<i>Napoleonica La Revue</i>, revue internationale d'histoire des Premier et Second Empires napoléoniens, articles, bibliographies, documents, comptes rendus de livres, en français et en anglais : n° 19, juin 2014
IN ENGLISH

Pour découvrir l'histoire napoléonienne, pas à pas, parfaire ses connaissances et poursuivre des recherches personnelles, pour tous les amateurs et les historiens passionnés, laissez-vous guider parmi un riche ensemble d'articles et de dossiers thématiques, d'images commentées, d'outils pour travailler.

Enrichissements récents :

Images : Photographie : La princesse Clotilde et son fils Victor Napoléon
Bibliographies : L'Expédition d'Egypte (1798-1801)
Chronologies : Les grandes étapes de la campagne du Mexique (de 1861 à 1867)

NAPOLEONICA LA REVUE

La revue
anglegauche angledroit
 
 

ARTICLES

Les leçons d'anglais de Napoléon

(Article de HICKS Peter, DELAGE Irène (trad.) )

 Informations

Premières leçons : août 1815 et janvier 1816


Un élève assidu
Des progrès en février 1816
Mars 1816 : quand l'élève dépasse le maître...

Napoléon bilingue ?

Outre les deux langues qu'il parlait depuis son plus jeune âge, le français et l'italien, Napoléon apprit également l'anglais. C'est ce que nous révèle le Mémorial de Sainte-Hélène rédigé par Emmanuel de Las Cases lors du dernier exil de l'empereur.


  Premières leçons : août 1815 et janvier 1816


(les titres de l'article sont de la traductrice)
 
Outre les deux langues qu'il parlait depuis son plus jeune âge, le français et l'italien, Napoléon apprit également l'anglais. C'est ce que nous révèle le Mémorial de Sainte-Hélène rédigé par Emmanuel de Las Cases lors du dernier exil de l'empereur. (1) Napoléon montra un premier intérêt pour apprendre l'anglais en 1815, lors de la traversée longue de deux mois qui devait le conduire à Sainte-Hélène. Las Cases lui donna ses deux premières leçons lorsque le Northumberland fit escale à Funchal, sur l'île de Madère, les 23-25 août 1815. (2) Cependant, comme la plupart des officiers parlaient français, l'expérience s'interrompit jusqu'au début de l'année suivante, lorsque la colonie française se fut installée à Longwood House.
 
Le lundi 16 janvier 1816, presque trois mois après que Napoléon débarqua à Sainte-Hélène, l'empereur s'entretint avec Las Cases, qui nous rapporta ainsi leur conversation : « Sur les trois heures, l'Empereur m'a fait venir pour causer pendant qu'il faisait sa toilette ; nous avons été ensuite faire quelques tours dans le jardin. Il est venu à remarquer qu'il était honteux qu'il ne sût pas encore lire l'anglais. Je l'ai assuré que, s'il avait continué, après les deux leçons que je lui avais données aux environs de Madère, il lirait aujourd'hui toute espèce de livre anglais. Il en demeurait convaincu, et m'a commandé alors de le forcer chaque jour à prendre une leçon. » Dès le lendemain, 17 janvier, Las Cases donnait à Napoléon sa première leçon de Sainte-Hélène : « Aujourd'hui l'Empereur a pris sa première leçon d'anglais ; et comme mon grand but était de le mettre à même de lire promptement les papiers-nouvelles, cette première leçon a consisté qu'à faire connaissance avec une gazette anglaise, à en étudier les formes et le plan, à connaître le placement toujours uniforme des divers objets qu'elle renferme, à séparer les annonces et les commérages de ville d'avec la politique, et dans celle-ci apprendre à discerner ce qui est authentique d'avec ce qui n'est qu'un bruit hasardé. Je me suis engagé, si l'Empereur avait la constance de s'ennuyer tous les jours de pareilles leçons, à ce que dans un mois, il pût lire les journaux sans le secours d'aucun de nous. L'Empereur ensuite a voulu faire quelques thèmes : il écrivait des phrases dictées, et les traduisait en anglais, à l'aide d'un petit tableau que je lui ai fait pour les verbes auxiliaires et les articles, à l'aide du dictionnaire pour les autres mots, que je lui faisais chercher lui-même. Je lui expliquais les règles de la syntaxe et de la grammaire, à mesure qu'elles se présentaient : il a fait de la sorte quelques phrases qui l'ont plus amusé que les versions que nous avions aussi essayées. Après la leçon, sur les deux heures, nous sommes passés dans le jardin. »
 
