Questionnaire pour connaître les souhaites des internautes
IN ENGLISH

Pour vivre sa passion de l’histoire aujourd’hui, un magazine, des jeux et des animations à picorer suivant son humeur, des rencontres avec des personnalités de l’histoire napoléonienne, et des actualités et des informations à suivre chaque jour.

Enrichissements récents :

Revue de presse : - Tradition magazine, n°260, mars-avril 2012
Interview : Bruno Colson : l'art de la guerre de Napoléon (février 2012)
Littérature et poésie : Mémorial de Sir Hudson Lowe, relatif à la captivité de Napoléon à Sainte-Hélène
anglegauche angledroit

ITINÉRAIRES ET PROMENADES


 

Les squares

 


 






  

Square Louvois (1925 m2)
 
Ce square situé en face de la Bibliothèque nationale fut inauguré en même temps que le pont de Solférino, le 15 août 1859, à l'occasion de la fête de Napoléon III. Il s'ordonne simplement autour de la belle fontaine des Fleuves français due en 1839 à l'architecte Visconti et au sculpteur Klagmann.





  

Square Emile-Chautemps (3960 m2)
 
Ex-square des Arts et Métiers, sa construction fut décidée par un arrêté du 23 août 1858 à l'occasion des travaux faisant suite au percement quatre ans plus tôt du boulevard de Sébastopol. Après son inauguration, L'Illustration le définit comme tel : "Il appartient à ce que l'on pourrait appeler le genre noble". Et de fait, sa structure est caractéristique du jardin à la française : divisé en parcelles égales, il joue sur la symétrie avec ses allées régulières de marronniers et ses deux bassins ovales ornés de groupes en bronze. Ces bronzes furent conçus par Davioud et exécutés en 1860 : à gauche, en regardant le Conservatoire des Arts et Métiers, les allégories de l'Agriculture et de l'Industrie sont une oeuvre du sculpteur Gumery (1827-1871), à droite, Mercure et la Musique sont signés Ottin (1811-1867) ; les motifs d'ornements sont de Liénard.
Le square Emile-Chautemps est particulièrement remarquable pour sa composition mais aussi pour les monuments qui lui sont associés. Au centre, une colonne commémorative en granit du Jura a été érigée à la gloire des armées du Second Empire. Sur le socle figurent quatre grandes victoires de la guerre de Crimée : Alma (20 septembre 1854), Inkermann (5 novembre 1854), Tchernaïa (16 août 1855) et Sébastopol (8 septembre 1855).
Face au square s'élève un beau témoignage du style Second Empire : le théâtre de la Gaîté Lyrique. Construit en 1862 par Hittorff et Cuzin pour remplacer le théâtre de la Gaîté de la rue du Temple, il fut dirigé par Offenbach de 1873 à 1875. Sa façade est décorée de pilastres composites encadrant les cinq arcades du premier étage ornées de colonnes de marbre rouge.





  

Square du Temple ( 7965 m2)
 
Ouvert au public en 1857, ce square occupe une partie de l'ancien enclos des Templiers qui fut tristement transformé en prison d'Etat de 1792 à 1808. C'est là que Louis XVI et sa famille vécurent leur captivité sous la Révolution. En 1809, Napoléon ordonna la destruction d'une grande partie de la forteresse et la tour du Temple fut abattue en 1811. Tous les bâtiments furent rasés et remplacés par l'actuel square. Petit jardin à l'anglaise qui confine à l'arboretum par ses essences rares, le square du Temple est caractéristique du Second Empire par les éléments qui le composent : une pièce d'eau artificielle tombant des rochers venant de Fontainebleau, une grille dessinée par Davioud, un kiosque à musique et un chalet de nécessité. Il est à noter une statue en pierre du poète et chansonnier Béranger, oeuvre d'un sculpteur contemporain, Lagriffoul.





  

Square des Innocents (870 m2)
 
Improprement dénommé square, la place des Innocents s'apparente plus à un mail c'est à dire à un lieu réservé à la promenade, à la déambulation. Créée en 1860, lors de l'édification des Halles, cette place qui doit son nom au cimetière et à l'église des Innocents détruits à la fin du XVIIIème, fut plantée d'une soixantaine de tilleuls répartis autour de la fontaine des Innocents, chef-d'oeuvre de la Renaissance du à Pierre Lescot et à Jean Goujon. Située à l'origine rue Saint-Denis, c'est Davioud qui la fit démonter puis remonter au milieu de la place en la surélevant par une série de bassins en escaliers. Le parti pris est remarquable : au lieu de noyer le monument sous la verdure, on choisit de le mettre en valeur dans un espace dénudé, rythmé par l'alignement régulier des arbres.






