Exposition-laboratoire « Bleu »

Exposition
du 19/05/2018 au 15/12/2018
Partager

Le musée d’Histoire locale de Rueil-Malmaison accueille du 19 mai au 15 décembre 2018 une exposition sur le thème de la couleur bleue (sa symbolique, son obtention technique, …) à travers les lieux et le temps. 

La Fondation Napoléon, unique établissement prêteur extérieur de l’exposition, y a déposé le temps de l’exposition les objets de ses collections suivants :

  • plusieurs boîtes ornées des portrait de madame de Maintenon, portrait du cardinal de Richelieu, portrait de Louis XIV en Hercule et d’un autre portrait de Louis XIV. Ces portraits sont XVIIe s., d’après Jean Ier Petitot (1607-1691), mais les boîtes sont de l’époque Premier Empire, conçues par Adrien-Jean-Maximilien Vachette (1753-1839) ;
  • un pichet Napoléon en céramique ;
  • un tableau d’un bouquet de fleurs à la grappe de raisins par Peter Faes (1750-1814) ;
  • une assiette au revers : « P. 30 novembre 1820 » et marque Sèvres ;
  • une montre de poche avec boîtier de protection orné d’un panier de fleurs (1822/Restauration) ;
  • une cafetière du Service aux oiseaux (manufacture de Sèvres, d’après Georges-Louis Leclerc Buffon (1707-1788) ;
  • une tasse du Service aux oiseaux : le merle d’Amérique (manufacture de Sèvres, d’après Georges-Louis Leclerc Buffon (1707-1788) ;
  • une soucoupe du Service aux oiseaux : la bergeronnette printanière (manufacture de Sèvres, d’après Georges-Louis Leclerc Buffon (1707-1788).

Exposition gratuite. Ouverte de 14h à 17h45. Fermée le dimanche.
Des visites guidées sont proposées pour la journée de la Culture, samedi 26 mai 2018, à 17h et 18h.

Musée d’histoire locale de Rueil-Malmaison
Place du 11 Novembre 1918
92501 RUEIL-MALMAISON
tel : 01 47 32 66 50

Présentation de l’exposition

Le bleu, construction culturelle complexe, couleur dévalorisée pendant toute l’Antiquité qui connaît une notoriété grandissante à partir du 12e siècle et est aujourd’hui la couleur préférée des Européens, sera le terrain de jeu de cette exposition. Des costumes des dames de Saint-Cyr à l’importance de l’eau dans la construction du territoire, de l’utilisation du bleu dans les blanchisseries pour obtenir des blancs étincelants aux questions toponymiques (rue des Bleuets), le bleu sera le véritable fil rouge de cette exposition singulière et surprenante où seront convoquées diverses disciplines : histoire des techniques, sociologie, anthropologie et philosophie.
L’historien Michel Pastoureau a fait des couleurs son objet de recherche, démontrant qu’elles sont des constructions culturelles complexes révélatrices des changements de mentalités au fil des siècles. S’il nous semble aujourd’hui évident que l’arc-en-ciel compte sept couleurs ou que les couleurs primaires s’enrichissent de couleurs complémentaires, notre perception des couleurs est en fait issue d’un jeu culturel où entrent en scène problématiques scientifiques (la couleur est-elle lumière ou matière ?), religieuses, politiques et économiques.
Le bleu est absent des cultures paléolithiques et néolithiques. Durant l’Antiquité, où le système de couleur est organisé autour du rouge, du noir et du blanc, le bleu est une teinte dévalorisée. Comme il n’apparaît pas dans les textes grecs anciens, les langues romanes ont puisé dans les mots germaniques et arabes pour le nommer. Il connaît une notoriété grandissante à partir du XIIe siècle, époque où le système organisé autour des trois couleurs antiques se transforme en combinaison de six couleurs. Une évolution liturgique majeure, le culte marial, est à l’origine de l’engouement pour le bleu. Marie habite le ciel, représenté en bleu à partir du XIIe siècle. Elle porte donc un manteau bleu. La cathédrale de Saint-Denis, comme la cathédrale de Chartres ou la Sainte-Chapelle, se couvre de vitraux bleus. Le bleu devient ensuite une couleur royale : puisque la Vierge s’habille de bleu, le roi de France aussi ! Au XVIIIe siècle, le bleu devient la couleur préférée des Européens. La poésie romantique célèbre le bleu et sa mélancolie. Au niveau politique, le bleu des Républicains s’oppose au blanc des Monarchistes et au noir du parti clérical, avant de glisser vers le centre et la droite.
Le Bleu sera le terrain de jeu de cette exposition. Des costumes des dames de Saint-Cyr à l’importance de l’eau dans la construction du territoire, de l’utilisation du bleu dans les blanchisseries pour obtenir des blancs étincelants aux questions toponymiques (rue des Bleuets), le bleu est le fil rouge de cette exposition singulière, destinée à relire de manière ludique l’histoire de Rueil-Malmaison.

Partager