Un fragment de ces exercices nous est parvenu grâce à un certain M. Gasc, secrétaire général de la compagnie belge Cockerill, texte qu'il détenait en 1931. (3) Il fut donné au grand-père de M. Gasc par Las Cases lui-même, sans doute lors de son séjour en Belgique après son expulsion de Sainte-Hélène à la fin de 1816. Cet extrait fut publié pour la première fois par Paul Deschamps dans la Revue des études napoléoniennes. Le texte consiste en une série de mots traduits : « looks : regards ; slow : lent ; heavi : pesant ; Threw: jetter; Locked: serra; gone out: aller dehors, sortir; Opened: ouvert; to see: voire (sic), regarder; hope, good hope. »



© Fondation Napoléon

© Fondation Napoléon

Agrandir

Un autre fragment, plus important, est conservé dans les collections de la Fondation Napoléon. (4) Il passa entre les mains de Mme Bertrand, qui le donna à Mme Junot. La petite-fille de cette dernière, Mme de La Ferrière, révéla son existence lors de l'exposition qui se tint en 1895, Exposition historique et militaire de la Révolution et de l'Empire. (5) Détenu plus tard par Mme Henry Olphe-Galliard, de Lyon, il fut de nouveau présenté dans une exposition napoléonienne organisée à la Bibliothèque de la Ville de Lyon par M. Cantinelli, peu avant 1921. Des parties du texte furent publiées par J. G. Alger, A. Cahuet et J. Dechamps. (6) L'exercice consiste en des phrases écrites en français, suivies de leur traduction approximative en anglais. Elles sont assez révélatrice de la façon dont Napoléon vivait son confinement à Longwood (par ailleurs, il écrivait toujours « j », c'est-à-dire le « je » français, au lieu de « I » en anglais) : « Quand serez vous sage? - When will you be wise / jamais tant que je suis dans cette isle. Never as long as j should be in this isle / Mais je le deviendrai après avoir passé la ligne / But j shall become wise after having passed the line / Lorsque je débarquerai en France je serai très content – When j shall land in France j shall be very content… » D'autres passages concernent les femmes, et son fils : « my wife shall come near to me, my son shall be great and strong if he will be able to trink (sic) a bottle of wine at dinner j shall [toast] with him… / The women believe they [are] ever prety (sic) / The time has not wings / When you shall come, you shall see that j have ever loved you. »

Alors que Alger et Dechamps estimaient que ce document provenait d'une leçon donnée à Napoléon par la femme du Grand Maréchal Bertrand, Fanny Bertrand, (ayant été en possession de ce document), des éléments explicites infirment cette thèse, comme l'explique M. Cahuet dans son article. En effet, on lit en marge du texte les phrases suivantes : « Who has brought you this letter. Madame S[k]elton is then departed, J am very sorry of it, When will she come back. » En dehors de Lady Malcom et de Mrs Balcombe, Madame Skelton fut l'une des femmes anglaises qui rencontra le plus Napoléon. Epouse du lieutenant gouverneur et occupante précédente de Longwood, elle parlait un excellent français et fut reçue six fois par l'empereur. Lors de sa dernière visite, le 11 mai 1816, elle joua même aux échecs avec Napoléon. Or c'est à la même époque que Las Cases donnait ses leçons d'anglais à Napoléon, sans qu'il ne fut jamais fait mention de cours donnés en même temps par Mme Bertrand. Au contraire, le journal de Bertrand révèle qu'à cette période les relations étaient particulièrement tendues entre Napoléon et Fanny Bertrand, cette dernière refusant régulièrement de dîner à Longwood, préférant l'atmosphère plus gaie de la société de Jamestown.


