Palais Brongniart – Bourse de Paris

Partager
© Fondation Napoléon

En 1808, Napoléon Ier décida de faire construire un édifice particulier pour abriter la Bourse de Paris. En effet, depuis son organisation en 1724, la Bourse avait été logée dans de nombreux bâtiments : dans la galerie Vivienne du Palais Mazarin jusqu'en 1793 puis au Louvre, au Palais-Royal et, à partir de 1796, dans l'église désaffectée des Petits-Pères (aujourd'hui Notre-Dame des Victoires). L'église devant être rendue au culte, la Bourse déménagea à nouveau le 7 octobre 1807 pour le Palais-Royal, dans la galerie dite de Virginie, sous la grande salle du Tribunat. C'est alors que Napoléon choisit un terrain situé à l'emplacement du couvent des Filles-Saint-Thomas, vaste monastère allant de la rue Saint-Augustin à la rue Feydeau, pour y construire un « Palais impérial de la Bourse ». 

 
L'Empereur souhaitait que le nouvel édifice ait l'apparence d'un temple à l'antique, isolé et faisant « point de vue ». C'est ainsi que le projet d'Alexandre Brongniart fut retenu. Vaste rectangle (69m sur 41m) au péristyle corinthien, il s'inspirait directement du Palais de Vespasien à Rome. La première pierre fut posée le 5 mars 1808 par Crétet. A la chute de l'Empire, les travaux étaient loin d'être achevés. C'est l'architecte Eloi Labarre assisté d'Hippolyte Lebas qui termina la construction du monument de 1813 à 1826 en lui donnant une couverture métallique et en ornant la grande salle centrale dite « salle de la corbeille » de grisailles d'Abel de Pujol et de Charles Meynier. En 1851-1852, des statues allégoriques furent installées sur les perrons d'accès : le Commerce et la Justice par Dumont et Duret à la façade principale, l'Agriculture et l'Industrie par Seurre et Pradier à la façade postérieure. Le plan actuel de l'édifice en croix grecque résulte de l'adjonction des ailes latérales par Cavel en 1902-1907. 
Exemple caractéristique du néo-classicisme officiel du Premier Empire, le Palais de la Bourse a hébergé le Tribunal de commerce de 1826 à 1864 et la Chambre de Commerce de 1826 à 1853. 
 
Karine Huguenaud, mars 2001

Partager