Partie de cabaret à thé égyptien

Artiste(s) : Manufacture DE SEVRES
Partager
© Fondation Napoléon - P. Maurin-Berthier

Titre complet : Partie de cabaret à thé égyptien composé d’une théière forme étrusque Denon et de neuf tasses à thé et soucoupes forme étrusque Denon, le tout à fond beau bleu, orné de hiéroglyphes en or et de cartels représentant des vues d’Égypte

Le 7 janvier 1810, soit seulement trois semaines après le divorce, Napoléon écrit à Joséphine depuis le palais des Tuileries : « J’ai ordonné que l’on te fasse un très beau service de porcelaine. L’on prendra tes ordres pour qu’il soit très beau ». Avec ce crédit de 30 000 F, l’impératrice divorcée ordonne aussitôt la réédition du service égyptien que l’Empereur avait envoyé au tsar comme cadeau diplomatique et qu’elle avait beaucoup apprécié (aujourd’hui à Moscou, musée de céramique de Kuskowo). Avant que ce nouveau service lui soit livré, et que d’ailleurs elle renverra à la manufacture le trouvant trop sévère (aujourd’hui à Londres, Apsley House), elle se fait livrer le cabaret qui l’accompagne à l’automne 1811.

Entre 1808 et 1813, Sèvres ne réalise pas moins de sept cabarets égyptiens dont deux vont à l’Impératrice ; le premier lui est offert par l’Empereur le 29 décembre 1808 à l’occasion des Étrennes de 1809 pour 1 672 F (cabaret n° 2, aujourd’hui au musée de Malmaison), et le second lui est livré le 31 octobre 1811 pour 1 984 F (cabaret n° 4 entré à la manufacture de Sèvres le 5 décembre 1810, aujourd’hui Fondation Napoléon). Il comportait à l’origine dix-huit tasses à thé et soucoupes forme étrusque Denon (1 296 F), un sucrier égyptien trépied (180 F), un pot à sucre étrusque cannelé (80 F), une théière étrusque Denon (150 F), un bol ou jatte égyptienne (150 F), un pot à crème tréflé (48 F) et un pot à lait étrusque à bec (80 F) ; seule la théière et la moitié des tasses et des soucoupes ont été retrouvées à ce jour. La plupart reprenaient les formes des vases grecs que Denon lui-même avait vendus au Roi en 1785 afin de former les artistes de la manufacture au goût antique, ce qui explique le nom de Denon que portent plusieurs pièces. Les scènes représentées sont « Vue d’Edfou du Nord au Sud » et « Sépultures arabes à Zaoye » sur la théière, et sur les neuf tasses, « Calis ou Canal qui conduit l’Eau au Caire », « Vue d’Alexandrie », « Tombeau des Mahometans », « vue de Bénécê », « Vue de basse Égypte », Antinoé Vu du Nil », « Vue de la basse Égypte », « Village de Nagadi dans le désert » et « Pyramides de Ssakarah ». Toutes ces vues reprennent les gravures de l’ouvrage de Vivant Denon, Voyage dans la Basse et la Haute Égypte paru en 1802.
Les paysages sont peints de mai à juillet 1810 par Nicolas-Antoine Lebel, actif de 1804 à 1845, tandis que la dorure, le décor et le brunissage à l’effet sont exécutés entre juillet et octobre par l’ornemaniste Pierre-Louis Micaud, actif de 1794 à 1834 ; la plupart des tasses portent la date du 27 août et la théière celle du 27 septembre. Le cabaret entre au magasin de vente le 5 décembre 1810 pour un prix de vente de 1 984 F.

Bernard Chevallier, octobre 208
Conservateur général honoraire du patrimoine
Ancien directeur du musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau



Cette œuvre a été exposée à Melbourne (en Australie) au sein de l’exposition Napoléon. Revolution to Empire à la National Gallery of Victoria (2 juin – 7 octobre 2012), puis à Waterloo pendant l’exposition Napoléon, Wellington : destins croisés (21 mars-31 juillet 2015).

Date :
1810
Technique :
Porcelaine dure
Lieux de conservation :
Paris, Fondation Napoléon
Crédits :
© Fondation Napoléon - P. Maurin-Berthier
Partager