-
IN ENGLISH

Pour découvrir l'histoire napoléonienne, pas à pas, parfaire ses connaissances et poursuivre des recherches personnelles, pour tous les amateurs et les historiens passionnés, laissez-vous guider parmi un riche ensemble d'articles et de dossiers thématiques, d'images commentées, d'outils pour travailler.

Enrichissements récents :

Dossier thématiques : Louis-François Lejeune (1775-1848) général, peintre et mémorialiste
Articles : Le butin de Waterloo reconstitué au musée de la Légion d'honneur
Bibliographies : L'Expédition d'Egypte (1798-1801)

NAPOLEONICA LA REVUE

La revue
anglegauche angledroit
 
 

BIOGRAPHIES

MONTGELAS, Maximilian Josef Garnerin, comte von (Munich, 1759-1838), ministre bavarois


Ministre, homme politique bavarois, issu d'une famille noble savoyarde l'influence française fut grande dans son éducation et sa sensibilité, à la fin de sa vie, il parlait le français tout aussi couramment que l'allemand.
Bénéficiant du soutien du prince électeur Charles Theodor, il entre au bureau de la censure en 1779, mais ses rapports avec le mouvement anti-clérical des Illuminati lui coûtent sa place et l'obligent à se réfugier à Zweibrücken. Il devient alors le secrétaire particulier du frère du grand duc de Zweibrücken, puis ministre lorsque son protecteur devient lui-même grand duc. Montgelas participe, à ce titre, au second congrès de Rastatt de 1798.
 
Sa carrière politique prend une nouvelle ampleur lorsque le grand duc de Zweibrücken devient électeur au sein du Saint Empire romain germanique en 1799, en remplacement de l'électeur de Bavière. Ayant toujours sa faveur, Montgelas conseille au grand duc de se ranger au côté de Napoléon Ier, tant et si bien que le grand duché de Bavière devient un royaume en 1806 et voit son territoire s'agrandir considérablement, lors de la création de la Confédération du Rhin. Cependant sa politique favorable aux Français lui attire les foudres d'une grande partie de la population qui l'accuse de ne pas être patriote. Homme du XVIIIe siècle, Montgelas ne voyait la situation de la Bavière que sous l'angle de la domination de la maison des Habsbourg et le soutien, ambigu, de la Prusse. Et même lorsqu'il prend conscience de l'affaiblissement interne de l'Empire, il maintient son idée que la France reste nécessaire à la Bavière. Cependant, en 1814, le roi de Bavière, influencé par son fils et par le maréchal Werde, se détourne de Napoléon Ier et rejoint le camp des coalisés.

Par ailleurs, Montgelas, conduit une politique intérieure de sécularisation et centralisation administrative, dans la droite ligne du mouvements des Lumières. Il renforce les impôts payés par le clergé et la noblesse, mesure qui s'appuie sur une étude économique complète du pays et un nouveau cadastre. La première constitution du royaume bavarois intervient en 1808, et abolit par exemple les dernières survivances du servage. Elle met en place un système politique bicaméral, qui n'avait pourtant pas les préférences de Montgelas, largement favorable à un régime où le chef de l'État pourrait mener une politique très indépendante vis-à-vis du parlement. La guerre empêcha d'ailleurs la convocation du parlement pendant plusieurs années. L'école et le service militaire sont rendus obligatoires et un vaste plan national de vaccination est lancé. Le commerce est favorisé avec la suppression des nombreux péages intérieurs. L'organisation politique et administrative du royaume est considérablement modernisée, et les postes d'administration ne sont plus réservés à une élite sociale. Grâce à la politique de tolérance de Montgelas, la Bavière, pays profondément catholique depuis le XVIe siècle, intègre favorablement les membres des communautés protestante et juive. Promulgué en 1812, le Code pénal s'imprègne des principes humanistes du XVIIIe siècle, et interdit ainsi l'usage de la torture.

Cependant les ennemis de Montgelas sont nombreux dans l'entourage du roi, et ce dernier le renvoie en 1817. Montgelas termine alors sa carrière au sein de la Kammer der Reichsräte (sorte de chambre des lords). Il était devenu comte en 1809. Il eut huit enfants avec sa femme la comtesse von Arco épousée en 1803.

Biographies :
- Eberhard Weis, Montgelas - Zwischen Revolution und Reform 1759-1799, München, Beck Verlag, 2nd edition, 1988, ISBN 3-40632-974-8
- Eberhard Weis, Montgelas - Der Architekt des modernen bayerischen Staates 1799-1838, München, Beck Verlag 2005, ISBN 3-40603-567-1
- http://www.answers.com/topic/maximilian-von-montgelas
-
http://www.hdbg.de/montgelas/pages/hmv31.htm
-
http://www.montgelas-gymnasium.de/portraet.html
- "Montgelas de Garnerin, Maximilian Joseph, Graf von." Encyclopædia Britannica. 2006. Encyclopædia Britannica Premium Service. 23 May 2006 http://www.britannica.com/eb/article?tocId=9053538

 
     
 
 

 Retour page d'Accueil

 Retour page de Section

 Retour page de Rubrique

 

 

 

 

 Imprimer

Ajouter à votre sélection

 
 
 

En savoir plus

 Dossier spécial Bicentenaire : la Création de la Confédération du Rhin, 12 juillet 1806, sur le site napoleon.org


 

Voir les fiches précédentes :

OK


Voir la liste des fiches selon la catégorie :


 
 

Haut de page

 
 
Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | ISSN 2272-1800