Questionnaire pour connaître les souhaites des internautes
IN ENGLISH

Pour vivre sa passion de l’histoire aujourd’hui, un magazine, des jeux et des animations à picorer suivant son humeur, des rencontres avec des personnalités de l’histoire napoléonienne, et des actualités et des informations à suivre chaque jour.

Enrichissements récents :

Sites, musées et monuments : Le musée des Lettres et Manuscrits (Bruxelles)
Quizz : Les grandes réformes sous le Consulat et l'Empire (juill. 2010)
Littérature et poésie : Mémorial de Sir Hudson Lowe, relatif à la captivité de Napoléon à Sainte-Hélène
anglegauche angledroit

ITINERAIRES ET PROMENADES


 

 Retour page d'Accueil

 Retour page de Section

 Retour page de Rubrique


Compiègne

 


 
A COMPIEGNE

Compiègne n'est pas seulement la ville royale et impériale siège d'un magnifique ensemble palatial. C'est aussi une vieille cité pleine de charme où les ruelles et leur maison à colombage offrent de délicieuses promenades.
 

En partant de l'Hôtel-de-Ville, la rue Saint-Corneille conduit directement à l'abbaye du même nom, construite sur l'emplacement de l'ancien palais mérovingien. L'abbaye Notre Dame qui deviendra Saint-Corneille, fut consacrée solennellement en 877 par Charles le Chauve qui souhaitait faire de Compiègne une nouvelle Aix-la-Chapelle. De fait, Saint-Corneille tint un rôle important pour les monarques du Moyen-Age. Nombre d'entre eux y furent couronnés ou enterrés, jusqu'à la dépouille d'Henri III qui resta 21 ans entre ses murs après son assassinat.
De l'ancienne abbaye bénédictine, il ne reste plus aujourd'hui que le cloître et ses dépendances datant du XIVe siècle ainsi que quelques vestiges du clocher sud de l'église datant du XIIe siècle.
 
Descendre la rue Saint-Corneille jusqu'à la rue Jeanne d'Arc. Au bout de celle-ci s'élève l'Hôtel Dieu St-Nicolas. Cet ancien hôpital fondé par Philippe Auguste et rénové par Saint-Louis, conserve dans sa salle capitulaire des boiseries et des peintures, et dans sa chapelle un splendide retable de bois sculpté de style baroque. L'ensemble n'est ouvert que pendant les expositions. En face, la Tour Jeanne d'Arc ou tour Beauregard, ou Grosse tour du Roi, est un des vestiges du donjon royal du XIIe siècle. Elle participait au système de défense de l'ancien pont enjambant l'Oise. Les premières arches de ce dernier sont encore visibles sur la rive opposée de la rivière au bout de la rue Jeanne d'Arc.
 
En traversant cette dernière, rue d'Austerlitz, se tient le Musée Vivenel. Edifié en 1801, le bâtiment conserve un important fonds d'antiquité régionale et un ensemble exceptionnel de vases grecs, mais aussi d'antiquités égyptiennes et régionales, d'ivoires, de bronzes, de tableaux flamands, français et italiens. Antoine Vivenel, entrepreneur qui participa à la construction de l'Hôtel de Ville de Paris, est à l'origine de l'exceptionnel fonds antique grec, le plus important en France après celui du Louvre. Le musée est bordé du parc de Songeons où se trouvent les arcades du cloître de l'ancien couvent des Jacobins. (Musée Antoine Vivenel 2, rue d'Austerlitz 60200 Compiègne Tél. : 03 44 20 26 04)
 
Remonter ensuite la rue d'Austerlitz pour parvenir jusqu'à l'église Saint-Antoine construite du XIIIe au XVIIe siècle. Le portail, le choeur et le déambulatoire typiquement Renaissance sont intéressants, mais le chevet les surpasse par son abside, ses absidioles et leurs balustrades ajourées. Les fonds baptismaux en pierre de Tournai datent du XIIIe siècle et proviennent de l'abbaye Saint-Corneille. Il est à noter une statue de la Vierge par Caffieri de 1775.
 
