PITT, William "le jeune", (1759-1806), homme d’Etat anglais

Partager
"Chez Fox le coeur échauffait le génie, au lieu que lieu chez Pitt le génie desséchait le coeur", Napoléon à Gourgaud, Sainte-Hélène, 1817.


Biographie

Né à Hayes (Kent, England), le 28 mai 1759, il meurt à Londres, le 23 janvier 1806
Député pour Appleby de 1781 à 1784
Député pour l'université de Cambridge de 1784 à 1806
Chancelier de l'Echiquier de 1782 à 1783
Premier ministre et chancelier de l'Echiquier de 1783 à 1801 et de 1804 à 1806, il fut le plus jeune premier ministre, nommé à l'âge 24 ans


Fils de William Pitt "le Vieux" (homme d’Etat énergique du XVIIIème siècle qui a remporté la Guerre de sept ans contre la France)

… et de Lady Hester Grenville (tante de William Wyndham Grenville) Pitt « le Jeune » a été choisi par le Roi comme premier Ministre comme alternative à la Coalition Fox-North, et s'avère un leader puissant à la Chambre des Communes. Il est l'auteur de réformes administratives et économiques importantes dans les années 1780, par exemple en instaurant de nouvelles mesures financières, telles que l'impôt sur le revenu. Il dirige en 1793 la Grande-Bretagne dans la guerre contre la France révolutionnaire. Il démissionne lorsque George III refuse d'autoriser l'émancipation catholique, mais revient au pouvoir en 1804. Deux victoires significatives au cours de son dernier mandat de Premier Ministre : Trafalgar, mais aussi la construction de l'anneau défensif de la Tour Martello dans le Kent et le Sussex. S'il n'inspire pas l'amitié, ne s'est jamais intéressé aux arts et aux lettres, et ne s'est jamais marié, il est renommé pour son patriotisme (à la manière de son père), ses compétences rhétoriques, sa capacité remarquable à travailler énormément et sa forte timidité.
C'est à l'âge de 47 ans, alors qu'il est en poste, qu'il décède, en raison d'une santé fragile, associée à une faible constitution (et à son goût du porto !)


Bibliographie

– Cook, C., J. Stevenson, The Longman Handbook of Modern British History, London and New York: Longman, 1996, p. 377.
– Ehrman, J., The Younger Pitt, Stanford University Press, (vol. 1, ‘The Years of Acclaim) 1968, (vol. 2, ‘The Reluctant Transition) 1983, (vol. 3, The Consuming Struggle) 1996.
– Sack, J.J., The Grenvillites 1801-1829: Party politics and factionalism in the age of Pitt and Liverpool, Urbana (etc.) ; London : University of Illinois Press, 1979.

Partager