Questionnaire pour connaître les souhaites des internautes
IN ENGLISH

Du néoclassicisme à l’éclectisme, des prémices du romantisme à celles de l’impressionnisme, l’art des périodes napoléoniennes est multiple et continue de fasciner chercheurs, collectionneurs et simples amateurs. Amoureux des beaux-arts ou fin connaisseur des arts décoratifs, venez ici partager votre passion.

Enrichissements récents

Objet du mois : Bijou de chevalier de l'ordre de l'Éléphant de Napoléon Ier
Musées Chateaux et demeures : Le musée des Lettres et Manuscrits (Bruxelles)
Presse et publications : On en parle
anglegauche angledroit
Le tableau du mois - Portrait en buste de l'impératrice Marie-Louise
   

LE TABLEAU DU MOIS

Chef-d'œuvre célèbre ou toile de petit maître méconnu, retrouvez ou découvrez chaque mois un nouveau tableau.

Pour tout renseignement, contactez-nous.

   

 Retour page d’Accueil

 Retour page de Section

 Pour voir les autres fiches

 

 

 

 

 Imprimer

Ajouter à votre sélection

 

Portrait en buste de l'impératrice Marie-Louise



   

Auteur
GERARD François (Baron)

Technique
huile sur toile

Dimensions
H. 0,65 m; L. 0,535 m

Lieu de conservation
Paris, musée du Louvre, département des peintures


Crédits
RMN - Hervé Lewandowski

Commentaires

Historique : vente après décès du baron Gérard, 27-29 avril 1837 ; collection Louis La Caze, Paris ; legs au Musée du Louvre, 1869

Peintre d'histoire à ses débuts au Salon de 1791, Gérard s'impose rapidement dans le genre du portrait. Sous l'Empire, il est le portraitiste attitré de l'aristocratie impériale. C'est donc naturellement qu'il est chargé de faire le portrait officiel de la nouvelle Impératrice, d'abord seule (Vienne, Schatzkammer, répliques à Fontainebleau et Versailles), puis avec le roi de Rome. Ces élégants portraits, en pied, sont plus flatteurs que ceux de Robert Lefèvre (Versailles, musée Glauco Lombardi, Parme, collection Chaumet). La commande avait par ailleurs échappé à Prud'hon dont le rythme d'exécution était jugé trop laborieux malgré un dessin
préparatoire
prometteur.

Cette étude au naturel est sans doute l'un des portraits les plus authentiques de Marie-Louise, dépeinte dans l'éclat de la jeunesse. En contraste avec le fini du visage, cette esquisse révèle une facture enlevée inhabituelle aux portraits achevés de Gérard. C'est d'ailleurs ce caractère ébauché qui a prévalu au choix du Dr. La Caze. Gérard s'est vraisemblablement servi de cette étude pour le grand portrait de 1813 avec le roi de Rome où l'Impératrice est également vêtue de blanc, des roses dans les cheveux. La chevelure bouclée d'un blond cendré, le nez long, de gros yeux bleus pâles, mais le teint frais, ce portrait concorde aux descriptions de l'époque : "Tous s'accordaient à dire, écrit la reine Hortense, qu'elle était bien faite, blonde, fraîche mais personne n'osait dire qu'elle était jolie" ; "toute sa personne respirait jeunesse, santé et fraîcheur" (Mémoires de Constant).
 
Hélène Meyer
Conservateur au musée national du château de Compiègne
Commissaire de l'exposition 1810, la politique de l'amour. Napoléon et Marie-Louise à Compiègne 

Retrouvez l'article de Napoleonica. La Revue, par Élodie Lerner, sur l'exceptionnelle carrière du baron Gérard

Cette oeuvre a été présentée dans l'exposition 1810, la politique de l'amour. Napoléon et Marie-Louise à Compiègne  au musée national du Palais de Compiègne (28 mars - 19 juillet 2010). 

   
   

 

Voir les tableaux des mois précédents :

 OK

Haut de page

 

 

Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | Napoleon.org - ISSN 2272-1800