officier supérieur de l’armée de terre. Il a présenté le 10 janvier 2012 sa thèse consacrée à Adolphe Niel (1802-1869). Phénix de l'armée de Napoléon III dirigée par Hervé Coutau-Bégarie, à l'Ecole pratique des Hautes Etudes. Il a fait paraître en 2012 une biographie du maréchal Niel, chez Bernard Giovanangeli Editeur.


  •   Anne-Sophie Galofaro Darmagnac, lauréate des Bourses en 2003
    Le 20 juin 2008, à l'Université d'Aix-Marseille 1, Anne-Sophie Galofaro Darmagnac a soutenu sa thèse consacrée à Saragosse sous l'occupation napoléonienne, 1809-1813, dirigée par le professeur Gérard Dufour, thèse pour laquelle le jury lui a décerné la mention « très honorable ».


  •   Juliette Glikman, lauréate des Bourses en 2000
    Le 9 octobre 2009, Juliette Glikman a reçu le Prix Prosper Mérimée pour sa thèse sur la Symbolique impériale et représentation de l'histoire sous le Second Empire. Contribution à l'étude des assises du régime.
    Agrégée histoire, diplômée de Sciences Po, actuellement chargée de cours à la Ville de Paris, Juliette Glikman poursuit ses recherches au Centre du XIXe à l’université de Paris 1-Paris 4. Elle est l’auteur d’un livre sur les années d’emprisonnement de Louis-Napoléon Bonaparte au fort de Ham (2011 chez Aubier), de nombreux articles (revue Parlements, NapoleonicaLaRevue, etc.) et communications à des colloques.
    A l'occasion de la sortie de son livre Louis-Napoléon Bonaparte prisonnier. Du fort de Ham aux ors des Tuileries, Juliette Glikman nous a accordé une interview dans laquelle elle nous parle de son travail d'historienne.


  •   Emile Kern, lauréat des Bourses en 2009
    Le vendredi 9 décembre 2011 à l'université Paul Valery Montpellier III, Emile Kern, boursier de la Fondation Napoléon en 2009, a soutenu sa thèse de doctorat portant sur Les représentations et les images contrastées de Napoléon dans les commémorations de 1869 à 2009 et a obtenu la mention « très favorable ». En 2012, un ouvrage, tiré de sa thèse, est publié sous le titre L'impossible commémoration de Napoléon, de Napoléon III à Nicolas Sarkozy aux éditions Edilivre.


  •   Jean-Marc Lafon, lauréat des Bourses en 2001
    Jean-Marc Lafon a soutenu avec succès sa thèse d'histoire à l'université de Montpellier, le 18 octobre 2004. Le jury a accordé à son travail sur les Guérilla et contre-guérilla en Espagne (1808-1814) la mention « très honorable avec les félicitations du jury à l'unanimité, avec autorisation de reproduction en l'état ». Cette thèse a été publiée en 2007 chez Nouveau Monde Editions, sous le titre L’Andalousie et Napoléon. Contre-insurrection, collaboration et résistances dans le midi de l’Espagne (1808-1812). Agrégé et docteur en histoire, il est membre de l’ESID (laboratoire mixte CNRS/Montpellier III), et écrit dans de nombreuses revues scientifiques (comme Napoleonica.La Revue).


  •   Marc Lemaire, lauréat des Bourses en 2004
    Le 24 mars 2006, à l'Université Paul Valéry - Montpellier III, Marc Lemaire a soutenu sa thèse portant sur La guerre de Crimée. Chronique et analyse d'un désastre sanitaire (1854-1856), dirigée par le professeur Jean-Charles Jauffret, spécialiste de l'histoire militaire française. Le jury a décerné à l'unanimité à Marc Lemaire, la mention « très honorable ». Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment Le Service de santé militaire dans la guerre d’Indochine (L’Harmattan, 1997), De la menace terroriste au traitement des victimes (dir., L’Harmattan, 2003)
    Docteur en médecine, diplômé de la faculté de Lyon, ancien médecin militaire, urgentiste, Marc Lemaire est écrivain et directeur de la collection « Médecine des conflits armés » aux éditions L’Harmattan.


  •   Anne Sandrine de Luca, lauréate des Bourses en 2002
    Anne-Sandrine de Luca a soutenu, le 14 octobre 2006, sa thèse de droit portant sur La noblesse du Premier Empire français : l’identité nobiliaire réinventée, dirigée par le doyen François-Paul Blanc (université de Perpignan Via Domitia).
    Ayant rejoint l’Armée de l’air, Anne de Luca, devenue capitaine, est actuellement Chef de la division Recherche-Rayonnement au Centre d’Etudes Stratégiques Aérospatiales (CESA).
    Sa thèse est consultable dans la Bibliothèque numérique de la Fondation Napoléon.


