<i>Napoleonica La Revue</i>, revue internationale d'histoire des Premier et Second Empires napoléoniens, articles, bibliographies, documents, comptes rendus de livres, en français et en anglais : n° 19, juin 2014
IN ENGLISH

Pour vivre sa passion de l’histoire aujourd’hui, un magazine, des jeux et des animations à picorer suivant son humeur, des rencontres avec des personnalités de l’histoire napoléonienne, et des actualités et des informations à suivre chaque jour.

Enrichissements récents :

Revue de presse : - Tradition magazine, n°260, mars-avril 2012
Littérature et poésie : Mémorial de Sir Hudson Lowe, relatif à la captivité de Napoléon à Sainte-Hélène
Quizz : Les grandes réformes sous le Consulat et l'Empire (juill. 2010)
anglegauche angledroit

ITINÉRAIRES ET PROMENADES


 

La bataille d'Auerstedt

 


 



Ce deuxième circuit nous fait découvrir le site, le contexte et les enjeux de la bataille d'Auerstedt., brillament gagné par le maréchal Louis-Nicolas Davout (1770-1823), surnommé par ses hommes "le maréchal de fer".
 
Il commence sur le lieu commémoratif d'Hassenhausen. C'est là que s'affrontèrent le gros de l'armée prussienne, sous le commandement du duc de Braunschweig et un corps de l'armée française sous le commandement du maréchal Davout. Dans le courant de la journée, les « échauffourées » devant le village de Hassenhausen transformèrent rapidement le champ de bataille en un terrain jonché de morts. Le lieu commémoratif n'évoque pas seulement ces épisodes précédant les combats, mais aussi les souffrances des personnes touchées par la guerre, les civils comme les soldats. Des objets trouvés sur le champ de bataille et des armes utilisées à l'époque viennent compléter cette exposition. Un grand diorama de soldats de plomb reconstitue une scène des combats de façon très précise.

Puis nous nous dirigerons vers le monument principal de Hassenhausen. Un monument similaire à celui de la commune de Vierzehnheiligen a été érigé à Hassenhausen, en face de l'ancien presbytère.


Blessure du Duc de Braunschweig © Stadtmuseum Jena

Blessure du Duc de Braunschweig © Stadtmuseum Jena

Agrandir
  

Plus loin vers l'ouest sur la B87 entre Taugewitz et Hassenhausen se trouve le monument érigé à la mémoire du duc de Braunschweig, commandant en chef des troupes prussiennes. Le duc fut grièvement blessé dès le début des combats à Auerstedt en essayant d'intégrer à ses troupes une division nouvellement arrivée sur le champ de bataille. Sa tentative le conduisit trop près des tirailleurs français et une balle traversa son oeil gauche. La blessure du duc eut de graves répercussions sur la suite des combats, car il n'y eut plus aucun ordre coordonné, et les troupes françaises purent s'imposer face aux troupes prussiennes pourtant largement supérieures en nombre. Le duc décéda trois semaines plus tard des suites de sa blessure. Le monument fut inauguré dès avril 1808 sur le cimetière de Taugwitz à la demande de Karl August, duc de Weimar. En 1815, on transposa le monument à l'endroit même où le duc de Braunschweig avait été si grièvement blessé.


Auerstedt © Stadtmuseum Jena

Auerstedt © Stadtmuseum Jena

Agrandir
  

Depuis Auerstedt, une ancienne route militaire conduit vers la colline de Gemstedt sur la B 87. Une fois au sommet, on découvre dans toute leur splendeur les paysages de cette région, également appelée la « Toscane de l'Est », des champs à perte de vue, de douces collines, une nature sauvage. Pourtant c'est sur ce site qu'eurent lieu de terribles combats. D'ici, en effet, le visiteur bénéficie du plus large panorama du champ de bataille d'Auerstedt.

C'est là que, vers 9 heures, le gros de l'armée prussienne, sous le commandement en chef du duc de Braunschweig, affronta les troupes françaises du maréchal Davout, qui profita de la blessure du duc et de la désorganisation qui s'ensuivit, pour maîtriser la situation. Dans l'après-midi, le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume III, peu expérimenté et indécis, fit faire volte-face à ses troupes pour les ramener en direction de Weimar pour qu'elles rejoignent les corps d'armée qui se battaient à Iéna. Ce n'est qu'en chemin que le roi apprit la cuisante défaite de Hohenlohe et de Rüchel à Iéna. Il lui était dès lors impossible de reprendre les combats. La Prusse avait donc également été battue à Auerstedt.


