Ajaccio, l’enfance de Napoléon. 1769-1799

Exposition
du 05/04/2019 au 07/07/2019
Partager

Une exposition du musée national de la Maison Bonaparte se tiendra à Ajaccio du 5 avril au 7 juillet 2019 sur le thème des jeunes années de Napoléon, de 1769 à 1799, éclairant les aspects les plus méconnus du début de son existence : ses ancêtres, son entourage, sa vie au quotidien… L’exposition, pensée également pour les Jeunes Historiens, mettra en scène planches de BD et saynètes pour illustrer son parcours.

Ajaccio, l’enfance de Napoléon. 1769-1799

Présentation de l’exposition par le musée

Le 15 août 2019, il y aura 250 ans que Napoléon est né à Ajaccio.
La Maison qui porte aujourd’hui le nom de sa famille, devenue un musée national, a bien été le lieu de l’émergence de sa famille. Famille noble parmi les plus éminentes de la ville, les Bonaparte ne pouvaient pourtant pas rêver de destins exceptionnels de par leur seule naissance. Il a fallu les capacités exceptionnelles de certains d’entre eux, leur sens de l’opportunité historique, leur œil pour jauger  leurs contemporains,  leur confiance totale dans l’éducation et la formation, leur incroyable force de travail pour en arriver là.
Les parents de Napoléon, les proches qui ont accompagné sa jeunesse, sont déjà les acteurs de cette ascension et les témoins de cette émergence.
Attentifs à l’une des  premières expériences démocratiques d’Europe, celle de Paoli, ils vont également comprendre très rapidement l’opportunité exceptionnelle que représentera pour eux la Révolution.
Mais pendant ces trente ans (1769-1799), et surtout pendant les deux premières décennies, les proches de Napoléon ne sont pas suffisamment célèbres pour que l’histoire ait gardé leurs récits, ni suffisamment riches pour avoir commandé des portraits.
C’est donc à partir de textes tardifs, souvent anecdotiques, rappelant le mode de vie des Bonaparte dans leur quotidienneté ; et de portraits totalement inventés mais dessinés à partir des traits de caractère qui nous sont parvenus des habitants de la Maison Bonaparte  que cette exposition a été élaborée.
Néanmoins ces récits de la vie au jour le jour des Bonaparte, nous les avons confrontés aux recherches les plus récentes relatives à la société corse du temps, et cette mise en perspective leur donne tout leur sens. Les publications d’Antoine-Marie Graziani,  qui a bien voulu s’associer à ce projet, donnent le cadre historique et social  de cette aventure prodigieuse qui les a menés sur les premiers trônes d’Europe.
Chaque portrait de cette galerie des ancêtres imaginaire  sera éclairé par une planche de bande-dessinée narrant des épisodes emblématiques de la vie du personnage, par Charles Cianfarani.
Puis, sur un plateau tournant, se succèderont 9 saynètes de l’enfance de Napoléon à Ajaccio, réalisées par Frédéric Pierrot avec des Playmobils.
Enfin, des silhouettes des frères et sœurs de Napoléon, permettront de les identifier et de les caractériser les uns par rapport aux autres.
Cette exposition est avant tout destinée aux enfants des écoles.

Jean-Marc Olivesi, conservateur général du Patrimoine, directeur du musée nationale de la Maison Bonaparte à Ajaccio

Une des scènes en Playmobil de l’exposition

[…] l’abbé Recco, professeur au collège royal d’Ajaccio, qui, dans notre première enfance, avant notre départ pour le continent, voulut bien nous admettre à sa classe, et nous donner ses soins. Je me rappelle que les élèves étaient placés vis-à-vis les uns des autres, aux deux côtés opposés de la salle, sous un immense drapeau, dont l’un portait les initiales S. P. Q. R., c’était celui de Rome ; l’autre était celui de Carthage. Comme l’aîné des deux enfants, le professeur m’avait placé à côté de lui, sous le drapeau romain ; Napoléon, impatienté de se trouver sous le drapeau de Carthage, qui n’était pas celui du peuple vainqueur, n’eut pas de repos qu’il n’eût obtenu notre changement, ce à quoi je me prêtai de bonne grâce ; aussi m’en fut-il bien reconnaissant et cependant, dans son triomphe, il était inquiété de l’idée d’avoir été injuste avec son frère, et il fallut toute l’autorité de notre mère pour le tranquilliser.
Joseph Bonaparte, Mémoires et correspondance politique et militaire du roi Joseph, Paris, 1855, p. 40-41.

Une des planches BD de l’exposition

Presse

Lire un article de Corse Matin sur l’exposition (11/04/2019)

Partager