En remontant la rue Saint-Antoine, après la place au Change, se dresse la très belle façade néoclassique du Grenier à sel, au tout début de la rue des Lombards. Il s'agit d'un portail à fronton et bossages construit par Claude Nicolas Ledoux en 1784 qui formait l'entrée de l'ancien grenier à sel, réserve de la très impopulaire taxe, la Gabelle. C'est aujourd'hui, un marché aux poissons. En poursuivant la rue des Lombards, au numéro 10, s'élève la Vieille Cassine, la plus veille maison à colombages de Compiègne. Cette maison à pans de bois typique du XVe siècle était habitée à l'origine par les maîtres du Pont, pilotes de batellerie.
 
Poursuivre jusqu'à la rue des Cordeliers et tourner à gauche pour rejoindre l'église Saint-Jacques. Cette ancienne paroisse royale enrichie par des dons de Louis XV en 1765 fut commencée sous le règne de Saint-Louis. Elle possède quelques trésors comme le rare triforium ajouré ou la balustrade du choeur qui entourait jadis le lit de Louis XVI au palais de Compiègne. Une chapelle latérale conserve les reliques de l'abbaye de Saint-Corneille dont un morceau du voile de la Vierge. Le clocher est surmonté d'un lanternon du XVIIe siècle. Le 18 mai 1430, Jeanne d'Arc vint prier à Saint-Jacques et elle y revint le 23 mai, le jour de son arrestation.
 
En continuant jusqu'au château prendre sur la droite la rue des Minimes. Dans un renfoncement sur la gauche s'élève Saint-Pierre des Minimes, la plus ancienne église de Compiègne datant du XIIe siècle. Désaffectée très longtemps, elle a subit une importante restauration. On peut notamment admirer les vestiges polychromes du tympan. Cet espace accueillera prochainement des expositions temporaires.
 
En dehors de ce circuit situé en centre ville, rue de Vermenton et rue des Fossés, les remparts de Compiègne (XIIe - XVIIe siècles) ont été transformés en une promenade aménagée très agréable.

DANS LES ENVIRONS

Musée de la clairière de l'Armistice
Près du village de Rethondes à 6km de Compiègne, c'est là, dans un wagon, que le maréchal Foch dicta aux Allemand vaincus le texte de l'armistice du 11 novembre 1918. En juin 1940, Hitler parodia cette cérémonie sur les mêmes lieux. Le wagon historique, détruit en 1944, a été reconstruit à l'identique et transformé en musée. Il abrite des vues stéréoscopiques de la guerre de 14-18 et des souvenirs authentiques de la signature de l'Armistice.
Clairière de l'Armistice
60200 Compiègne
Tél. 03 44 85 14 18
 
Saint -Jean-aux Bois
En pleine forêt, ce petit village est protégé par une enceinte fortifiée qui présente encore deux portes du XVIe siècle. L'église abbatiale bénédictine, fondée au XIIIe siècle, affiche un très beau style gothique. Saint-Jean-aux-Bois possède le plus vieil arbre de la forêt de Compiègne, un chêne de 900 ans d'âge.
 
Morienval
Ce petit bourg à l'orée de la forêt possède une belle église romane des XIe -XIIe siècles avec trois clochers.
 
Musée national de la Coopération franco-américaine du Château de Blérancourt
Construit en 1612 par Salomon de Brosse, le château est composé de quatre pavillons proposant des évocations des différentes personnalités ayant oeuvré pour la coopération franco-américaine du XVIIIe au XXe siècle. Le pavillon moderne Florence Gould rassemble des peintures et des sculptures d'artistes américains et français du XIXe et du XXe siècle. La visite passe aussi par les superbes jardins plantés de fleurs et d'arbustes du monde entier.
Château de Blérancourt
02300 Chauny
Tél. : 03 23 39 60 16


 

 Imprimer

 Imprimer tout

Les parcours :
Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | Napoleon.org - ISSN 2272-1800