  

Square de la Tour Saint-Jacques (6016 m2)
 
Il s'agit du premier square ouvert au public en 1856 et le seul qui, par sa forme, mérite sa dénomination tirée de l'anglais "carré". Situé stratégiquement à la croisée de Paris, il résulte des travaux qui bouleversèrent le quartier sous le Second Empire : aménagement de la place du Châtelet, prolongement de la rue de Rivoli et percement du boulevard de Sébastopol. Lors de sa visite à Paris pour l'Exposition universelle de 1855, la Reine Victoria fut menée sur le chantier par Haussmann, très fier de présenter à la souveraine le premier square parisien directement inspiré de ses homologues anglais. Véritable écrin de la tour Saint-Jacques, seul vestige de l'église du même nom détruite en 1797, ce square se dresse sur le lieu qui servait de point de ralliement aux pèlerins en partance pour Compostelle. La tour fut restaurée par l'architecte Ballu de 1854 à 1858, tandis qu'une statue de Pascal par Cavelier était installée sous la clef de voûte en hommage au philosophe qui y avait réalisé des expériences barométriques en 1648.





  

Square Paul Langevin ( 4328 m2)
 
Dominé par la haute muraille qui supporte les bâtiments de l'ancienne Ecole Polytechnique, ce square fut créé en 1868. Initialement baptisé Square Monge du nom du mathématicien qui enseigna à Polytechnique, il fut renommé en hommage au physicien Paul Langevin. On peut y voir un escalier monumental complètement recouvert de viburnum qui forme une étrange sculpture de verdure.





  

Jardin Robert-Cavelier-de-la-Salle (11154 m2)
Square de l'Observatoire - Jardin Marco-Polo (10903 m2)

Ces deux jardins furent aménagés en 1867 entre le Luxembourg et l'Observatoire. Situés sur une partie de l'antique château Vauvert que l'on disait habité par le diable (d'où l'expression "aller au diable Vauvert !"), ils sont plantés chacun de quatre rangées de majestueux marroniers à fleurs blanches, taillés en marquise et décorés de parterres fleuris où se dressent des statues dues aux plus fameux sculpteurs du Second Empire : La Nuit par Gumery et Le Crépuscule par Crauk dans le jardin Cavelier de la Salle ; Le Jour par Perraud et L'Aurore par Jouffroy dans le jardin Marco Polo. Cette magnifique perspective s'achève avec la célèbre fontaine des Quatre Parties du Monde. Oeuvre collective exécutée en bronze sous la direction de Davioud, elle est surtout remarquable pour sa partie supérieure due au génie de Carpeaux.



Square Boucicaut (7202 m2)
 
Créé en 1870 et inauguré en 1873, il doit son nom à Aristide Boucicaut, le créateur du bon Marché modèle du Bonheur des Dames de Zola. Il est situé sur l'ancienne léproserie de l'abbaye de Saint-Germain-des-Près.





  

Square Samuel Rousseau (1746 m2)
 
Aménagé en 1857 devant la basilique Sainte-Clotilde, il appartient à ce type de square prévu pour mettre en valeur un monument. Situé sur un ancien enclos du couvent des Dames de Bellechasse, il constitue un espace particulièrement calme au coeur de Paris.





  

Square Santiago du Chili (3545 m2) - Square d'Ajaccio (4472 m2)
 
Ces deux squares encadrent de part et d'autre l'hôtel des Invalides . Ils ont été aménagés en 1865.


 





  

Square Louis XVI (4184 m2)
 
Aménagé en 1865, un an après le percement du boulevard Haussmann, ce square se dresse sur l'ancien cimetière de la Madeleine où les corps de Louis XVI et de Marie-Antoinette furent ensevelis après leur exécution. A la Restauration, Louis XVIII fit transporter leurs dépouilles dans la basilique de Saint-Denis et chargea Fontaine, l'architecte favori de Napoléon Ier, d'ériger un monument commémoratif, la Chapelle Expiatoire. Le square encercle très harmonieusement l'édifice et lui offre l'ombre d'arbres magnifiques.





