Livres numériques, documents numérisés, brochures numérisées, provenant de la Bibliothèque de la Fondation Napoléon : voir les nouveautés !
IN ENGLISH

Pour découvrir l'histoire napoléonienne, pas à pas, parfaire ses connaissances et poursuivre des recherches personnelles, pour tous les amateurs et les historiens passionnés, laissez-vous guider parmi un riche ensemble d'articles et de dossiers thématiques, d'images commentées, d'outils pour travailler.

Enrichissements récents :

Bibliographies : L'Expédition d'Egypte (1798-1801)
Chronologies : Les grandes étapes de la campagne du Mexique (de 1861 à 1867)
Images : Photographie : La princesse Clotilde et son fils Victor Napoléon

NAPOLEONICA LA REVUE

La revue
anglegauche angledroit
 
 

ARTICLES

Remise des insignes d'officier de la Légion d'honneur au baron Gourgaud : discours du baron Gourgaud (28 avril 2009)

(Article de GOURGAUD DU TAILLIS, NAPOLÉON (BARON) )

 Informations





Agrandir

Monsieur le Grand Chancelier,
Madame,
Mesdames, Messieurs, et Chers Amis,
 
 
C'est pour moi un grand honneur de recevoir des mains de Monsieur le Grand Chancelier cette croix d'officier, comme on aurait dit sous l'Empire. Et qui plus est de la recevoir en ces lieux prestigieux où le souvenir du fondateur de l'Ordre de la Légion d'honneur est partout présent.
 
(S'adressant au Grand Chancelier)
Je vous remercie, Monsieur le Grand Chancelier, d'avoir accepté que cette réunion ait lieu ici et d'avoir bien voulu me remettre vous-même cette décoration.
 
J'en suis aussi honoré que touché.
 
(S'adressant à la Princesse Napoléon)
Madame,
La présence de votre Altesse Impériale, ce soir, contribue au plus haut point au bonheur de cette journée.
 
Elle évoque ceci :
 
C'était déjà chez vous, à Prangins, le 11 novembre 1996, que feu le Prince Napoléon m'avait remis les insignes de Chevalier de la Légion d'honneur.
 
J'ai ce soir une pensée émue pour le Prince Louis. Il m'a honoré de sa confiance et de son amitié pendant un demi-siècle. Je n'oublierai jamais ses encouragements et le soutien qu'il m'a apporté : pendant la guerre d'abord, puis, plus tard dans mes activités tendant à contribuer au souvenir napoléonien en France et à l'étranger.
 
(S'adressant à tous)
Mesdames et Messieurs, ces activités napoléoniennes furent, pendant toute ma vie, une préoccupation familiale, certes, mais aussi par passion personnelle.
J'ai eu la chance de pouvoir le faire au sein d'une formidable association précisément dénommée le Souvenir Napoléonien. J'y ai d'abord assisté le Dr Godlewski lorsqu'il la présidait. Je salue d'ailleurs la présence ici de sa femme, Gisèle, qui a toujours été très active au sein du Souvenir Napoléonien. Puis j'ai succédé au Dr Godlewski lorsqu'il nous a quittés si prématurément.
 
J'ai pu amplifier cette action en créant la Fondation Napoléon, grâce à la générosité du regretté Martial Lapeyre et l'assistance technique de Me Philippe Bern, ici présent. J'ai enfin présidé cette Fondation pendant près de 20 ans.
 
Dans ces deux institutions, j'ai eu la joie de travailler avec des femmes et des hommes partageant la même passion. Je ne pourrais les citer tous, mais beaucoup d'entre eux sont là ce soir. C'est sans aucun doute, ce travail commun plus que ma personne qui est aujourd'hui honoré.

(S'adressant au Prince d'Essling)
A travers mon successeur à la tête de la Fondation Napoléon, mon ami Victor-André Masséna, Prince d'Essling, je leur renouvelle tous mes remerciements.
 
(S'adressant à sa famille)
Et bien sûr, je ne saurais terminer sans tourner mes regards vers les plus proches, c'est-à-dire ma famille.
 
Mon épouse, Monique, bien sûr, si attentive. Elle a trouvé avec son oeuvre d'artiste peintre un moyen passionnant de nourrir nos échanges avec d'autres sujets que l'histoire de nos deux Empereurs. Monique a fait venir chez nous ses amis peintres et sculpteurs qui sont devenus les miens, tels Fernando Botero et son épouse Sophia Vari qui ont bien voulu se joindre à nous ce soir.
 
Enfin, j'ai la chance d'avoir un fils. Mon fils, prénommé comme moi Napoléon, par tradition familiale. Il vit pleinement dans son temps mais n'en connaît pas moins les racines et, j'ose le dire, la valeur du nom qu'il porte.
 
(S'adressant à tous)
A vous tous, mille fois merci d'être là et de m'accompagner encore dans ce moment si émouvant.

 
     
 
 

 Retour page d'Accueil

 Retour page de Section

 Retour page de Rubrique

 

 

 

 

 Imprimer

Ajouter à votre sélection

 
 


 Informations

Auteur :

GOURGAUD DU TAILLIS, NAPOLÉON (BARON)

 

 
 

Haut de page

 
Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | ISSN 2272-1800