Edition de la Correspondance générale de Napoléon Ier : 4e état des lieux du projet de la Fondation Napoléon, avril 2005

Auteur(s) : BARTHET Emilie
Partager


I – La parution du deuxième volume

Le deuxième volume de cette série de douze est consacré à la campagne d'Égypte et à l'avènement de Bonaparte. Le jeune général des années d' »apprentissages » (1) laisse place à l'homme de guerre et au politique.
Lses 2 550 lettres datées de 1798 à 1799, témoignent des changements de perspectives dans l'avenir du général : il devient gestionnaire d'État et politique, à l'étroit dans le seul métier militaire, il sera à son aise dans les habits de Premier Consul.
La lecture de cette correspondance montre aussi que les activités de la Commission des sciences et des arts de l'armée d'Orient et plus encore de l'Institut d'Égypte n'occupent qu'une place marginale dans les préoccupations courantes du général en chef. Il s'agit davantage pour Bonaparte de faire face aux difficultés de toutes sortes : approvisionnement en nourriture, prévention de très nombreuses maladies (comme l'ophtalmie et la dysenterie), évolution de l'habillement (l'uniforme français s'adapte mal aux écarts extrêmes de température du désert), établissement de rapports avec les structures du pouvoir local, etc. À la fois guerre et aventure scientifique, cette campagne d'Égypte est surtout pour Bonaparte un vrai « galop d'essai de la politique consulaire » selon Thierry Lentz, directeur de ce nouveau volume.

Comme le précédent, ce volume est conçu comme un outil de travail qui comporte des annexes particulièrement riches. Un glossaire de termes spécifiques à l'Égypte, dont beaucoup de termes arabes, apprend par exemple au lecteur qu'un « tartare » est un courrier employé par les diplomates dans l'Empire ottoman. Un tableau de concordance des dates révolutionnaires et grégoriennes, des tableaux de conversion des mesures et monnaies ainsi que celles propres à l'Égypte donnent des précisions techniques indispensables à une bonne compréhension. Des cartes permettent de situer combats et déplacements des si nombreuses divisions militaires depuis le voyage de Toulon à Alexandrie, jusqu'à la campagne de Syrie. Concernant l'avènement, le décret du 19 Brumaire an VIII, instituant le consulat provisoire, est donné dans son intégralité ainsi que la composition des commissions législatives provisoires issues du décret. Comme dans le premier volume, une chronologie détaillée des deux années met en perspective l'évolution personnelle de Bonaparte et les faits importants de l'époque dans laquelle il s'illustre.

Parmi les deux études inédites proposées, l'une, de M. Gabriel Madec, collaborateur de Thierry Lentz sur ce volume, propose une synthèse sur l'état-major de Bonaparte en Égypte. Par un tableau synoptique et synthétique, il permet de comprendre le système des prises de décisions militaires et civiles. Au centre d'un dispositif complexe, Bonaparte gère aussi bien l'administration militaire « classique » que des préoccupations propres à l'Égypte comme des groupes d'interprètes, des experts du pays, des géographes, des ingénieurs.
La seconde, signée par M. Pierre Branda, concerne les finances de l'Égypte et démontre combien elles furent centrales X. Estève, l'administrateur des Finances, aura la charge de ces questions qui, bien souvent, furent le véritable nerf de la guerre.

Enfin, trois index complètent l'ouvrage dont l'index nominatif, enrichi de notices biographiques, constitue à lui seul une somme.

La Fondation a également pris le parti de signaler les lettres dont elle n'a pu publier le texte c'est-à-dire une liste de références de lettres (signalées par la date, le lieu, les destinataires) mais dont le texte exact n'est pas accessible dans son intégralité. Ces références sont pour la grande majorité issues de catalogues de vente d'autographes où ne figurent que des résumés ou des extraits des lettres. Ces « lettres sans texte » visent à compléter l'édition.

