Questionnaire pour connaître les souhaites des internautes
IN ENGLISH

Pour découvrir l'histoire napoléonienne, pas à pas, parfaire ses connaissances et poursuivre des recherches personnelles, pour tous les amateurs et les historiens passionnés, laissez-vous guider parmi un riche ensemble d'articles et de dossiers thématiques, d'images commentées, d'outils pour travailler.

Enrichissements récents :

Chronologies : Les grandes étapes de la campagne du Mexique (de 1861 à 1867)
Bibliographies : L'Expédition d'Egypte (1798-1801)
Images : Photographie : La princesse Clotilde et son fils Victor Napoléon

NAPOLEONICA LA REVUE

La revue
anglegauche angledroit
 
 

ARTICLES

La musique du Sacre de Napoléon : concert à la Madeleine, 2 décembre 2004

(Article de HICKS Peter, DELAGE Irène )

 Informations

Avant-propos du Baron Gourgaud, président de la Fondation Napoléon

Programme
Historique

Peter Hicks (chef d'orchestre)
Académie symphonique de Paris
Marie-Pierre Wattiez (soprano I) et Véronique Chevallier (soprano II)
Hervé Lamy (ténor) et Paul Willenbrock (basse)
Michel Albertini (récitant)
Projet d'aménagement Madeleine 2000
Organisation
Remerciements
Commander la musique du Sacre (1995, Festival de la Chaise-Dieu)


  Avant-propos du Baron Gourgaud, président de la Fondation Napoléon


SAI princesse Napoléon, baron Gourgaud © Fondation Napoléon

SAI princesse Napoléon, baron Gourgaud © Fondation Napoléon

Agrandir

 
La Fondation Napoléon se devait de participer aux célébrations du bicentenaire de la proclamation de l'Empire. Avec ce concert s'achève un cycle de manifestations que nous avons organisées tout au long de l'année 2004 : conférence et concert le 18 mai pour l'anniversaire de la proclamation de l'Empire, exposition « Trésors de la Fondation Napoléon » au Musée Jacquemart-André (jusqu'au 3 avril 2005), colloque international « Regards sur la politique européenne de Napoléon » les 18 et 19 novembre derniers.
 
La soirée qui vous est proposée aujourd'hui est exceptionnelle à plus d'un titre.
Elle est d'abord rare : l'oeuvre que l'on va entendre n'a été donnée que quatre fois, en 1804 à Notre-Dame, en 1995 et en 2004 au Festival de la Chaise-Dieu, et en 2003 dans trois églises parisiennes. Beaucoup d'entre vous le savent, la partition de la messe de Paisiello avait été égarée pendant plus de cent cinquante ans, avant que le professeur Jean Mongrédien ne la retrouve et, après des années de travail, ne la rétablisse au plus près de l'original. Avec son accord, ce sont ses partitions qui vont être utilisées ce soir.

Cette soirée est aussi un produit du travail de la Fondation Napoléon. N'ayant pu obtenir la mise à disposition de Notre-Dame, nous avons du aussi renoncer à faire exécuter cette Messe du Sacre par l'orchestre initialement prévu. Notre conseil d'administration a décidé que nous dépasserions ces difficultés pour offrir au monde napoléonien un événement attendu. Notre collaborateur Peter Hicks, qui ajoute à ses qualités d'historiens une grande expérience musicale et de direction d'orchestre, a pris en charge la partie artistique. Notre équipe administrative, conduite par Thierry Lentz, a pris en charge les autres aspects. Grâce à cet engagement collectif et à l'excellent accueil que nous ont réservé le père Mollat du Jourdin et ceux qui l'entourent, ce concert est devenu possible.
 
Outre ces éléments artistiques et techniques importants, le caractère de cette soirée sera surtout dominé par les sentiments qui nous habiteront au moment où retentiront ces airs qui, en leur temps, ajoutèrent à la matinée de Notre-Dame une grandeur et une pompe que les meilleurs mémorialistes n'ont pas pu rendre.
 
A tous, napoléoniens, paroissiens de La Madeleine, mélomanes ou simples curieux qui sont venus ce soir, je souhaite une excellente soirée.