  •   Xavier Mauduit, lauréat des Bourses en 2008
    Le samedi 3 mars 2012 à l'Université Paris I – Panthéon-Sorbonne Centre d'Histoire du XIXe siècle, Xavier Mauduit, agrégé d'histoire et boursier de la Fondation Napoléon en 2008, a soutenu sa thèse de doctorat, portant sur La maison du prince président et la Maison de l'Empereur et a obtenu la mention « très honorable » et les « félicitations du jury à l'unanimité ».
    Le 27 septembre 2013, au palais de Compiègne, Xavier Mauduit a reçu le prix Mérimée 2013, décerné par l'association Les Amis de Napoléon III.


  •   Fabien Menant, lauréat des Bourses en 2008
    Conseiller diplomatique de la Première secrétaire du Parti socialiste, ancien membre de la Direction de la prospective du Quai d'Orsay, Fabien Menant est docteur en Histoire, titulaire d'un Master de Géographie culturelle et politique, et maître de conférences à Sciences Po Paris. Il a publié en avril 2012 chez Nouveau Monde éditions, un ouvrage consacré aux Députés de Napoléon, issu de sa thèse dirigée par le professeur Jacques-Olivier Boudon (Paris IV Sorbonne).


  •   Richard Moles, lauréat des Bourses en 2004
    Richard Moles a soutenu le 28 mai 2009, sa thèse portant sur La gendarmerie maritime en France de 1804 à 1870, placée sous la direction du professeur émérite Jules Maurin, de l'Université de Montpellier III.
    Sa thèse est consultable dans la Bibliothèque numérique de la Fondation Napoléon.


  •   Irène Perret, lauréate des Bourses en 2005
    Le 30 novembre 2007, au Centre André Chastel-Laboratoire de recherche en Histoire de l’art de l’université de Paris-Sorbonne, Irène Perret a soutenu sa thèse dont le sujet portait sur la Critique d'art sous le Consulat et le Ier Empire (1799-1815), et était dirigée par le professeur Bruno Foucart. Son travail a obtenu la mention « très honorable » à l'unanimité du jury.
    Elle écrit pour plusieurs revues scientifiques (dont Napoleonica.La Revue).


  •   Natalie Petiteau, lauréate des Bourses en 1994
    Agrégée d’histoire, Natalie Petiteau est enseignant - chercheur et professeur d'Université, responsable pédagogique de la préparation au CAPES d'histoire-géographie à l'Université d'Avignon.
    Elle est l’auteur de nombreux articles et ouvrages, parmi lesquels Élites et mobilités. La noblesse d'Empire au XIXe siècle (La Boutique de l'Histoire, 1997), Napoléon, de la mythologie à l'histoire (Seuil, 1999), Lendemains d'Empire. Les soldats de Napoléon dans la France du XIXe siècle (La Boutique de l'Histoire, 2003), Les Français et l'Empire (La Boutique de l'Histoire/Éditions Universitaires d'Avignon, 2008).


  •   Charles Renucci, lauréat des Bourses en 2009
    En décembre 2012, Charles Renucci a soutenu sa thèse « Histoire politique, patrimoniale et festive de la mémoire napoléonienne à Ajaccio, 1800-1969 », pour laquelle le jury, composé de MM. Philippe Chassaigne, professeur à Bordeaux 3, et Jean-Marc Largeaud, maître de conférence à Tours, ses directeurs de recherche, Jacques-Olivier Boudon, professeur à la Sorbonne, Natalie Petiteau, professeur à Avignon, M. Vergé-Franceschi, professeur à Tours, et M. Jean-Paul Pellegrinetti, professeur à Nice, lui a décerné la mention « Très honorable avec les félicitions du jury à l'unanimité ».
    Il publie dans plusieurs revues scientifiques (dont Napoleonica.La Revue).


  •   Jean-Philippe Rey, lauréat des Bourses en 2007
    Le 17 juin 2010, Jean-Philippe Rey soutenait brillamment sa thèse de doctorat en Histoire, de l'Université Lumière Lyon 2, qui s'intitulait : « Une municipalité sous le Premier empire : Lyon (1805-1815) ». Le jury, composé de M. Serge Chassagne, président, M. Laurent Coste, rapporteur, M. Benoît Bruno, directeur de thèse, Mme Nathalie Petiteau et M. Thierry Lentz, lui a décerné, à l'unanimité, le titre de docteur en Histoire avec la mention « Très honorable ».
    En 2010, il publiait Les Grands notables de l’Empire – Le Rhône, le 30e volume de la série initiée par Louis Bergeron et Guy Chaussinand-Nogaret, aux éditions Guénégaud. En 2012, paraît aux éditions du Poutan son ouvrage tiré de sa thèse, Administrer Lyon sous Napoléon.
    Agrégé et docteur en histoire, Jean-Philippe Rey enseigne actuellement en classes préparatoires à Lyon.
    Sa thèse et le volume d'annexes sont consultables dans la Bibliothèque numérique de la Fondation Napoléon.
    Il collabore régulièrement à plusieurs revues scientifiques, comme Napoleonica. La Revue.


