<i>Napoleonica La Revue</i>, revue internationale d'histoire des Premier et Second Empires napoléoniens, articles, bibliographies, documents, comptes rendus de livres, en français et en anglais : n° 19, juin 2014
IN ENGLISH

Pour découvrir l'histoire napoléonienne, pas à pas, parfaire ses connaissances et poursuivre des recherches personnelles, pour tous les amateurs et les historiens passionnés, laissez-vous guider parmi un riche ensemble d'articles et de dossiers thématiques, d'images commentées, d'outils pour travailler.

Enrichissements récents :

Dossier thématiques : Louis-François Lejeune (1775-1848) général, peintre et mémorialiste
Bibliographies : L'Expédition d'Egypte (1798-1801)
Images : Photographie : La princesse Clotilde et son fils Victor Napoléon

NAPOLEONICA LA REVUE

La revue
anglegauche angledroit
DOSSIERS THÉMATIQUES

Découvrez l’Histoire des deux Empires à travers de riches dossiers thématiques abordant les grandes questions, administrative, politique, militaire, culturelle et de société.
Pour des informations complémentaires, contactez-nous.


 

 Retour Page d'accueil

 Retour page de section

 Retour page de rubrique

La bataille de Leipzig est l'événement emblématique de l'année 1813, une sorte de conclusion mais sanglante pour « les nations » dont elle est censée être « la » bataille, et cinglante pour l'empire de Napoléon. Cette bataille est cependant l'aboutissement d'une dizaine de mois de campagne, d'affrontements militaires comme de tractations politiques. Ce dossier vise à éclairer ce contexte multiforme. 

Chassé de Russie et poursuivi à travers les terres allemandes, Napoléon finit par être encerclé en France. Le territoire est envahi au début de 1814. Malgré une performance militaire digne de la première campagne d'Italie jusqu'en mars, le premier empereur des Français sera contraint à l'abdication et à l'exil sur l'île d'Elbe.

La paix d'Amiens signée le 25 mars 1802 par Joseph Bonaparte, frère de Napoléon Ier et Lord Cornwallis, ministre plénipotentiaire britannique, met fin à dix années de guerre entre la France et l'Angleterre. Par cette signature, l'Angleterre s'engage à rendre à la France et à ses alliés, l'Espagne et la Hollande, leurs colonies. La France, en contrepartie, retire ses troupes Naples et des Etats romains...

Le 17 mai 1802, le Tribunat adopte la loi créant l'ordre de la Légion d'honneur. Il a pour objectif de récompenser "les services et les vertus" (art. Ier), des militaires mais également des civils, issus de milieux sociaux et économiques différents.

La loi du 7 germinal an XI (28 mars 1803) confirme l'existence du Franc, appelé par tous "franc germinal". La première pièce de 1 franc porte sur la face l'effigie du Premier Consul et sur le revers l'inscription République française, le millésime et la valeur dans une couronne formée de lauriers.

Après de multiples péripéties et tractations, la France récupère la Louisiane, sa colonie retenue par l'Espagne. Cependant Napoléon ne compte guère la conserver et la revend aux Etats-Unis d'Amérique par un traité signé le 30 avril 1803.

Le Code civil des Français, appelé usuellement Code civil ou Code Napoléon fut promulgué le 21 mars 1804. Il regroupe les lois relatives au droit civil français. L'essentiel de son contenu est encore en vigueur aujourd'hui en France.

Le 18 mai 1804, Napoléon Bonaparte, alors Premier Consul, obtenait, par voie constitutionnelle, la dignité d'empereur des Français, sous le nom de Napoléon Ier.

Après avoir obtenu le titre d'Empereur des Français (18 mai 1804), Napoléon se doit de célébrer cette nouvelle charge par une cérémonie grandiose qui doit marquer les esprits. C'est le Sacre du 2 décembre 1804 à Notre-Dame de Paris.

Après la proclamation de l'Empire, il parut évident que l'Italie sous tutelle de la France ne pouvait pas rester une République. L'Italie devint donc un royaume (mars 1805) et Napoléon son Roi. Préalablement prévue le 23 mai, la cérémonie du couronnement de Napoléon se tint trois jours plus tard le 26 mai 1805, à Milan.

