Chateaubriand lecteur et traducteur d’Ossian

Conférence
16/10/2018
Partager

Mardi 16 octobre 2018, à 18 heures, à l’occasion du 250e anniversaire de la naissance de François-René de Chateaubriand et en partenariat avec la Maison de Chateaubriand, conférence « Chateaubriand lecteur et traducteur d’Ossian », par Bernard Degout.

Inscriptions à partir du 8 octobre 2018

– par courriel auprès de Brigitte Claré : ce@napoleon.org
– par téléphone auprès de Brigitte Claré, au 01 56 43 46 00

Présentation

On a bien oublié, aujourd’hui, l’immense retentissement que connut, à la fin du XVIIIe siècle, la publication par Macpherson de l’œuvre du Barde Ossian, « collectée » dans les Highlands : Napoléon la fit sienne, Werther trouva dans les chants du Barde la pure expression de sa détresse… Le jeune Chateaubriand a été lui aussi emporté par ce mouvement ; il a lu et traduit Ossian, et il n’est pas anodin que la première fois qu’apparaît dans son œuvre le terme « romantique », ce soit dans la description d’une scène (dont il est l’un des protagonistes) qui emprunte à Ossian…
On présentera cette œuvre qui contribua à la naissance du romantisme en en suivant la présence dans l’œuvre de Chateaubriand, même après qu’il fut convaincu qu’il s’agissait là d’une supercherie littéraire.
Docteur HDR en littérature, Bernard Degout est directeur de la Maison de Chateaubriand (Domaine départemental de la Vallée-aux-Loups). Auteur de nombreux articles, il a notamment publié Le sablier retourné (1998), Victor Hugo au sacre de Charles X (2003) et Je ne suis plus que le temps. Essai sur Chateaubriand (2015). Il vient d’éditer, avec Marie-Bénédicte Diethelm, Claire de Duras et Delphine de Custine une correspondance inédite de Chateaubriand, (L’amante et l’amie, préf. de Marc Fumaroli, Gallimard, 2017).

Fondation Napoléon
7 rue Geoffroy-Saint-Hilaire
75005 Paris

Portrait de Chateaubriand, par Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
Partager