La mort de Napoléon

Napoléon est-il mort empoisonné à l’arsenic ? d’un cancer de l’estomac ?
Le rapport d’autopsie d’Antommarchi est très complet et montre l’état général de Napoléon à sa mort, notamment l’existence d’un ulcère gastrique chronique et des lésions pulmonaires liées à la tuberculose.

  • Introduction

    Napoléon est-il mort empoisonné à l’arsenic ? d’un cancer de l’estomac ?
    Le rapport d’autopsie d’Antommarchi est très complet et montre l’état général de Napoléon à sa mort, notamment l’existence d’un ulcère gastrique chronique et des lésions pulmonaires liées à la tuberculose. Il n’est pas possible de diagnostiquer un cancer par manque d’analyses  histologiques de l’estomac. De toute façon, on ne meurt pas « du cancer », on meurt des conséquences de ce cancer sur l’ensemble de l’organisme.
    L’analyse des cheveux de l’empereur et la découverte d’un taux d’arsenic important posent plusieurs questions. Mais il n’est pas intellectuellement possible, d’accepter la thèse de la mort par empoisonnement à l’arsenic.
    En effet, tout d’abord, il n’est pas sûr à 100% que les cheveux analysés soient ceux de Napoléon. De plus, l’importance du taux d’arsenic peut être interprétée de plusieurs manières, notamment dans les méthodes d’analyse et de calcul utilisées par les toxicologues (chiffres obtenus pondérés par le nombre de cheveux analysés : or il y a très peu de cheveux analysés).
    Si l’explication de la présence d’arsenic, par son utilisation extérieure (produits cosmétiques par exemple) est écartée, on ne sait toujours pas qu’elle est la provenance de l’arsenic, provenance qui peut d’ailleurs être multiple. Les cheveux des membres de l’entourage de Napoléon pourraient-ils aussi contenir un fort d’arsenic ?
    Enfin, passer de résultats toxicologiques à la thèse d’un empoisonnement, puis à celle d’un acte volontaire et criminel, est une chose délicate, car il ne suffit pas de retenir quelques éléments de correspondance des protagoniste pour étayer cette thèse, en écartant d’autre éléments qui la contredisent sans ambiguïté deux paragraphes plus loin.
    Seules certitudes, l’état général de Napoléon était fort dégradé et aucune cause directe de la mort ne peut être clairement déterminée. C’est la seule conclusion satisfaisante d’un point de vue déontologique, tant pour le scientifique que pour l’historien. L’intime conviction peut être le point de départ d’une enquête mais certainement pas son point d’arrivée.

  • Commentaires

  • Iconographie

    Napoléon mourant, marbre de Vincenzo Vela

    La mort de Napoléon, par Horace Vernet

    Mort de Napoléon, par le baron Charles Steuben

    Napoléon sur son lit de mort, attribué à Mauzaisse

  • Bibliographie

    Autour de l’empoisonnement de Napoléon, Nouveau Monde éditions, 2001
    Revue de l’Institut Napoléon, n°192, 1er semestre 2006 : Dossier « La mort de Napoléon »
    La mort de Napoléon. Mythes, légendes et mystères à Sainte-Hélène, Thierry Lentz et Jacques Macé, éditions Perrin, 2009