Le 21 octobre 1805 s'affrontaient dans une joute sans merci la flotte franco-espagnole dirigée par l'amiral Villeneuve et la flotte anglaise dirigée par le vice-amiral Nelson. La France connait alors l'une de ses plus grandes défaites sur mer.

La campagne de 1805 amène en seulement quelques semaines l'armée française à un très vaste redéploiement aux confins de l'Europe. Napoléon a transformé en un temps record la France en puissance centrale. Le 2 décembre 1805, point d'orgue de cette campagne est la victoire du monde moderne personnifié par Napoléon sur l'ancien représenté par deux empereurs…

Esquissant une première idée dans une lettre à son ministre des Relations extérieures en octobre 1805, Napoléon poussa sa réflexion plus avant au cours du premier semestre 1806, pour organiser une confédération de nombreux petits Etats allemands regroupés autour de ses trois "grands" alliés, la Bavière, le Wurtemberg et le Bade. Ce glacis, par nature défensif, devait pouvoir servir aussi de tremplin offensif, face à l'Autriche et la Prusse, mais aussi la Russie.

Après la victoire française à Austerlitz le 2 décembre 1805 et le Traité de paix de Presbourg (26 décembre 1805), l'espoir d'un rapprochement franco-prussien germe dans les esprits, un espoir rapidement déçu après l'échec de la diplomatie. La Prusse déclara la guerre à Napoléon le 9 octobre et se vit écrasée le 14…

Quinze jours à peine après les brillantes victoires d'Auerstedt et Iéna remportées sur les troupes prussiennes, Napoléon fait une entrée solennelle à Berlin. Ce 27 octobre 1806, le soleil brille sur la capitale. Entouré de ses troupes Napoléon se rend maître de la ville.

L'Angleterre restant intouchable par la voie diplomatique et militaire, Napoléon désire utiliser l'arme économique pour contraindre l'Angleterre à la paix. Il décrète ainsi, le 21 novembre 1806, le blocus continental des îles britanniques.

Le 5 février 2007 marquait la célébration du bicentenaire, de la mort de Pascal Paoli (1725-1807), patriote et homme politique corse qui a profondément marqué l'histoire de l'île et la jeunesse de Napoléon.

Le 8 février 1807 a lieu la bataille d'Eylau, terrible affrontement contre les forces russes. Malgré de lourdes pertes de part et d'autre, le champ de bataille reste aux Français.

Le 14 juin 1807 marque la victoire de Napoléon sur les Russes de Bennigsen à Friedland. Elle met fin à la longue campagne de Pologne.

La victoire éclatante de la Grande Armée à Friedland sur la Russie met fin à la campagne de Pologne. Après un armistice signé le 20 juin, le 7 juillet 1807, le tsar Alexandre 1er et l'empereur Napoléon 1er signent un traité de paix à Tilsit. Deux jours plus tard un second traité est signé avec le roi de Prusse Frédéric-Guillaume III…

Le 15 septembre 1807 était promulgué le Code de Commerce. Il s'inscrit dans la grande oeuvre de réorganisation de la France amorcée au lendemain du coup d'Etat du 18 Brumaire an VIII (9 novembre 1799). Pour Bonaparte, il s'agit de reconstruire la société et pour la fixer de « jeter sur le sol quelques masses de granit ».

Le 16 septembre 1807, est créée la Cour des Comptes. Juridiction financière étroitement liée à l'Empereur, elle doit garantir la régularité des dépenses publiques. La création de la Cour des Comptes s'inscrit dans la grande oeuvre de réorganisation de la France amorcée au lendemain du coup d'Etat du 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799). Pour Bonaparte, il s'agit de reconstruire la société et pour la fixer de « jeter sur le sol quelques masses de granit ».

Neveu de l'Empereur, fils d'un roi, lorsqu'il voit le jour en avril 1808, rien ne prédisposait le futur Napoléon III à un tel destin. Elevé par sa mère, la reine Hortense dans le souvenir de l'empire perdu, Louis-Napoléon, dont Napoléon Ier avait dit qu'il serait peut-être l'avenir de sa dynastie, grandit sous le poids de l'héritage.

