<i>Napoleonica La Revue</i>, revue internationale d'histoire des Premier et Second Empires napoléoniens, articles, bibliographies, documents, comptes rendus de livres, en français et en anglais : n° 21, juin 2015
IN ENGLISH

Pour vivre sa passion de l’histoire aujourd’hui, un magazine, des jeux et des animations à picorer suivant son humeur, des rencontres avec des personnalités de l’histoire napoléonienne, et des actualités et des informations à suivre chaque jour.

Enrichissements récents :

Revue de presse : - Tradition magazine, n°260, mars-avril 2012
A Table : LE NAPOLEON (gâteau russe)
Sites, musées et monuments : Le musée des Lettres et Manuscrits (Bruxelles)
anglegauche angledroit
 
 

VIENT DE PARAÎTRE

Chaque mois nous sélectionnons un ouvrage important et chaque semaine nous vous présentons les derniers ouvrages parus. Vous pouvez également consulter la liste des ouvrages parus les années précédentes en utilisant le menu déroulant en bas de page.
Pour mettre dans « Votre sélection » une ou plusieurs références, cliquez sur le titre, puis sur « Ajouter à votre sélection ».
Pour tout renseignement sur cette rubrique, contactez-nous

Les livres pour les Junior se retrouvent dans la rubrique INFOS PLUS de Découverte Junior !

 

LE LIVRE DU MOIS :

REVERCHON Antoine, Et si Napoléon avait gagné à Waterloo ?


Résumé : Beaucoup en ont rêvé. Antoine Reverchon l'a fait. Dans son ouvrage, Napoléon triomphe militairement sans conteste. Certains pourront s'interroger sur l'opportunité d'une telle démarche. On le sait, avec des « si » tout devient par définition possible. L'exercice auquel se livre Antoine Reverchon n'a cependant rien d'une Lapalissade. Il est tout à fait sérieux et tend à vérifier si une autre fin pouvait être envisagée pendant et après le 18 juin 1815. C'est une question qui se pose. Combien de fois l'ai-je entendu dans la bouche d'amateurs éclairés ou non. Inspiré des « what if » britanniques, l'uchronie présentée ici introduit dans le récit véridique des inflexions du domaine du possible tenant compte des facteurs géostratégiques. Le livre poursuit au-delà d'une victoire à Waterloo. On pense généralement que même si l'empereur l'avait emporté dans les plaines de Belgique, sa fin était inéluctable. Le livre remet en question cette version généralement admise. Une défaite britannique n'aurait-elle pas en effet ébranlé la cohésion britannique ? Quelle aurait été l'attitude des Belges ? Les « si » d'Antoine Reverchon, ce qui en fait tout leur intérêt, sont donc à la fois militaires et politiques. Concernant la poursuite de la guerre, l'auteur revient notamment sur les plans d'invasion russes et autrichiens élaborés en 1815 et jamais appliqués pour imaginer une nouvelle campagne tout en revenant sur les combats réels ceux-là qui se sont déroulés dans l'Est et le Sud de la France. Passionnant et stimulant. Parfois avec des si, on en apprend davantage qu'avec des certitudes que l'on croyait solides. (Pierre Branda)
 
L'auteur : Antoine Reverchon est journaliste au Monde, où il a participé au Journal du Centenaire de la guerre de 1914 et aux hors-séries historiques (1914-2014, un siècle de guerres ; Débarquement ; Rebelles ; 1945 ; Empires). Il collabore par ailleurs au magazine Guerres & Histoire. Il a publié, dans la même collection, La France pouvait-elle gagner la guerre en 1870 ?

Lieu et maison d'édition : Paris, Editions Economica, coll. Mystères de guerre

Année de parution : 2015

Nombre de pages :176 p.


 Voir tous les Livres du Mois


LES LIVRES DE CETTE SEMAINE :

POUR VOIR LA FICHE LIVRE EN ENTIER (COUVERTURE, EDITEUR, PAGES...) CLiQUEZ SUR LE TITRE

Résumé : Catalogue élégant de grande qualité illustrative (belle reproduction des oeuvres) et intellectuelle (textes explicatifs, 136 notices d'oeuvres), un indispensable. (Irène Delage)
 
Sommaire
- Rome à la merci de Paris. De la lutte à mort à la réconciliation, 1796-1801
- Accord entre Rome et Paris. En quête d'une image officielle : le concours de l'an X, 1802
- Paris et Rome liées par un Concordat. L'Eglise dans l'Etat, 1801-1814
- Rome à Paris. Pie VII auprès de la fille aînée de l'Eglise, novembre 1804-mai 1805
- De Rome à Savone. Le Pape aux prises avec l'aigle : montée des tensions et ruptures, 1808-1812
- Rome et paris. Capitales impériales et scènes artistiques pour une guerre d'image 1809-1814
- Fontainebleau, geôle dorée. L'Agneau dans les serres de l'Aigle, juin 1812-janvier 1814
- Rome de nouveau dans Rome. Retour triomphal du pape dans la capitale de la chrétienté 1814
- Rome, Sainte-Hélène, Paris. Face à face au-delà du tombeau 1814-1840
 
Le palais impérial de Fontainebleau accueillit le pape Pie VII à deux reprises, dans des circonstances radicalement différentes : il y fut d'abord hôte sur le chemin du sacre en novembre 1804, puis prisonnier dans une geôle dorée de juin 1812 à janvier 1814.
Au-delà de la confrontation entre deux personnalités hors du commun, l'ancien bénédictin élu pape et le lieutenant d'artillerie proclamé empereur des Français, l'ambition de cet ouvrage est plus largement d'explorer les relations tourmentées entre l'Église et l'État, des débuts italiens de Bonaparte en 1796 au rétablissement du pouvoir temporel du pape en 1814, en passant par le Concordat de 1801. Cet affrontement entre les deux pouvoirs eut d'emblée une traduction artistique : des oeuvres d'art furent confisquées et restituées, tel le monumental Jupiter d'Otricoli exceptionnellement prêté par les musées du Vatican, ou commandées et offertes, telle la somptueuse tiare exécutée par l'orfèvre Auguste et le joaillier Nitot, cadeau de l'Empereur au pape en 1805 au temps de la concorde, ordinairement conservée dans le trésor de la Sacristie pontificale des Sacrés Palais.
Par ailleurs, une ample moisson iconographique rassemble, rapproche et confronte des oeuvres exposées au Salon à Paris en 1810 et 1812 ou conçues en Italie. À Rome, déclarée « seconde capitale de l'Empire », la décoration du Quirinal, devenu palais impérial de Monte-Cavallo, multiplia les références antiques au service du César moderne, tandis qu'à Paris, où foisonnaient les projets à la gloire de l'Empereur, le Salon des artistes vivants était une scène où se livrait une guerre des pinceaux. Après la chute de Napoléon en 1814 se poursuivit, par une explosion de créations graphiques, cette guerre d'image entre les deux souverains rivaux, l'un restauré, l'autre déchu, chacun également habile à mobiliser à son profit l'opinion par les arts. (4e de couverture)

Le catalogue de l'exposition Pie VII face à Napoléon. La tiare dans les serres de l'aigle Rome, Paris, Fontainebleau, 1796-1814, (château-musée de Fontainebleau, 28 mars-29 juin 2015), a été publié aux éditions RMN-Grand Palais, et a bénéficié d'un mécénat de la Fondation Napoléon.

 
     
 
 

Retour page d'Accueil

Retour page de Section

 

 

 

 

Imprimer

Ajouter à votre sélection

 
Voir les livres parus en

OK

Haut de page

Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | ISSN 2272-1800