 



  Programme


Choeur Musicanti © Fondation Napoléon

Choeur Musicanti © Fondation Napoléon

Agrandir

- Veni creator spiritus, chant grégorien
- Tu es Petrus, Le Sueur, tutti
- Marche, Le Sueur
- Messe du sacre, Kyrie, Paisiello
---N°1 Larghetto, tutti
---Messe du sacre, Gloria, Paisiello
---N°2 Allegro vivace, tutti
---N°3 Andatino movibile, solo ténor et tutti
---N°4 Andante mosso, soli sopranos I et II, et ténor, et tutti
---N°5 Larghetto, solo soprano I et tutti
---N°6 Allegro non troppo, solo soprano I et tutti
---N°7 Moderato, solo basse et tutti
- Unxerunt Salomonem, Le Sueur, solo ténor et tutti
- Messe du sacre, Credo, Paisiello
---N°8 Moderato, tutti
---N°9 Larghetto, solo soprano I, cor et harpe
---N°10 Moderato, tutti
- Vivat, abbé Roze, tutti
- Messe du sacre, Sanctus, Paisiello, tutti
- Messe du sacre, Agnus Dei, Paisiello, tutti
- Messe du sacre, Domine, fac salvum imperatorem Napoleonem, Paisiello, tutti et troupe
- Marche du Sacre, Le Sueur
- Vivat, abbé Roze, tutti


  Historique


Eglise de la Madeleine © Fondation Napoléon

Eglise de la Madeleine © Fondation Napoléon

Agrandir

La musique pour le sacre et couronnement de Napoléon, pour deux grands choeurs et orchestres, fut exécutée pour la première fois le 2 décembre 1804 à Notre-Dame.
Un étonnant silence entoura d'abord sa création. Un seul journal - La Gazette de France du 7 décembre – en donna quelques détails : titres des morceaux, noms des compositeurs, et des plus célèbres musiciens présents - le chef d'orchestre de la musique de l'empereur, Rey, les divas, Mme Branchu, Laïs, le violoniste Kreutzer, etc. C'était peu de choses pour un évènement d'une telle importance. Fait encore plus remarquable, le texte le plus connu et le plus largement diffusé sur l'évènement, le Procès-Verbal (1805), est presque muet sur la partie musicale, que l'on doit, rappelons-le à Jean-François Le Sueur (1760-1819), Giovanni Paisiello (1740-1816) et l'abbé Roze (1745-1819). Deux ans plus tard, le fameux Livre du Sacre de Percier et Fontaine, fit furtivement référence aux 500 exécutants répartis en deux orchestres et choeurs perchés sur des estrades au fond de Notre-Dame. Ainsi, l'aspect musical de ce 2 décembre de légende resta largement méconnu.
Il souffrit même d'une véritable désinformation. Ainsi, en 1837, Le Sueur, qui avait écrit pour la cérémonie une marche et les motets Unxerunt salomonem, et Tu es Petrus, revendiqua la composition de l'ensemble. Bien que Frédéric Masson eut repéré que Paisiello était l'auteur de la messe et du Te deum, pendant 150 ans les spécialistes de Le Sueur suivirent cette fausse piste.

M. Lachnitt, M. Mongrédien © Fondation Napoléon

M. Lachnitt, M. Mongrédien © Fondation Napoléon

Agrandir

La plus grande partie de la messe, due à Paisiello, était tombée dans l'oubli et les partitions considérées comme perdues. Les autres parties musicales de la cérémonie furent réutilisées comme la marche de Le Sueur, pour le couronnement de Charles X, et le Tu es Petrus du même pour le baptême du Prince Impérial (1856). Le Vivat de l'abbé Roze, très efficace, eut quant à lui un grand succès, surtout auprès de l'armée.
Dans les années 60, en fouillant au Conservatoire National de Musique, le musicologue Jean Mongrédien, retrouva miraculeusement un fonds de musique manuscrite provenant de la chapelle des Tuileries. Cette découverte permit de « déterrer » les partitions, conducteurs et matériel de chant et d'orchestre manuscrits, pour presque toute la musique de la messe. Seuls deux motets manquaient : Accingere gladio (de Le Sueur) et Veni sancte spiritus.
Avec le soutien de la Fondation Napoléon, le Professeur Mongrédien procéda à une transcription complète de cette musique, c'est-à-dire la messe et le Te Deum de Paisiello, et les motets de Le Sueur et Roze. Ces morceaux furent joués pour la première fois depuis 1804 en 1993 au Festival de La Chaise-Dieu, puis très rarement, comme le rappelle plus haut le baron Gourgaud.

La musique de Paisiello, loin de celles de Mozart ou de Haydn, et du Romantisme de Chérubini, est limpide, saturnienne, et joyeuse. On laissera le dernier mot à l'empereur lui-même. Dans son roman, Clisson et Eugénie (1795) il compare sa bien-aimée à la musique de Paisiello, « Eugénie était comme un morceau de Paisiello, qui transporte seulement les âmes faites pour le sentir tandis que le commun n'est point affecté. » Nous en convenons.
 
