Berceau du Roi de Rome

Partager
© Fondation Napoléon

Le 20 mars 1811, l’Impératrice Marie-Louise donnait le jour à l’héritier du trône impérial, le Roi de Rome. Deux semaines plus tôt, le préfet du département de la Seine, Frochot, et le Conseil Municipal avaient offert au nom de la Ville de Paris un berceau digne de l’enfant tant espéré. Présent traditionnel pour ce type d’événement, le berceau du Roi de Rome se distingue cependant par sa stupéfiante magnificence. De grands artistes œuvrèrent à sa réalisation. Le peintre Prud’hon fit les dessins, les bronziers et orfèvres Thomire et Odiot fondirent et ciselèrent le meuble en argent doré, le sculpteur Roguier modela les figures. L’objet, d’un luxe inouï, figure parmi les plus belles pièces du mobilier impérial.

Reposant sur des pieds formés de cornes d’abondance entrecroisées devant lesquelles se dressent les génies de La Force et de La Justice, la nacelle est décorée de balustres en nacre se détachant sur fond de velours nacarat et parsemée d’abeilles dorées. La symbolique impériale a dicté le programme décoratif. A la tête du berceau est figuré un bouclier portant le chiffre de l’Empereur, entouré de palmes et de lauriers. Au dessus, une Victoire ailée, planant sur le monde, tient une double couronne d’étoiles et de lauriers d’où tombent les rideaux. A l’autre extrémité, un aiglon semble prêt à s’envoler vers cette allégorie du triomphe et de l’immortalité au milieu de laquelle brille l’étoile de Napoléon. La gloire du père veille sur le fils tout en l’invitant à connaître la même destinée. Deux bas-reliefs complètent sur les flancs de la nacelle cette fastueuse décoration en évoquant l’union de Paris et de Rome, les deux villes phares de l’Empire, à travers la naissance du petit roi. D’un côté, Mercure dépose le bébé dans les bras de la Seine ; de l’autre, le Tibre médite sur un nouvel astre qui vient de s’élever.

C’est dans ce berceau d’apparat que le nouveau-né fut couché le jour de sa naissance. D’autres berceaux moins ostentatoires accueillirent par la suite l’enfant. L’un d’eux peut toujours être admiré au musée Napoléon Ier du château de Fontainebleau. Quant à l’exceptionnel berceau offert par la Ville de Paris, transporté en Autriche en 1814 à la demande de Marie-Louise, c’est à Vienne qu’il faut aller le contempler.

Karine Huguenaud

Découvrez notre dossier thématique consacré à la naissance du Roi de Rome (20 mars 1811)

Date :
1811
Technique :
argent doré, nacre, velours, soie et tulle
Dimensions :
H = 2,16 m
Lieux de conservation :
Vienne, Kunsthistorisches Museum, Weltliche Schatzkammer
Crédits :
© Fondation Napoléon
Partager