  Un élève assidu


Par ailleurs, Napoléon souhaitait progresser au-delà des simples phrases qu'il traduisait. Le dimanche 28 janvier 1816, Las Cases confirmait l'assiduité de son élève : « Nos jours se passaient, comme chacun le soupçonne, dans une grande et stupide monotonie. L'ennui, les souvenirs, la mélancolie, étaient nos dangereux ennemis ; le travail notre grand, notre unique refuge. L'Empereur suivait très régulièrement ses occupations ; l'anglais était devenu pour lui une affaire importante. Il y avait près de quinze jours [plus exactement onze] qu'il avait pris sa première leçon, et à compter de cet instant, quelques heures tous les jours, depuis midi, avaient été employées à cette étude ; tantôt avec une ardeur vraiment admirable, tantôt avec un dégoût visible ; alternative qui m'entretenait moi-même dans une véritable anxiété. J'attachais la plus grande importance au succès, et je craignais chaque jour de voir abandonner les efforts de la veille ; d'en être pour l'ennui mortel que j'aurais causé, sans le résultat heureux que je m'étais promis. D'un autre côté, chaque jour aussi j'étais aiguillonné d'avantage en me voyant approcher du but auquel je tendais. L'acquisition de l'anglais pour l'Empereur était une véritable et sérieuse conquête. Jadis il lui en coûtait, disait-il, annuellement, pour de simples traductions cent mille écus, et encore, observait-il, les avait-ils bien à point nommé ? étaient-elles fidèles ? Aujourd'hui nous nous trouvions emprisonnés au milieu de cette langue entourés de ses productions ; tous les grands changements, toutes les grandes questions que l'Empereur avait créés sur le continent avaient été traités par les Anglais en sens opposé ; c'étaient autant de faces nouvelles pour l'Empereur, auquel elles étaient jusque-là demeurées étrangères.
Qu'on ajoute que les livres français étaient rares parmi nous, que l'Empereur les connaissait tous et les avait relus jusqu'à satiété, tandis que nous pouvions nous en procurer une foule d'anglais tout à fait neufs pour lui.
Enfin l'acquisition de la langue d'un étranger devient un titre à ses yeux, c'est un agrément pour soi, un véritable avantage, c'est une facilité de pourparler, en quelque sorte un commencement de liaison pour tous deux. Quoiqu'il en soit, j'apercevais déjà le terme de nos difficultés ; j'entrevoyais le moment où l'Empereur aurait traversé tous les dégoûts inévitables du commencement. Mais qu'on se figure si l'on peut tout ce que devait être pour lui l'étude scolastique des conjugaisons, des déclinaisons, des articles, etc. On ne pouvait y être parvenu qu'avec un grand courage de la part de l'écolier, un véritable artifice de la part du maître. Il me demandait souvent s'il ne méritait pas des férules, il devinait leur heureuse influence dans les écoles ; il eût avancé d'avantage, disait-il gaîment, s'il eût eu à les craindre. Il se plaignait de n'avoir pas fait de progrès, et ils auraient été immenses pour qui que ce fût.
Plus l'esprit est grand, rapide, étendu, moins il peut s'arrêter sur des détails réguliers et minutieux. L'Empereur, qui saisissait avec une merveilleuse facilité tout ce qui regardait le raisonnement de la langue, en avait fort peu dès qu'il s'agissait de son mécanisme matériel. C'était une vive intelligence et une fort mauvaise mémoire : (7) c'était ce qui le désolait, il trouvait qu'il n'avançait pas. Dès que je pouvais soumettre les objets en question à quelque loi ou analogie régulière, c'était classé, saisi à l'instant, l'écolier devançait même alors le maître dans les applications et les conséquences ; mais fallait-il retenir par coeur et répéter les éléments bruts, c'était une grande affaire, on reprenait sans cesse les uns pour les autres , et il serait devenu trop fastidieux d'exiger d'abord une trop scrupuleuse régularité. Une autre difficulté, c'est qu'avec les mêmes lettres, les mêmes voyelles, ces mots nous demandaient une toute autre prononciation, l'écolier ne voulait que la nôtre et le maître eût décuplé les difficultés et l'ennui, s'il eût voulu exiger mieux. Enfin l'écolier, même dans sa propre langue, avait la manie d'estropier les noms propres, les mots étrangers, il les prononçait tout à fait à son grès, et une fois sortis de sa bouche, quoi qu'on fît, ils demeuraient toujours les mêmes, parce qu'il les avait, une fois pour toutes, logés de la sorte dans sa tête. C'est ce qui ne manquait pas d'arriver pour la plupart de nos mots anglais, et le maître dut avoir la sagesse et l'indulgence de s'en contenter, laissant au temps de rectifier à rectifier peu à peu, s'il était jamais possible, toutes ces incorrections. De ce concours de circonstances, il naquit véritablement une nouvelle langue. Elle n'était entendue que de moi, il est vrai ; mais elle procurait à l'Empereur la lecture de l'anglais, et il eût pu, à toute rigueur, se faire entendre, par écrit, dans cette langue ; c'était déjà beaucoup, c'était tout. »