P. H. et T. L.



  Peter Hicks (chef d'orchestre)


Peter Hicks © Fondation Napoléon

Peter Hicks © Fondation Napoléon

Agrandir

Maîtrisien dès l'âge de 8 ans, organiste et maître de chapelle à 17, Peter Hicks a complété sa formation musicale à Londres puis à Cambridge, où il chanta dans le célèbre choeur de la chapelle de Saint John's College et dans The Bach Choir. ‘Premier prix' de hautbois et de piano, il est actuellement maître de chapelle et organiste à l'Eglise Saint-Georges à Paris. Chanteur, il a travaillé avec les chefs Gabriel Garrido et George Guest, et a gagné le premier prix du Festival Marenzio (1990). Depuis une quinzaine d'années, il dirige ses propres groupes et chante pour d'autres, comme la Maîtrise de Caen, Les Carollers, Arsis, et les Musiciens de Paradis, en Europe mais aussi en Asie avec l'opéra médiéval Le Jeu de Daniel (Festival Art sacré, Paris, 1997, Festival d'Athènes, 1998, Festival de Musique Ancienne, Tokyo, 1999).
Peter Hicks se consacre encore à la direction de la musique religieuse, de la période médiévale jusqu'au 20e siècle. Il a enregistré Singing the Ring, une oeuvre contemporaine (Céline Music, 1995), et un disque d'oeuvres de Purcell, Byrd et Bainton (Koka Média, 2000).
Docteur en histoire (Cambridge), il est enfin historien et web-éditeur à la Fondation Napoléon.


  Académie symphonique de Paris


Académie symphonique de Paris © Fondation Napoléon

Académie symphonique de Paris © Fondation Napoléon

Agrandir

L'Académie symphonique de Paris, (désormais rebaptisée « Ensemble choeurs et âmes ») a été fondée par le chef de choeur Antoine Barth et le violoncelliste Jérôme Treille. Elle est une formation professionnelle spécialiste du répertoire oratorio et se produit presque uniquement avec des ensembles vocaux. Sans chef permanent, elle s'adapte aux choeurs qu'elle accompagne. Son répertoire va de Monteverdi en passant par Paisiello et Chérubini, jusqu'à Igor Stravinsky et Benjamin Britten.
 
Son Violon Solo, Valérie Beutin, a suivi ses études musicales au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où elle a obtenu en 1988 en prix d'harmonie dans la classe de Roger Boutry (1988), un 1er prix de violon dans la classe de Davy Erlih et un 1er prix de musique de chambre dans la classe de Régis Pasquier (1989). Parallèlement elle a été récompensée par un prix de musique de chambre au concours international de Paris en 1989.


  Marie-Pierre Wattiez (soprano I) et Véronique Chevallier (soprano II)


V. Chevallier, M.-P. Wattiez © Fondation Napoléon

V. Chevallier, M.-P. Wattiez © Fondation Napoléon

Agrandir

Marie-Pierre Wattiez, soprano I
Ancienne de la Maison d'Education de la Légion d'Honneur, Marie-Pierre Wattiez a étudié le chant avec Mady Mesplé. Elle se produit avec les ensembles comme Soli Tutti et Le Concert Spirituel. Parmi ses dernières prestations signalons une Messe en Si de J.S. Bach sous la direction de Pierre Cao aux festivals de Vézelay et Beaune, et le Te Deum de Charpentier sous la direction de Hervé Niquet. Elle s'est récemment produite en Norvège, Allemagne, Belgique, Russie, et Etats-Unis. Elle chantera bientôt dans Pygmalion de Rameau au Théâtre du Châtelet.
 
Véronique Chevallier, soprano II
Véronique Chevallier s'est formée en chant et en université à Génève, Paris et aux Etats-Unis (Peabody Conservatory, Baltimore). On a put récemment l'entendre dans La Bohème de Puccini (Peabody Conservatory), Riders to the Sea de R.Vaughan Williams (Les Arts Florissants), et Gloria de Vivaldi (La Schola Cantorum de Paris).


  Hervé Lamy (ténor) et Paul Willenbrock (basse)


P. Willenbrock, H. Lamy © Fondation Napoléon

P. Willenbrock, H. Lamy © Fondation Napoléon

Agrandir

Hervé Lamy, ténor
Débutant sa carrière avec les Petits Chanteurs de Sainte-Croix de Neuilly, Hervé Lamy a travaillé une quinzaine d'années avec Philippe Herreweghe, à la Chapelle Royale, puis avec l'Ensemble Vocal Européen. Il mène également une carrière internationale. Parmi ses derniers enregistrements figurent Jonas et Jephthé de Carissimi (2003) et La Passion selon Saint Matthieu de Schütz (direction Lionel Sow). Il sera prochainement Candide dans l'opéra du même nom de Bernstein avec l'Opéra de Rennes.
 