Comme pour Napoléon III, l'année 2008 marque le bicentenaire de la naissance d'un autre grand personnage : l'Emir Abd el-Kader, figure emblématique de la résistance algérienne.

Afin de parfaire leur entente signée à Tilsit, Napoléon organise une nouvelle rencontre avec Alexandre, à Erfurt, du 27 septembre au 14 octobre 1808. La magnificence de l'accueil et des fêtes célébrées frappent les esprits des participants, mais les résultats des négociations ne seront pas à la hauteur des espoirs de Napoléon, l'entente franco-russe sort même affaiblie de l'entrevue d'Erfurt, tenue dans un contexte diplomatique devenue très différent depuis Tilsit.

Napoléon se préoccupe peu de la situation des juifs en France lors de son accession au pouvoir. Ce n'est qu'à partir de 1806 que, face à la montée des hostilités à l'encontre de la communauté juive, et à l'endettement croissant des propriétaires terriens notamment en Alsace, Napoléon prend ses premières décisions.

Louis Eugène Jean Joseph naquît le 16 mars 1856 de l'union de Napoléon III et de l'Impératrice Eugénie. Choyé durant toute son enfance par des parents aimants il fut le témoin de la chute de l'Empire de son père en 1870 et fut contraint, avec lui, à l'exil. Espoir du parti bonapartiste à la mort de l'Empereur en 1873, il mourra quelques années après, le 1er juin 1879, pendant une mission de reconnaissance en terre Zoulou qu'il exécutait pour achever sa formation militaire.

L'insurrection du Tyrol est un épisode fascinant de l'histoire napoléonienne. Le personnage d'Andreas Hofer, chef de l'insurrection, incarne le héros romantique par excellence, bravant tout pour ses idées. Mais quelles idées ? Union avec l'Autriche ou indépendance pour le Tyrol ?

Après les pharaons, Bonaparte, et les Saint-Simoniens, Ferdinand de Lesseps a rêvé d'unir l'Orient à l'Occident grâce au percement de l'isthme de Suez. L'histoire de cette folle entreprise, sans doute la plus extraordinaire aventure du génie humain au XIXe siècle, reste encore aujourd'hui fascinante tant elle témoigne du triomphe de la volonté d'un seul homme.

Après de nombreuses campagnes victorieuses, et les victoires d'Eckmühl et de Ratisbonne en cette campagne d'Autriche, Napoléon connut un premier revers à la bataille d'Aspern-Essling, près de Vienne. Cette bataille fit au moins 43 000 victimes, sans gain pour aucun des deux camps. A l'issue de l'affrontement, drame et gloire se trouvèrent mêlés, avec la mort du maréchal Lannes, et la reconnaissance du rôle déterminant du maréchal Masséna (qui reçut le titre de Prince d'Essling).

Magenta et Solférino (juin 1859) restent sans nul doute dans l'imaginaire collectif deux des plus grandes batailles menées par Napoléon III. Des avenues, des boulevards ou encore des ponts sont encore là pour en conserver le souvenir.

Wagram restera dans l'histoire comme l'une des plus grandes batailles avec la présence de 300 000 soldats pour deux jours de combats et ses très nombreuses pertes humaines...

Napoléon est-il mort empoisonné à l'arsenic ? d'un cancer de l'estomac ? Le rapport d'autopsie d'Antommarchi est très complet et montre l'état général de Napoléon à sa mort, notamment l'existence d'un ulcère gastrique chronique et des lésions pulmonaires liées à la tuberculose.

Depuis le XIXe siècle, « l'affaire des masques mortuaires de Napoléon » fait partie des mystères qui entourent le personnage historique et populaire de Napoléon Ier : face à l'apparition (lors de ventes en enchères par exemple) de masques très différents, par le matériau ou le visage moulé, l'historien ne dispose que de rares témoignages, très partiels, et parfois partiaux. Faisons le point. (mise à jour, avril 2014)

Fin 1856, Gustave Flaubert, après cinq ans d'un travail laborieux, publie ce qui deviendra son chef d'oeuvre Madame Bovary. Mais à peine la parution faite, Flaubert, Laurent-pichat et l'imprimeur sont accusés d' « outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes moeurs », pour ce roman aux descriptions jugées trop lascives et réalistes.