  Des progrès en février 1816


Cependant, une semaine plus tard (3-6 février 1816), Las Cases s'avérait plus positif quant aux progrès de l'empereur : « L'Empereur travaillait trois, quatre, cinq heures de temps à l'anglais ; les progrès devenaient réellement très grands, il en était frappé lui-même, et s'en réjouissait en enfant. Il disait un de ces jours à table, et il répète souvent, qu'il me doit cette conquête, et qu'elle est bien grande. Je n'y aurai eu pourtant d'autre mérite que celui que j'ai employé pour les autres travaux de l'Empereur : d'avoir osé en donner l'idée, d'y être revenu sans cesse ; et, une fois entamée, d'avoir mis dans l'exécution, qui dépendait de moi, une promptitude et une régularité journalières qui faisaient tout son encouragement. S'il arrivait qu'on ne fût pas prêt quand il nous demandait, s'il fallait renvoyer au lendemain, le dégoût le saisissait aussitôt, et le travail en demeurait là, jusqu'à ce que quelque chose vînt le remonter. « J'ai besoin d'être poussé, me disait-il confidentiellement dans une de ces interruptions passagères, le plaisir d'avancer peut seul me soutenir ; car, mon cher, nous pouvons en convenir entre nous, rien de tout ceci n'est amusant, il n'y a pas le mot pour rire dans toute notre existence. »


  Mars 1816 : quand l'élève dépasse le maître...


En mars 1816, Napoléon retrouvait assez d'enthousiasme pour jouer un petit tour à Las Cases, qui mordit facilement à l'hameçon. Dans un chapitre intitulé « Mystification » et daté du 7 mars, la victime raconta toute l'histoire : « Un instant avant de dîner, je me suis rendu, comme de coutume, au salon ; l'Empereur y jouait une partie d'échecs avec le Grand Maréchal. Le valet de chambre de service à la porte du salon est venu me porter une lettre, il y avait écrit dessus : très pressé. Par respect pour l'Empereur je me cachais pour essayer de la lire ; elle était en anglais : on y disait que j'avais fait un très-bel ouvrage ; qu'il n'était pourtant pas exempt de fautes ; que si je voulais les corriger dans une nouvelle édition, nul doute que l'ouvrage n'en valût beaucoup mieux ; et sur ce, l'om priait Dieu qu'il m'eût dans sa digne et sainte garde. Une pareille lettre excitait ma surprise, un peu ma colère, le rouge m'en était monté au visage; c'était au point que je ne m'étais pas donné le temps d'en considérer l'écriture. En la reparcourant j'ai reconnu la main, malgré la beauté inusuelle de l'écriture, et je n'ai pu m'empêcher d'en rire beaucoup à part. Mais l'Empereur, qui me voyait par côté, m'a demandé de qui était la lettre qu'on m'avait remise. J'ai répondu que c'était un écrit qui m'avait imprimé un premier sentiment bien différent de celui qu'il me laisserait. Je le disais si naturellement, la mystification avait été si complète, qu'il se mit à rire aux larmes. La lettre était de lui, l'écolier avait voulu se moquer de son maître, et s'essayer à ses dépens. Je garde soigneusement cette lettre ; la gaîté, le style et la circonstance me la rendaient plus précieuse qu'aucun des brevets que l'Empereur eût pu me donner au temps de sa puissance. »


Grâce à l'extrême attention avec laquelle Las Cases conserva tout ce que l'Empereur avait lui remettre, cette lettre nous est parvenue, détenue aujourd'hui en mains privées :
« Sir Count Lascases
j write you this letter for say to you that you had done a very good book. It is not however that is not somme fautes (8) but you schal may corect them (9) in the next edition: then schal you may sell you work five pound (10) every exemplary.
upon that j pray god that he have you in his holy and worthy guard.
6 mars 1816 longwood
 