Paul Willenbrock, basse
Maîtrisien dans l'une des Chapelles Royales de Londres, puis‘choral scholar' dans la Chapelle de Trinity College à Cambridge, Paul Willenbrock a travaillé son art au sein d'ensembles spécialisés dans la musique ancienne : Chapelle Royale, Collegium Vocale de Gent, Arts Florissants, Organum, etc... Il poursuit depuis son parcours de soliste avec de nombreuses formations de renom à travers l'Europe, tels Daedalus et Lucidarium (Suisse), Capella Regia et Musica Florea (Prague), Balthasar Neumann Chor (Freiburg), The Harp Consort et Musica Fabula (GB) Battalia (Finlande), Ensemble William Byrd, A Sei Voci, etc. Dernièrement, il était Don Basilio dans la production du Barbier de Séville de l'Opéra-Théâtre de Lyon. Il joue le rôle de l'ami du novice dans Billy Budd de Benjamin Britten pour Fenice de Venise.


  Michel Albertini (récitant)


M. Albertini © Fondation Napoléon

M. Albertini © Fondation Napoléon

Agrandir

Il mène de front une carrière d'auteur, de metteur en scène, d'acteur et de scénographe. Il a débuté sa carrière au sein des ballets de Roland Petit puis suivi des études théâtrales au Conservatoire de Paris avant de se produire à Brodway dans plusieurs spectacles musicaux. Acteur, il a joué dans une dizaine de films (Nelly et M. Arnaud, L'Amour braque, I comme Icare, Verdict, etc.) et une centaine de fictions pour la télévision. Il est encore l'auteur de plusieurs pièces de théâtre, jouées dans divers théâtres parisiens dont la Comédie française, et de romans. On lui doit enfin la scénographie des expositions Napoleao (Sao Paulo, Brésil, 2003) et Trésors de la Fondation Napoléon (jusqu'au 3 avril 2005 au musée Jacquemart-André, Paris).


  Projet d'aménagement Madeleine 2000


Voute en l'église de la Madeleine © Fondation Napoléon

Voute en l'église de la Madeleine © Fondation Napoléon

Agrandir

L'association Madeleine 2000 a pour objet le rayonnement de l'église de La Madeleine et de son quartier.

Depuis 1999, elle a mis en valeur ce monument par la réalisation et la mise en place de la Croix extérieure, d'un Chemin de Croix contemporain, de nombreuses expositions d'art contemporain, de concerts, de conférences, de pièces de théâtre ayant pour thème Sainte Marie-Madeleine.

En 2004, Madeleine 2000 a initié l'ambitieux projet de rendre cette église accessible à tous, et en particulier aux personnes handicapées, par la construction d'un ascenseur.
Les études préalables et les avant-projets, en concertation avec les autorités de tutelle, sont en cours. D'importantes contraintes sont imposées par le caractère de Monument historique de La Madeleine. L'ascenseur devra ainsi être installé dans les murs mêmes du bâtiment.

Madeleine 2000, maître d'oeuvre, prend en charge la totalité de cet investissement dont le coût prévisionnel s'élève à 300 000 euros.

La Fondation Napoléon a souhaité apporter son soutien à cette opération, participant ainsi à la valorisation d'un monument voulu par L'Empereur.
Une quête au profit de Madeleine 2000 sera ainsi organisée à l'entracte.
 

Madeleine 2000
14, rue de Surène
75008 Paris
Tél. : 01 44 51 69 00
Tlc : 01 40 07 03 91


  Organisation


Fondation Napoléon

Production
SEC France Relations Publiques
Martine Fässler

Régisseur
Jean Fröhlich

Production artistique
Peter Hicks
Jérôme Treille et l'Académie Symphonique de Paris
Choeurs Musicanti


  Remerciements


Père Mollat du Jourdin, Curé de la Madeleine
 
Pierre-Jean Goujon
 
Marie-Laurence Lenté
 
Baron de Méneval, Président du Souvenir Napoléonien
 
Todd Fisher, Napoleonic Alliance


  Commander la musique du Sacre (1995, Festival de la Chaise-Dieu)


Ce disque est une réédition spéciale (hors commerce) de l'enregistrement aujourd'hui épuisé de la musique de cette cérémonie historique, enregistré en 1995 en l'Abbatiale de La Chaise-Dieu : Marche et Motets de Le Sueur ; Vivat de l'abbé Roze ; Messe et Te Deum de Paisiello.

Disponible auprès des bureaux du Festival de La Chaise-Dieu
10 rue Jules Vallès
B.P 150
43004 Le Puy-en-Velay Cedex
Tél : +33 (0)4 71 09 48 28


 
     
 
 

 Retour page d'Accueil

 Retour page de Section

 Retour page de Rubrique

 

 

 

 

 Imprimer

Ajouter à votre sélection

 
 


 Informations

Auteur :

HICKS Peter, DELAGE Irène

 

 
 

Haut de page

 
Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | Napoleon.org - ISSN 2272-1800