<i>Napoleonica La Revue</i>, revue internationale d'histoire des Premier et Second Empires napoléoniens, articles, bibliographies, documents, comptes rendus de livres, en français et en anglais : n° 21, juin 2015
IN ENGLISH

Pour vivre sa passion de l’histoire aujourd’hui, un magazine, des jeux et des animations à picorer suivant son humeur, des rencontres avec des personnalités de l’histoire napoléonienne, et des actualités et des informations à suivre chaque jour.

Enrichissements récents :

A Table : LE NAPOLEON (gâteau russe)
Sites, musées et monuments : Le musée des Lettres et Manuscrits (Bruxelles)
Mode : Les sous-vêtements féminins sous le Premier Empire
anglegauche angledroit
 
 

VIENT DE PARAÎTRE

Chaque mois nous sélectionnons un ouvrage important et chaque semaine nous vous présentons les derniers ouvrages parus. Vous pouvez également consulter la liste des ouvrages parus les années précédentes en utilisant le menu déroulant en bas de page.
Pour mettre dans « Votre sélection » une ou plusieurs références, cliquez sur le titre, puis sur « Ajouter à votre sélection ».
Pour tout renseignement sur cette rubrique, contactez-nous

Les livres pour les Junior se retrouvent dans la rubrique INFOS PLUS de Découverte Junior !

 

LE LIVRE DU MOIS :

REVERCHON Antoine, Et si Napoléon avait gagné à Waterloo ?


Résumé : Beaucoup en ont rêvé. Antoine Reverchon l'a fait. Dans son ouvrage, Napoléon triomphe militairement sans conteste. Certains pourront s'interroger sur l'opportunité d'une telle démarche. On le sait, avec des « si » tout devient par définition possible. L'exercice auquel se livre Antoine Reverchon n'a cependant rien d'une Lapalissade. Il est tout à fait sérieux et tend à vérifier si une autre fin pouvait être envisagée pendant et après le 18 juin 1815. C'est une question qui se pose. Combien de fois l'ai-je entendu dans la bouche d'amateurs éclairés ou non. Inspiré des « what if » britanniques, l'uchronie présentée ici introduit dans le récit véridique des inflexions du domaine du possible tenant compte des facteurs géostratégiques. Le livre poursuit au-delà d'une victoire à Waterloo. On pense généralement que même si l'empereur l'avait emporté dans les plaines de Belgique, sa fin était inéluctable. Le livre remet en question cette version généralement admise. Une défaite britannique n'aurait-elle pas en effet ébranlé la cohésion britannique ? Quelle aurait été l'attitude des Belges ? Les « si » d'Antoine Reverchon, ce qui en fait tout leur intérêt, sont donc à la fois militaires et politiques. Concernant la poursuite de la guerre, l'auteur revient notamment sur les plans d'invasion russes et autrichiens élaborés en 1815 et jamais appliqués pour imaginer une nouvelle campagne tout en revenant sur les combats réels ceux-là qui se sont déroulés dans l'Est et le Sud de la France. Passionnant et stimulant. Parfois avec des si, on en apprend davantage qu'avec des certitudes que l'on croyait solides. (Pierre Branda)
 
L'auteur : Antoine Reverchon est journaliste au Monde, où il a participé au Journal du Centenaire de la guerre de 1914 et aux hors-séries historiques (1914-2014, un siècle de guerres ; Débarquement ; Rebelles ; 1945 ; Empires). Il collabore par ailleurs au magazine Guerres & Histoire. Il a publié, dans la même collection, La France pouvait-elle gagner la guerre en 1870 ?

Lieu et maison d'édition : Paris, Editions Economica, coll. Mystères de guerre

Année de parution : 2015

Nombre de pages :176 p.


 Voir tous les Livres du Mois


LES LIVRES DE CETTE SEMAINE :

POUR VOIR LA FICHE LIVRE EN ENTIER (COUVERTURE, EDITEUR, PAGES...) CLiQUEZ SUR LE TITRE

Résumé : Ce catalogue a été publié à l'occasion de l'exposition Napoléon Ier ou la légende des Arts 1800 - 1815, au palais de Compiègne du 24 avril au 9 août 2015.

Par-delà les événements politiques et militaires, l'époque napoléonienne correspond à un grand moment de création artistique et s'inscrit pleinement dans l'histoire du goût.
La notion de « style Empire » est étroitement associée à la personnalité de Napoléon 1er.
Le style Empire, qui survécut environ dix ou quinze années au Premier Empire (1804-1814), a très clairement, à l'instar du style Louis XVI, son prédécesseur, l'antique comme source d'inspiration. Seule différence, l'Empire en est la stricte application, alors que le Louis XVI n'en était que le reflet. L'Empire est simple, sévère, guère intime, ni cordial ou confortable. Les meubles style empire sont donc des meubles massifs aux lignes droites et aux volumes imposants de façon à inspirer le respect. Le style empire comporte nombre de motifs récurrents comme les sphinx, les sujets guerriers, les nymphes et les renommées. En ce qui concerne les motifs animaliers seuls les lions, les cygnes, les dauphins et les abeilles, l'emblème de Napoléon Ier, ont leur place dans ce style qui ne s'inspire que peu de la nature. Les couleurs principales sont foncées : la pourpre des toges romaines, le cramoisi de l'uniforme des hussards, le vert impérial et le jaune doré pour relever le tout.
Entre 1800 et 1815, les arts furent au service du prestige national et de la gloire impériale. Pourtant, ils ont aussi constitué, dès le Consulat, une brillante conclusion au néo-classicisme du XVIIIe siècle, et ont servi de source d'inspiration jusqu'au début du XXe siècle, tant leur rayonnement fut important dans la société française et en Europe.
En peinture et sculpture, les créations sont multiples, comme le reflètent les Salons. Dans le domaine des arts décoratifs, une politique de commandes aux grandes manufactures permet de remeubler les principales résidences impériales, qui incarnent la grandeur du règne. Les harmonies de couleur y apparaissent aussi audacieuses que subtiles et de nouvelles formes voient le jour à Sèvres, tandis que le mobilier se révèle d'une surprenante modernité.
Ces thèmes sont illustrés par les collections de peintures et de mobilier du château de Versailles, du musée du Louvre, du Mobilier National, du musée des Arts décoratifs et d'autres collections publiques françaises. Les collections du palais de Compiègne seront aussi présentes, notamment pour le mobilier, les objets d'art (bronzes d'ameublement, pendules) et les porcelaines de Sèvres.
L'art du Premier Empire reflète un goût nouveau, qui se répand dans toute l'Europe. On évoquera la façon dont il fut perçu dans le Grand-Duché de Varsovie. L'amitié ancestrale entre la Pologne et la France justifiait que l'on y organise la première grande exposition sur ce sujet, qui succèdera à celle présentée à Compiègne.
Parmi les peintres, citons: David, Prud'hon, Carle Vernet, Gros, Gérard... et pour les architectes: Percier et Fontaine... (Présentation de l'éditeur)
 

 
     
 
 

Retour page d'Accueil

Retour page de Section

 

 

 

 

Imprimer

Ajouter à votre sélection

 
Voir les livres parus en

OK

Haut de page

Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | ISSN 2272-1800