  

Square Marcel Pagnol (3764 m2)
 
Réalisé en 1867, cet ex-square laborde est situé à proximité immédiate de l'église Saint-Augustin construite par Baltard à partir de 1860. Il a été réaménagé en grande partie sur dalles en 1969.






  

Square des Batignolles (16 615 m2)
 
Aménagé comme un jardin à l'anglaise en 1862, cet espace vert constitue, comme le square du Temple, une exception dans la série des squares réalisés par Alphand. Il se distingue des autres par ses dimensions importantes et la qualité de ses aménagements, cascade, rivière, lac, arbres d'essence rare... Cependant, il ne fut pas unanimement salué lors de son inauguration. En effet, le climat français ne se prêtait pas comme en Angleterre aux jeux sur la pelouse pour des raisons évidentes de conservation de celle-ci. Ainsi, les pelouses interdites au public et les pièces d'eau réduisaient considérablement l'espace de promenade ou de jeux. En dépit de sa beauté, le square des Batignolles apparut bientôt inadapté pour ce quartier populaire. Heureusement, les pelouses sont aujourd'hui (en partie !) rendues aux jeux des enfants. Il est à signaler plusieurs platanes d'Orient qui datent de la création du square.


Square Berlioz (897m2)
 
Ex-square de Vintimille, il fut aménagé en 1859 et entièrement rénové en 1990-1991.
 






  

Square de la Trinité (3164 m2)
 
Alors que tout le quartier était profondément modifié sous le Second Empire, l'église et le square de la Trinité furent réalisés afin d'offrir un point de vue et de clore la perspective de la Chaussée-d'Antin. Aménagé en 1865, le square adopta une forme ovale et fut paré d'une fontaine par Ballu, l'architecte de l'église. Tout ici est conçu sur un rythme tertiaire pour rappeler la consécration de l'édifice à la Trinité. En effet, dans l'axe des trois porches de l'église, on retrouve les trois fontaines à triple vasque de Ballu. Au-dessus de ces fontaines se détachent trois groupes statuaires signés Duret et représentant la Foi, l'Espérance et la Charité. Le jardin lui-même s'organise autour de trois pelouses.





  

Square Montholon (4350 m2)
 
Aménagé en 1863, ce square est entouré par quatre rues qui sont elles aussi un héritage du Paris remodelé par Haussmann. Les rues Mayran, Rochambeau et Pierre Semard ont été tracées en 1862 alors que la portion de la rue Lafayette passant devant le square avait été ouverte en 1859. Elle fut prolongée jusqu'à la Chaussée d'Antin en 1862. Très endommagé par le temps et par les travaux d'aménagement d'un parc de stationnement souterrain, le square Montholon a été entièrement rénové en 1971. Ne subsistent de l'original que les grilles de fonte et deux immenses platanes d'Orient plus que centenaires. 
 






  

Square Saint-Vincent-de-Paul (1 980 m2)
 
C'est au pied de l'église Saint-Vincent-de-Paul que s'étend ce joli square inauguré en 1867. S'adaptant au terrain pentu, il encadre plaisamment l'escalier menant à l'édifice construit de 1824 à 1844 par Lepère et Hittorff.



Square de la Chapelle (1 423 m2)
 
Situé à l'est de la place de la Chapelle, ce square fut aménagé en 1862. Remodelé en 1986, il fut baptisé du nom de Louise de Marillac, la principale collaboratrice de Saint-Vincent-de-Paul.
 






  

Square monseigneur Maillet (3 045 m2)
 
Aménagé en 1863, ce square jouxtait la place des Fêtes qui accueillait les festivités de la commune de Belleville. L'aspect villageois des lieux fut complétement gommé au début des années 1970 et le square remodelé en 1971. Il a récemment été rénové et constitue aujourd'hui une halte agréable dans un paysage urbain difficile. 


Square Ferdinand Brunot (3942 m2)
 
Ce square fut aménagé en 1862 sur le territoire de l'ancien Montrouge devant la mairie du 14e arrondissement bâtie par l'architecte Naissant de 1852 à 1855.


Square Lamartine (1 613m2)
 
Inauguré en 1862, ce square doit son nom au poète qui habita à proximité.

 
Karine Huguenaud (1997)


 

  Imprimer

 
Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | Napoleon.org - ISSN 2272-1800