En 1808, débute la guerre d'Espagne qui durera jusqu'en 1814. Jamais, Napoléon Ier ne parvint à vaincre une résistance espagnole dont les premières manifestations furent pourtant un avertissement sur la détermination de ce peuple à préserver sa liberté.

Suivant l'armistice de Znaîm (juillet 1809), le traité de Vienne (aussi connu sous le nom de Traité de Schönbrunn) met un terme définitif à la campagne d'Autriche de 1809, et avec elle à la guerre de la 5e Coalition. Signé le 14 octobre 1809 et ratifié par Napoléon les jours suivants, le traité est la suite logique des plusieurs mois de négociations autrichiennes.

Soucieux d'assurer l'avenir de la dynastie, Napoléon décide, en novembre 1809, de se séparer de l'Impératrice Joséphine qu'il prévient le 30 novembre. Le 15 décembre, la dissolution du mariage (et non le divorce) est prononcée devant la famille impériale, et Cambacérès, archichancelier de l'Empire. Le lendemain, un sénatus-consulte vient confirmer cette dissolution et Joséphine quitte les Tuileries pour Malmaison.  

Le Code pénal promulgué le 22 février 1810 devait remplacer diverses lois adoptées pendant les dix premières années de la Révolution dont l'ossature était le Code pénal des 25 septembre-6 octobre 1791 et le Code des délits et des peines de l'an IV.

Après leur union civile le 1er avril, Napoléon Ier épouse religieusement, le 2 avril 1810, dans le Salon carré du Louvre, Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine, fille de l'Empereur François Ier d'Autriche. Cette union marque un renversement des alliances française et autrichienne, en inaugurant un rapprochement souhaité par les deux anciens ennemis.

A partir de la seconde moitié du XIXe siècle, les pays industriels abaissent leurs barrières douanières et font de leurs expositions nationales des expositions internationales, « universelles ».

Cette expédition, menée de concert par les Anglais et les Français, était destinée à ouvrir la Chine au commerce occidental. Elle aboutit à la signature les 24-25 octobre 1860 du Traité de Pékin...

Après l'incroyable épisode des Cent-Jours, soldé par la défaite de Napoléon à Waterloo le 18 juin 1815, les Alliés décidèrent d'exiler l'Empereur déchu sur la petite île de Sainte-Hélène, une possession anglaise au milieu de l'Atlantique Sud. Accompagné de quelques fidèles, Napoléon vivra jusqu'à sa mort, le 5 mai 1821, à Longwood, dans une petite demeure battue par les vents et la pluie, sous la surveillance implacable d'Hudson Lowe.

Le 20 mars 1811, 101 coups de canons annoncent aux Parisiens la naissance de l'héritier tant attendu par Napoléon Ier.

La suspension par le Mexique du remboursement de sa dette aux puissances européennes, souleva la consternation. En réponse, la France, la Grande-Bretagne et l'Espagne signèrent, le 31 octobre 1861, un traité pour une intervention commune sur le sol mexicain.

"Soldats ! Vous allez entreprendre une conquête dont les effets sur la civilisation et le commerce du monde sont incalculables..." (Bonaparte, juillet 1798)

C'est à Louis-François Lejeune que nous rendons hommage en qualité de peintre de l'épopée.

Ce dossier thématique, consacré à la campagne russe de Napoléon de 1812, vise à retracer le parcours diplomatique complexe qui conduisit à ce conflit marquant, annonçant la fin de l'Empire français. La campagne de Russie, qui vit marcher 400 000 soldats de Napoléon – en provenance de tout l'Empire et de ses états alliés – jusqu'au centre de la Russie, était le résultat d'une détérioration graduelle des relations franco-russes, officiellement établies avec le Traité de Tilsit.

Après le passage du Niémen le 22 juin 1812 commença la traque par l'armée napoléonienne de son ennemi russe qui évita soigneusement l'affrontement, laissant l'Empereur s'enfoncer toujours plus avant dans les terres jusqu'à Moscou. En quittant la capitale russe le 18 octobre, faute de proposition de paix de la part du vaincu en apparence, Napoléon et les troupes françaises devaient connaître les conditions climatiques effroyables qui conduisirent à l'échec de la campagne de Russie.

 
 
Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | ISSN 2272-1800