Conquérir, exploiter et administrer le territoire : l’arsenal cartographique de la secrétairerie d’État consulaire et impériale

Conférence
27/03/2018
Partager
Pour la prochaine conférence du Cercle d’études de la Fondation Napoléon, et dans le cadre du partenariat avec les Archives nationales, ouverture des inscriptions le mardi 20 mars 2018 : Samuel Gibiat évoquera « Conquérir, exploiter et administrer le territoire : l’arsenal cartographique de la secrétairerie d’État consulaire et impériale » mardi 27 mars 2018 à 18 heures à la Fondation Napoléon.
Conquérir, exploiter et administrer le territoire : l’arsenal cartographique de la secrétairerie d’État consulaire et impériale
II. Carte d'une partie de la Flandre et de la Zeelande dans l'état où ces pays étaient en l'an 1288 sous le règne de Guyt-Le-Gris, comte de Flandre

Présentation

Tout au long du Premier Empire, le ministre secrétaire d’Etat tint un rôle de premier plan dans l’appareil de gouvernement d’un empire sans cesse en expansion, que l’Empereur fût à Paris, dans les capitales de ses états ou en campagne. Au travers d’une approche croisée d’ordre typologique, chronologique et géographique des ressources iconographiques (dessins, cartes et plans) si diversifiées du fonds d’archives de la secrétairerie d’Etat impériale, on retracera la place tenue par la représentation graphique des territoires du Grand Empire, tant dans la conquête que dans l’exploitation des ressources et l’administration de ses États par Napoléon Ier. Archiviste paléographe et conservateur en chef du patrimoine, Samuel Gibiat a été successivement conservateur au service historique de l’armée de Terre de 1997 à 2003, directeur des Archives départementales de la Corrèze de 2003 à 2011 puis de la Sarthe de 2011 à 2017. Il est aujourd’hui responsable du département de l’Exécutif et du Législatif aux Archives nationales.

Les inscriptions à la conférence se feront à partir du 20 mars 2018 auprès de Brigitte Claré (e-mail : ce@napoleon.org ; tél. : 01 56 43 46 00).

Programme de la session d’hiver 2018 du Cercle d’études de la Fondation Napoléon

Partager