M . Henri Laurens, professeur au Collège de France, grand spécialiste de l'Égypte a fait l'honneur à la Fondation de préfacer ce volume et nous citons avec fierté ces quelques mots : « L'érudition permet, en redonnant la quotidienneté de l'aventure, la vision la plus réaliste de ce qui est aussi une grande épopée qui comprend quelques pages sombres qu'il ne s'agit pas d'excuser mais de comprendre. Que toute l'équipe qui a permis la constitution de ce second tome en soit remerciée. Comme pour toute grande entreprise historique, selon le mot de Thucydide, c'est une acquisition pour toujours. »


II – La poursuite des travaux


Bilan de la collecte des lettres

Au total, ce sont 71 institutions françaises qui ont communiqué des lettres de Napoléon.
Mais la collecte est également menée auprès des institutions hors de France comme la Suisse, le Saint-Siège, l'Italie, la Slovénie, les États-Unis, l'Allemagne, l'Autriche, la Suède, la Russie, Monaco etc. soit au total plus de 40 pays et 106 institutions qui ont donné 2 500 lettres.
La recherche des lettres s'est aussi appuyée sur une vaste bibliographie : 183 livres et 43 revues recensées contiennent des lettres de Napoléon.
Les collectionneurs aussi nous contactent : 65 particuliers nous ont communiqué 400 lettres.
Les professionnels de la vente et d'achat d'autographes nous ont communiqué plus de 2 600 lettres, dont l'Étude Gros et Delettrez, Aristophil, la galerie Arts et autographes, la librairie Passé Présent de Nice.


Des bénévoles efficaces

Les travaux d'analyse des lettres et de comparaison avec les publications antérieures afin d'établir le texte à publier sont toujours réalisés avec beaucoup d'efficacité. La base de données enrichie par les membres correspondants comprend aujourd'hui plus de 15 000 lettres. Depuis le début (octobre 2002), 105 personnes ont été formées à l'utilisation du logiciel de la gestion de la Correspondance de Napoléon.


Quelques chiffres

Le logiciel de gestion nous permet de savoir qu'en l'état actuel :
• 40 % des lettres que nous publions ne figuraient pas dans la Correspondance de Napoléon Ier publiée par ordre de Napoléon III, ni dans les Lettres et Dernières lettres inédites de Napoléon Ier par Brotonne, Lettres inédites de Napoléon Ier par Lecestre, Lettres d'amour à Joséphine par Jean Tulard.
• 16 % des lettres publiées dans la Correspondance de Napoléon Ier publiée par ordre de Napoléon III, sont variantes par rapport aux originaux que nous publions fidèlement.


III – Un rythme de publication soutenu

La répartition des 10 prochains volumes et leur parution s'organisent provisoirement de la sorte :
 
• le volume 3, sur les années 1800 -1802, en octobre 2005 ;
• le volume 4, sur les années 1803 – août 1805, en février 2006 ;
• le volume 5, sur la période septembre 1805-1806, en octobre 2006 ;
• le volume 6, sur l'année 1807, en novembre 2006 ;
• le volume 7, sur l'année 1808, en avril 2007 ;
• le volume 8, sur l'année 1809, en avril 2007 ;
• le volume 9, sur la période 1810 – mi 1811, en octobre 2007 ;
• le volume 10, sur la période mi 1811 – 1812, en novembre 2007 ;
• le volume 11, sur la période janvier – octobre 1813, en avril 2008 ;
• le volume 12, sur la période novembre 1813 – 1821, en octobre 2008.
 
Ces informations sont données à titre indicatif et sont susceptibles d'être modifiées par la Fondation Napoléon.


IV – Contact

Pour plus d'informations ou pour participer à cette « aventure historienne », contacter François Houdecek par téléphone au +33 (0)1 56 43 46 07 ou par courrier électronique.

Notes

(1) Napoléon Bonaparte, Correspondance générale, publiée par la Fondation Napoléon, t. I « Les apprentissages 1784-1797 ».
Titre de revue :
Inédit
Mois de publication :
Avril
Année de publication :
2005
Partager