Pendule squelette d’époque révolutionnaire

Partager
© Fondation Napoléon - Patrice Maurin-Berthier

De nombreuses pendules squelette ont été fabriquées durant les dernières années du XVIIIe siècle. Celle-ci, au décor émaillé dû à Joseph Coteau (1740-1801) qui travailla pour la manufacture de Sèvres de 1780 à 1784, se distingue par ses deux cadrans répondant aux exigences de la nouvelle division du temps imposée par l’adoption du calendrier républicain. Le cadran principal indique les heures, les minutes et secondes duodécimales, les jours et les quantièmes républicains. Le cadran supérieur indique les phases de la lune ; le cadran inférieur indique les heures et minutes décimales, les mois républicains et grégoriens.

C’est par un décret du 4 frimaire An II (24 nov. 1793) que la Convention ordonna le remplacement du calendrier grégorien par le calendrier républicain. Basé sur le système décimal, il divisait la journée en 10 heures de 100 minutes, remplaçait la semaine par une décade de dix jours, un mois étant formé de trois décades. Débutant le 22 septembre, jour de la proclamation de la République et de l’équinoxe d’automne, l’année était constituée de 12 mois de trente jours, auxquels s’ajoutaient cinq (ou six pour les années dites sextiles) jours supplémentaires  en fin d’année, dits « Sanculotides », pour célébrer les fêtes républicaines.
Ce système, simple en apparence, n’eut pas la pérennité espérée. En effet les habitudes restèrent ancrées, et les difficultés techniques alliées à la présence des indicateurs de temps déjà existants, firent que le 18 Germinal an III (7 avril 1795) la Convention suspendit « indéfiniment » le décret relatif  à l’heure décimale. Cette période n’aura effectivement durée que moins d’un an, d’où la rareté des objets d’horlogerie utilisant ce système de comptage du temps. Quant au calendrier républicain, Napoléon Ier l’abolit le 22 fructidor an XIII (9 septembre 1805) avec prise d’effet le 1er janvier 1806.

Claude Séguin, novembre 2004

Cette pendule fait partie des Chefs-d’œuvre de la Collection de la Fondation Napoléon.

Partager