<i>Napoleonica La Revue</i>, revue internationale d'histoire des Premier et Second Empires napoléoniens, articles, bibliographies, documents, comptes rendus de livres, en français et en anglais : n° 19, juin 2014
IN ENGLISH

Du néoclassicisme à l’éclectisme, des prémices du romantisme à celles de l’impressionnisme, l’art des périodes napoléoniennes est multiple et continue de fasciner chercheurs, collectionneurs et simples amateurs. Amoureux des beaux-arts ou fin connaisseur des arts décoratifs, venez ici partager votre passion.

Enrichissements récents

Objet du mois : Bijou de chevalier de l'ordre de l'Éléphant de Napoléon Ier
Musées Chateaux et demeures : Le musée des Lettres et Manuscrits (Bruxelles)
Presse et publications : On en parle
anglegauche angledroit
Le tableau du mois - Zénaïde et Charlotte Bonaparte
   

LE TABLEAU DU MOIS

Chef-d'œuvre célèbre ou toile de petit maître méconnu, retrouvez ou découvrez chaque mois un nouveau tableau.

Pour tout renseignement, contactez-nous.

   

 Retour page d’Accueil

 Retour page de Section

 Pour voir les autres fiches

 

 

 

 

 Imprimer

Ajouter à votre sélection

 

Zénaïde et Charlotte Bonaparte



   

Auteur
DAVID Jacques Louis (1748-1825)

Date
1821

Technique
Huile sur toile

Dimensions
H. 130 cm; L. 97 cm

Lieu de conservation
Museo Napoleonico, Rome, inv. no. mn 935 

Crédits
© Museo Napoleonico

Commentaires

Sur cette toile sont représentées deux soeurs assises sur un canapé, relevant gracilement la tête pour interrompre la lecture d'une lettre à l'appel soit du peintre, soit de quelqu'un situé dans le prolongement du peintre. Ce sont les deux jeunes soeurs, Zénaïde et Charlotte Bonaparte, nièces de Napoléon. La lettre que tient l'aînée de 20 ans, Zénaïde, dans une posture assez artificielle n'est pas banale : il s'agit d'une lettre de leur père, Joseph Bonaparte, exilé aux États-Unis depuis 1815. La main de la jeune femme se tort presque comme pour la montrer ostenciblement au spectateur.
 
David saisit ici non seulement l'intimité confraternelle - la posture réciproque protectrice des deux soeurs l'une envers l'autre - mais aussi une part de leurs psychologies. Zénaïde, la soeur aînée, en presque contreplongée, rencontre le regard du spectateur avec assurance, presque défi, drapée dans sa robe noire décoletée. Charlotte, en revanche, d'un an la cadette, se cache presque derrière sa soeur et dans une robe à manches longues plus modeste et moins mondaine.
 
Peinte à Bruxelles en 1821, cette oeuvre est traversée par l'exil, aussi bien pour ses deux sujets que son artiste. David, peintre politique par excellence, avait préféré l'exil à Bruxelles, après la chute de Napoléon, plutôt que travailler pour la monarchie des Bourbons à nouveau restaurée à Paris. Zénaïde et Charlotte de même se trouvaient en exil à Bruxelles, et la lettre qu'elles lisent de leur père, l'ancien roi d'Espagne, est identifiable grâce au réalisme caractéristique et l'attention au détail de David : il est  en effet possible de lire l'adresse « Philadelphie » sur la lettre dans la main de Zénaïde. L'exil était clairement confortable pour les soeurs : les deux femmes portent des diadèmes et robes somptueuses, et elles sont assis sur un canapé de velours rouge brodé d'abeilles d'or, élément de l'iconographie impériale par excellence. Pourtant, le fond monochrome perturbe ce portrait autrement harmonieux de belles femmes dans un cadre luxueux. Il est si simple qu'il semble induire le sentiment d'incongruité, de « hors-sujet » : franchement juxtaposé au premier plan éclatant, ce fond allusif et morne, littéralement déplacé, souligne à la fois la situation des jeunes Bonaparte mais aussi leur proximité, leur étreinte rendue plus poignante par la suggestion.
 
Le portrait a été commandé par Julie Clary, la mère des filles, qui prit le titre de comtesse de Survilliers après 1815. Il s'agit ici d'une copie hébergée aujourd'hui par le Museo Napoleonico de Rome, partenaire de la Fondation Napoléon. Un récépicé de commande d'autographes, également dans la collection du Museo Napoleonico (inv. MN 923), confirme que David a été payé 4000 francs pour le portrait original, et 1000 francs pour deux copies autographes. Les trois versions de la peinture sont donc connues : l'une, considérée comme l'originale, est dans la collection du Getty Museum de Los Angeles ; la première copie est à Rome ; la deuxième copie (qui diffère de l'exemple Museo Napoleonico en représentant des croix d'or plutôt que les abeilles sur le canapé) est dans le Musée d'Art de Toulon.

Francesca Whitlum-Cooper, août 2014 (traduction Marie de Bruchard)

   
   

 

Voir les tableaux des mois précédents :

 OK

Haut de page

 

 

Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | ISSN 2272-1800