Musée du Louvre-Second Empire

Partager
© Fondation Napoléon - K.Huguenaud

C'est à Napoléon III que revint l'initiative de réaliser le « Grand Dessein » rêvé par les rois au cours des siècles : achever le palais du Louvre. Déjà, sous le Premier Empire, Napoléon Ier en avait amorcé la réalisation par la construction d'un bâtiment partant des Tuileries en direction du Louvre. Dès 1851, le futur Napoléon III chargea l'architecte Visconti de poursuivre cette jonction. L'Empereur souhaitait ainsi créer un ensemble palatial à la fois résidentiel et administratif à l'échelle du pouvoir impérial. Les Tuileries seraient désormais uniquement réservées aux souverains et le palais rénové aux annexes, aux administrations, aux ministères et aux espaces muséologiques. 

© Fondation Napoléon K.HuguenaudLe Conseil des bâtiments civils en accepta le projet le 31 mars 1852 et la première pierre fut posée le 25 juillet suivant. Plus de 3000 ouvriers et 150 sculpteurs travaillèrent sur le chantier pendant cinq ans. Les maisons qui encombraient encore l'espace entre les deux palais furent rasées par Haussmann, la jonction Louvre-Tuileries achevée au nord, tandis que la grande Galerie et son pendant septentrional étaient doublées de nouvelles ailes articulées sur trois cours. A la mort de Visconti en 1854, le projet fut repris par Lefuel et le 14 août 1857, le gros oeuvre fut solennellement inauguré.  

De 1860 à 1865, Lefuel recouvrit les façades d'une profusion décorative puis reconstruit le pavillon de Flore et la partie ouest de la grande Galerie en y ouvrant des guichets.
 
L'entrée du musée se faisait désormais par le pavillon Denon et l'accès aux étages par deux nouveaux escaliers (dont celui de la Victoire de Samothrace) qui conduisaient aux salles de peinture italienne et française. Durant tout le Second Empire, le musée connut un remarquable enrichissement avec la collection Campana, la donation La Caze, les acquisitions effectuées lors de la vente Soult et les résultats des fouilles des archéologues français en Orient. Dans un esprit de continuité dynastique, Napoléon III avait aussi créé en 1852 le musée des Souverains installé dans les bâtiments de la Cour carrée.
 
La destination politique du louvre n'était cependant pas oubliée et « deux salles des Etats » furent aménagées successivement pour l'ouverture de la session parlementaire. Côté Nord, les bâtiments furent occupés par différents services administratifs et surtout par le ministère de la Maison de l'Empereur. Depuis le départ du ministère des Finances de l'aile Richelieu, il est possible d'y visiter les appartements construits en 1861 pour le ministre Achille Fould et aujourd'hui dénommés « Appartements Napoléon III ». Dans une débauche d'or et de décors en trompe-l'oeil, ces appartements témoignent de la magnificence du style Second Empire.  
 
Karine Huguenaud

Partager