Les Invalides et le musée de l’Armée – Paris

Partager
Le tombeau de Napoléon dans l'église des Invalides

La construction de l'Hôtel des Invalides fut ordonnée par Louis XIV en 1670 afin d'y loger et d'y soigner les soldats blessés.   En 1815, après l'Empire, on y dénombre plus de 5000 pensionnaires rescapés de la Grande Armée. A plusieurs reprises, en 1808, 1813 et 1815, l'Empereur était venu inspecter l'établissement et saluer ses valeureux combattants.  
 
L'église des Invalides construite à la fin du XVIIe siècle par Jules Hardouin-Mansart abrite le tombeau de Napoléon. En 1840, tandis que s'effectuait le Retour des Cendres, une loi du 10 juin ordonnait la construction du tombeau de l'Empereur sous le Dôme des Invalides.

Les funérailles nationales furent célébrées le 15 décembre 1840 et le cercueil installé de façon provisoire dans la Chapelle de Saint-Jérôme en attendant la fin des travaux confiés à Visconti. C'est en présence de Napoléon III que le cercueil fut définitivement transféré le 2 avril 1861 dans un sarcophage en quartzite rouge de Kostchoka au centre d'une crypte circulaire sans couvrement.  
 
L'accès à cette crypte se fait par un escalier menant à une lourde porte de bronze encadrée de deux statues de Duret et surmontée de cette inscription tirée du testament de l'Empereur : « Je désire que mes cendres reposent sur les bords de la Seine au milieu de ce peuple français que j'ai tant aimé ».  Le sarcophage est installé sur un socle de granit vert et renferme six cercueils emboîtés les uns dans les autres : un de fer blanc, un d'acajou, deux de plomb, un d'ébène et le dernier de chêne. Napoléon y repose dans son uniforme de colonel des chasseurs à cheval de la Garde orné du grand cordon de la Légion d'honneur, son chapeau sur les jambes.  
 
Au sol, une mosaïque polychrome rappelle les principales batailles de l'Empire tandis que douze statues colossales de Victoires sculptées par Pradier sont adossées aux piliers de la crypte. Une galerie circulaire abrite dix bas-reliefs de marbre blanc de Simart, tous consacrés à l'oeuvre de Napoléon. A mi-parcours de cette galerie, une cella contient le cercueil du Roi de Rome, transféré aux Invalides le 15 décembre 1940 et déposé sous une dalle de marbre dans la crypte le 18 décembre 1969. Le tombeau est dominé par une statue de Simart représentant Napoléon en Imperator romain. 
A l'entrée de l'église, deux chapelles latérales abritent les tombeaux de Joseph et de Jérôme Bonaparte. Les abeilles dorées sur les murs de la chapelle de Saint-Jérôme rappellent que la dépouille de l'Empereur y fut déposée durant les travaux d'aménagement de la crypte.
 
Le musée de l'Armée dont le directeur est officiellement « le gardien du tombeau de l'Empereur » est installé dans l'Hôtel des Invalides. Créé en 1905, il résulte de la fusion du musée d'Artillerie et du musée Historique de l'Armée. Il est le premier musée d'histoire militaire de France et l'un des tout premiers du monde. 
 
Karine Huguenaud
 
Toutes les salles du musées ont été rouvertes en mars 2010 au public après de nombreux mois de travaux.
Découvrez les nouvelles salles napoléoniennes 
 

Partager