[On the envelope:]
Counte Lascases
Longwood
very urgent
 
Une autre lettre de Napoléon, datée du 7 mars 1816, est conservée désormais à la Bibliothèque nationale de France (11) :
« Count Las Cases. Since sixt week j learn the Englich and j do not any progress. Six week do fourty and two day. If might have learn fivity word four day I could konow it two thusands and two hundred. (12) It is in the dictionary more of fourty thousand; even he could must twinty bout much of tems for know it our hundred and twenty week, which do more two yars. After this you shall agrée that to study one tongue is a great labour who it must do into the young aged.
Longwood this morning the seven march thursday one thousand eight hundred sixteen after nativity the yours (13) Jesus Christ.

[Address]:
Count Lascases
chamberlain of S. M.
Longwood into his palace
very press
(14)
 
Sur ce document, Las Cases écrivit lui-même : L'Empereur eût à Longwood la fantaisie d'apprendre l'anglais et je lui donnais personnellement des leçons, en moins d'un mois il lisait très bien les journaux et traduisait tant bien que mal ses idées ; pourtant il trouvait que cela allait encore trop longtemps [sic], si bien que la nuit quand il ne pouvait dormir, il s'amusait à m'écrire en anglais et m'envoyait sa lettre avec beaucoup de mystère pour que j'en corrigeasse les fautes. Cette correspondance nocturne intriguait beaucoup tous les autres qui ne pouvaient s'imaginer ce qu'il pouvait avoir à m'écrire ; ce n'était tout bonnement que des lettres pareilles à celle-ci. Voilà son historique. Passy, 17 septembre 1839. Comte de Las Cases.

Le 8 mars Las Cases nous expliqua : « L'Empereur n'avait pas dormi de la nuit : dans son insomnie il s'était amusé à m'écrire une nouvelle lettre en anglais ; il me l'a envoyée cachetée ; j'en ai corrigé les fautes, et lui ai répondu, en anglais aussi, par le retour du courrier ; il m'a fort bien compris ; ce qui l'a convaincu de ses progrès, et lui a prouvé qu'il pourrait, à toute rigueur, correspondre dans sa nouvelle langue. » Datée en fait du 9 mars, cette lettre nous est également parvenue :
 
Count Lascases
it is two o'clock after midnight, j have enow sleep j go then finish the night into to cause with you… he shall land above seven day a ship from Europa that we shall give account from anything who this shall have been even to day of first january thousand eight hundred sixteen. you shall have for this ocurens a letter from lady Lascases that shall you learn what himself could carry well if she had coceive the your 
but j tire myself and you shall have of the ade at conceive any / (15)
upon this j intercede god etc etc
Longwood this nine march thousand eight hundred and sixteen after the nativity of our saviour jesuf at four hours of the morning and half
 
[On the envelope:]
Count Lascases
at his bank
very close
or in haste
 
Las Cases évoqua les progrès de l'Empereur à la date du 15 avril 1816 dans Le Mémorial : "Pendant le dîner, il nous fait, en anglais, un récit des papiers français, contenant, disait-il, la destinée de M. Lapeyrouse ; le lieu où il avait fait naufrage, ses divers événements, sa mort et son journal, etc. le tout composait des détails curieux, piquants, romanesques qui nous attachaient extrêmement ; l'Empereur en a joui et s'est mis à rire ; car son récit n'était qu'une fable improvisée pour nous montrer ses progrès en anglais, disait-il. »

Il apparaît clairement dans ces différentes lettres, que Napoléon était arrivé à une certaine maîtrise de l'anglais. Même si son orthographe demeure pour le moins rebelle, des progrès sont visibles. Dans la lettre de la Bibliothèque Nationale, les erreurs du début sont corrigées par la suite : sixt devient six, konow devient know, twinty devient twenty, thusand devient thousand. De même il y a très peu de fautes d'orthographe dans les lettres des 6 et 9 mars. Même si les lettres sont difficiles à déchiffrer (par exemple il écrit "to cause with you" pour "to converse with you"), le sens général est compréhensible.




  Napoléon bilingue ?


