Questionnaire pour connaître les souhaites des internautes
IN ENGLISH

Pour découvrir l'histoire napoléonienne, pas à pas, parfaire ses connaissances et poursuivre des recherches personnelles, pour tous les amateurs et les historiens passionnés, laissez-vous guider parmi un riche ensemble d'articles et de dossiers thématiques, d'images commentées, d'outils pour travailler.

Enrichissements récents :

Dossier thématiques : Louis-François Lejeune (1775-1848) général, peintre et mémorialiste
Chronologies : Les grandes étapes de la campagne du Mexique (de 1861 à 1867)
Images : Photographie : La princesse Clotilde et son fils Victor Napoléon

NAPOLEONICA LA REVUE

La revue
anglegauche angledroit
DOSSIERS THÉMATIQUES

Nous vous proposons des dossiers thématiques sur des personnages ou des sujets politique, économique ou artistique de l'histoire du Premier et du Second Empire.

Pour déccouvrir un autre dossier thématique, consultez la liste de tous les dossiers.

Pour des informations complémentaires, contactez-nous.

 

 Retour page d'Accueil

 Retour page de Section

 Retour page de Rubrique


Trafalgar, 21 octobre 1805 : une tragédie navale

 


 
Le Bucentaure à la bataille de Trafalgar, Mayer (1805-1890) © Photo RMN - Bulloz

Le Bucentaure à la bataille de Trafalgar, Mayer (1805-1890) © Photo RMN - Bulloz


Après l'éphémère paix d'Amiens, Napoléon décide d'en finir avec l'ennemi héréditaire, la Perfide Albion. Pour lui envahir les îles britanniques est inévitable. Mais pour ce faire la domination navale sur la Navy, même temporaire, est un passage obligé.
 
Pour se faire il réunit ses flottes de Brest et Toulon auxquelles il joint la flotte espagnole, alors alliée. La supériorité numérique française est alors incontestable. Mais c'était sans compter sur la tactique irréprochable des Britanniques commandés par Nelson.
 
Ainsi, le 21 octobre 1805, la France essuie l'une de ses plus grandes défaites sur mer. La flotte alliée franco-espagnole était battue par la flotte anglaise au cap Trafalgar, au large de Cadix. Après quatre heures de combat, les Français perdent 3 499 tués et noyés, 1 138 blessés et 2 200 prisonniers, les Espagnols 1 050 tués (dont l'amiral Gravina, commandant la flotte espagnole) et 1 390 blessés tandis que les Anglais ne comptent que 1 214 blessés et 449 tués, dont l'amiral Nelson.
Cette bataille est sans appel, enfermant Napoléon sur le continent européen et confère à l'Angleterre la suprématie maritime.
 
Octobre 2005


 

 Imprimer

 Imprimer tout





Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | Napoleon.org - ISSN 2272-1800