  •   David Rouanet, lauréat des Bourses en 2005
    Le 17 décembre 2008, David Rouanet a présenté sa thèse de doctorat consacrée aux Prisonniers de guerre étrangers dans le Nord-est de la France (1803-1814), dirigée par le professeur Jacques-Olivier Boudon. Le jury lui a décerné la mention « très honorable ».


  •   Isabelle Rouge-Ducos, lauréate des Bourses en 2003, lauréate du Grand Prix d’Histoire en 2009
    Le 27 juin 2006, Isabelle Rouge-Ducos, conservatrice aux archives du ministère de la Défense, a soutenu sa thèse d'histoire de l'art consacrée à L'Arc de triomphe de l'Etoile, construction et appropriation d'un lieu patrimonial (1806-1945), pour laquelle elle a obtenu les félicitations du jury et la mention « très honorable ». En 2009, elle a reçu le Grand Prix d’histoire de la Fondation Napoléon pour son ouvrage L'Arc de Triomphe de l'Etoile dans l'Art et l'Histoire (Éditions Faton).


  •   Marie-Emilie Vaxelaire, lauréate des Bourses en 2007
    Marie Emilie Vaxelaire a soutenu sa thèse sur Mellerio dits Meller, histoire d'une maison de joaillerie parisienne au XIXe siècle (1830-1870) le 19 juin 2009 à l'Institut National d'Histoire de l'Art et a obtenu le titre de Docteur avec la mention très honorable. Elle poursuit ses recherches au sein du Centre André Chastel-Laboratoire de recherche en Histoire de l’art de l’université de Paris-Sorbonne.
    Elle collabore régulièrement à des revues scientifiques, comme Napoleonica.La Revue.


  •   Charles-Eloi Vial, lauréat des Bourses en 2010
    Boursier de la Fondation Napoléon dans la « promotion » 2010, Charles-Eloi Vial, déjà diplômé de l’Ecole des Chartes et en poste comme conservateur à la BnF, a soutenu avec succès, le 17 octobre 2013, sa thèse pour le doctorat d’histoire préparée sous la direction du Professeur Jacques-Olivier Boudon (Paris-Sorbonne, Paris IV) : Les chasses des souverains en France (1804-1830). Il a obtenu le titre de docteur en histoire, avec les félicitations du jury composé des professeurs Natalie Petiteau (université d’Avignon), Jean-Michel Leniaud (EPHE) et Daniel Roche (Collège de France).


  •   Michaël Vottero, lauréat des Bourses en 2008
    Le 14 novembre 2009, Michaël Vottero a soutenu sa thèse consacrée à La peinture de genre en France sous le Second Empire et les premières années de la Troisième République (1852-1874), dirigée par le professeur Barthélémy Jobert (Paris IV Sorbonne). Auteur de plusieurs articles (revue Gravitations, Histoire de l’art, La tribune de l’art, etc.) et de communications à des colloques, il est l’un des auteurs de Femmes peintres et salons au temps de Proust : De Madeleine Lemaire à Berthe Morisot (Hazan, 2010), Flaubert et les artistes de son temps. Éléments pour une conversation entre écrivains, peintres et musiciens (Eurédit, 2010).
    Depuis 2010, Michaël Vottero est conservateur du patrimoine, aux Monuments historiques et Inventaire.


  •   Laetitia de Witt, lauréate des Bourses en 1998
    Laetitia de Witt a soutenu avec succès sa thèse d'histoire consacrée au Prince Victor (1862-1926), à l'université de Paris IV-Sorbonne, le 4 octobre 2005. Présidé par le professeur Jean Tulard, de l'Institut, et composé de Jacques-Olivier Boudon, Jean Garrigues, Philippe Levillain et William Smith, le jury a accordé à ce travail la mention très honorable avec les félicitations du jury à l'unanimité. Laetitia de Witt avait choisi de traiter ce sujet de thèse par intérêt familial et en raison de sa capacité à accéder à des archives encore inédites à ce jour. Petit-fils du roi Jérôme, dernier frère de Napoléon Ier, et de Catherine de Würtemberg, le prince Victor était le fils du prince Napoléon-Joseph (qui prit le nom de Jérôme au décès de son frère aîné en 1847) et de la princesse Marie-Clotilde de Savoie, fille de Victor-Emmanuel de Savoie (roi d'Italie en 1861) et d'Adélaïde de Habsbourg.
    Sa thèse a été publiée chez Fayard, en 2007, sous le titre Le prince Victor Napoléon.


  •   Laurence Wodey-Couturaud, lauréate des Bourses en 1995
    Diplômée de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (IVe section), Laurence Wodey-Couturaud est conservateur adjoint au Musée national de la Légion d’honneur, et secrétaire général de la Société d’Histoire des ordres et décorations. Commissaire de plusieurs expositions, elle est l’auteur de nombreux articles sur l’histoire et la symbolique des décorations.


 

 
 
 

Retour page d'Accueil

Retour page de Section

Retour page de Rubrique

Imprimer

 
 
 

Haut de page

 
Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | ISSN 2272-1800