Ainsi, Las Cases peut légitimement écrire que Napoléon pouvait lire et, dans une moindre mesure, écrire en anglais. Cependant, nous le suivons moins sur la qualité réelle de ses progrès. Nous ne pouvons franchement pas nous résoudre à croire à cette histoire du 15 avril 1816, quand Las Cases lui-même rapporte que l'anglais de Napoléon est pratiquement incompréhensible, sinon de Las Cases seul. Betsy Balcombe rapporta également combien l'anglais de Napoléon était bizarre. (16) Cependant, le témoignage de Las Cases dans Le Mémorial demeure essentiel lorsque il évoque le grand homme prenant son courage à deux mains pour revêtir l'habit du simple écolier qui doit apprendre du vocabulaire, et finalement maîtrise la langue de son ennemi. 

 
     
 
 

 Retour page d'Accueil

 Retour page de Section

 Retour page de Rubrique

 

 

 

 

 Imprimer

Ajouter à votre sélection

 
 


 Informations

Auteur :

HICKS Peter, DELAGE Irène (trad.)

Revue :

inédit ; avril 2005, traduction juin 2005

Notes

 (1) Emmanuel-Auguste-Dieudonné-Marius-Joseph Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène ou journal où se trouve consigné, jour par jour, ce qu'a dit et fait Napoléon durant Dix-huit mois, Paris : Las Cases, 1823.
(2) De manière presque certainement erronée, Charles-Jean-François-Tristan de Montholon (Récits de la captivité de l'Empereur Napoléon à Sainte-Hélène par [un] compagnon de sa captivité et son premier exécuteur testamentaire, 2 vol., Paris : Paulin, 1847) place ces premières leçons le 31 août 1815 après le bateau eut quitté l'île de Ténériffe. Les souvenirs de Montholon doivent être lus avec précaution car rédigés plus de vingt ans après les faits alors que Montholon languissait en prison au fort de Ham pour avoir soutenu la tentative de coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III. D'autre part, de nombreuses confusions ont été rendues presque inévitables par le désordre des papiers de Montholon, désordre provoqué par la police qui tint à examiner ses notes.
(3) Jules Dechamps, “A propos d'un autographe inconnu : Napoléon et la langue anglaise », dans Revue des études napoléoniennes, XXe année, tome XXXIII (1931, July-December) p. 124-28, consultable sur http://gallica.bnf.fr
(4) Manuscrit autographe, s.l.s.d. [Longwood, 1816-1817], deux feuillets, Fondation Napoléon, Paris, inv. 1153
(5) J. G. Alger, The Atlantic Monthly, November 1895, d'autres details dans son livre : Napoleon's British Visitors and Captives, London: 1904, pp. 309-15 ; Albéric Cahuet, L'Illustration, 11 juin 1921, “Un devoir d'Anglais de Napoléon à Sainte-Hélène”; Jules Deschamps, art. cit.
(6) Albéric Cahuet, art. cit.
(7) Sans doute à partir de son exil à Sainte-Hélène, car jusqu'alors, Napoléon était connu pour son immense capacité à retenir toute sorte d'informations.
(8) "it is not" raturé.
(9) "at" raturé.
(10) "l'exemplary" raturé.
(11) BNF, NAF 2003, folio 6 r°-v°, lettre autographe de Napoléon en anglais donné par Las Cases à la Bibliothèque impériale (c'est-à-dire la Bibliothèque nationale sous le Second Empire). Cette lettre fut publiée par Léonce de Brotonne, Lettres inédites de Napoléon Ier, Paris : Honoré Champion, 1898, lettre 1505, p. 605-606, mais avec une transcription fantaisiste.
(12) L'arithmétique de Napoléon est fausse : 50 x 42 = 2,100.
(13) Cela peut être lu comme ‘lord' ou ‘saviour'. Napoléon a peut-être voulu écrire ‘years'.
(14) I.e., très urgent.
(15) "sur ce je prie" raturé.
(16) Voir la remarque de Betsy Balcombe : "L'anglais de l'Empereur, dont il usait peu de mots, était le plus incorrect du monde", dans Mrs Abell, Recollections of the Emperor Napoleon during the first three Years of his Captivity on the Island of St Helena, 1844, republié par Ravenhall Books en 2005, sous le titre : To befriend an Emperor: Betsy Balcombe's memoirs of Napoleon on St Helena, voir chapitre VIII, p. 86.

En savoir plus

 La Maison de Longwood et les domaines français de Sainte-Hélène

 

 
 

Haut de page

 
Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | ISSN 2272-1800