Surpris par l'ampleur de la victoire de son maréchal, Napoléon fut d'abord incrédule, et peut-être un peu jaloux, sentiment qui disparut très vite et il reconnut avec chaleur et estime le talent de Davout : "votre général, qui n'y voit pas d'ordinaire [Davout porte en effet assez souvent des lunettes], y a vu double aujourd'hui" déclara-t-il à l'officier de Davout chargé de lui annoncer la nouvelle vers 9 h. du matin. Le 16 octobre, à 7 h. du matin l'empereur écrivait à son maréchal "Mon cousin, je vous fais mon compliment de tout mon coeur sur votre belle conduite. Je regrette les braves que vous avez perdus ; mais ils sont morts au champ d'honneur. Témoignez ma satisfaction à tout votre corps d'armée et à vos généraux. Ils ont acquis pour jamais des droits à mon estime et à ma reconnaissance. Donnez-moi de vos nouvelles, et faites reposer quelques moments votre corps d'armée à Naumburg." Dans le 5e Bulletin de la Grande Armée relatant la bataille d'Iéna et d'Auerstedt (écrit le 15, il parut dans le Moniteur le 23), l'on pouvait lire encore "le corps du maréchal Davout faisait des prodiges ; non seulement il contint, mais mena battant, pendant plus de trois lieues, le gros de troupes ennemis qui devaient déboucher du côté de la Koesen. Ce maréchal a déployé une bravoure distinguée et de la fermeté de caractère, première qualité d'un homme de guerre."
Ainsi, Davout reçut l'honneur d'entrer le premier à Berlin, le 23 octobre, à la tête du 3e corps, puis se vit attribuer le titre de duc d'Auerstedt.
Situation : Au lieu-dit Ziegelstein, Chemin entre Hassenhausen et Großheringen & B 87 entre Gernstedt et Eckartsberga, bifurcation Alte Heerstrasse (Bettelfrau) en direction d'Auersted




Château d'Auerstedt © Stadtmuseum Jena

Château d'Auerstedt © Stadtmuseum Jena

Agrandir
  

Une nouvelle étape déterminante dans la découverte des évènements d'octobre 1806 est incarnée dans le musée du Château d'Auerstedt. Il faut donc pour s'y rendre partir vers le sud ouest en direction d'Auerstedt.
Ce petit musée se situe au premier étage du château qui avait abrité le quartier général du roi de Prusse la veille de la bataille. Les visiteurs pourront y admirer un diorama du rassemblement des troupes prussiennes, une chambre du duc de Braunschweig et une chambre du maréchal Davout avec une vaste exposition d'objets historiques. Le musée est géré par le Heimat- und Traditionsverein Auerstedt e.V.

A voir également : la collection de calèches de la Fondation du Classicisme de Weimar au musée des Carrosses : de précieux carrosses permettent de découvrir le luxe et la mobilité à l'époque des chevaux, comme par exemple le « carrosse de Napoléon », dans lequel l'empereur ne monta jamais car la forme lui rappelait… une tête de mort !
 


Pour terminer notre parcours nous retournons vers le sud-est, au Nord d'Iéna, afin de nous rendre à l'écomusée de Neuengönna. Géré par l'association « Jena 1806 » e. V., il est consacré à l'histoire et aux coutumes régionales ainsi qu'aux deux batailles. Cette partie est dédiée aux armes et équipement des armées impliquées dans les combats, en outre des objets intéressants trouvés sur le champ de bataille sont exposés.

L'association « Jena 1806 » e. V. s'occupe depuis de nombreuses années bénévolement de la restauration et de l'entretien des monuments sur l'ensemble des champs de bataille. Dans ce contexte, elle a initié la mise en place de nombreux tableaux où le visiteur pourra puiser bon nombre d'informations générales et des renseignements sur des monuments commémoratifs. En outre, conjointement avec de nombreux partenaires allemands et internationaux, l'association « Jena 1806 » e.V. se consacre aussi à reconstituer fidèlement les événements de 1806.

 
Juin 2006


 

  Imprimer

 
Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | ISSN 2272-1800