<i>Napoleonica La Revue</i>, revue internationale d'histoire des Premier et Second Empires napoléoniens, articles, bibliographies, documents, comptes rendus de livres, en français et en anglais : n° 19, juin 2014
IN ENGLISH

Pour découvrir l'histoire napoléonienne, pas à pas, parfaire ses connaissances et poursuivre des recherches personnelles, pour tous les amateurs et les historiens passionnés, laissez-vous guider parmi un riche ensemble d'articles et de dossiers thématiques, d'images commentées, d'outils pour travailler.

Enrichissements récents :

Bibliographies : L'Expédition d'Egypte (1798-1801)
Images : Photographie : La princesse Clotilde et son fils Victor Napoléon
Chronologies : Les grandes étapes de la campagne du Mexique (de 1861 à 1867)

NAPOLEONICA LA REVUE

La revue
anglegauche angledroit
Histoire du Premier et du Second Empire napoléonien : articles sur des événements politiques, des campagnes militaires, des monuments napoléoniens...

ARTICLES

Nous mettons à votre disposition un ensemble de références d'articles sur l'histoire du Premier et du Second Empire. La plupart est accessible en ligne sur ce site.

Pour tout renseignement sur cette rubrique, contactez-nous.


 


L'ARTICLE DU MOIS :

La victoire du Renard sur l'Alphea un exploit méconnu de la marine impériale (10 septembre 1813)


BERBOUCHE Alain, Revue du Souvenir Napoléonien n°496, juillet- août - septembre, 2013

Contrairement à une légende qui a la vie dure, Napoléon – qui d'ailleurs aurait voulu y faire carrière – ne se désintéressa pas de la Marine militaire, mais elle ne fut pas à la hauteur de son attente. Et, aux heures les plus sombres de son histoire, alors qu'en dépit des efforts matériels consentis en sa faveur, la Marine nationale n'arrivait décidément pas à se remettre de son effondrement sous les coups aveugles de la Révolution qui avaient détruit de l'intérieur la flotte de Louis XVI, l'essentiel de l'effort de guerre navale de la France reposa sur ses corsaires, lesquels répondirent à l'appel depuis les principaux ports impériaux. Sans doute par nécessité, car les autres débouchés maritimes, la pêche et le négoce, étaient impraticables à cause des croiseurs de la Royal Navy et des corsaires anglais opérant sous sa protection, mais aussi par patriotisme contre le commerce de l'ennemi héréditaire. Et, faute de moyens d'aller chercher fortune plus loin, à moindres risques comme le Malouin Robert Surcouf qui se couvrit de gloire et d'or dans un océan Indien quasi vide de navires de guerre britanniques, c'est en Manche que les derniers corsaires français se sacrifièrent.

 


Pour lire d'autres articles, renseignez un ou plusieurs critères :

Mot-clé :
Auteur :

Rechercher

 
 

Retour page d'Accueil

Retour page de Section


Haut de page

Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | ISSN 2272-1800