Les rivages de la conquête. Napoléon face à l’Angleterre

Colloque
du 18/11/2017 au 19/11/2017
Partager

La ville d’Étaples-sur-mer accueille dans la salle de son office municipal de tourisme le 18 novembre 2017 un colloque sur le thème « Les rivages de la conquête. Napoléon face à l’Angleterre ». Des animations napoléoniennes se poursuivront le lendemain.

Présentation

Aller chercher la paix à Londres » était une veille idée française qui refit surface à chaque conflit franco-britannique du XVIIIe siècle. La Révolution française n’avait pas été en reste, et de 1793 à 1798 les différents gouvernements échafaudèrent plan sur plan en vue de mettre à bas la puissance anglaise. Avec la rupture de la paix d’Amiens en décembre 1802, Napoléon reprit à son compte ces projets pour mettre en place l’opération « la plus hardie et la plus difficile qui ait été faite ». Le projet était de créer une flottille de bateaux pour faire traverser de vive force la Manche à l’armée des Côtes de l’Océan et signer la paix sur les bords de la Tamise. Opération aussi ambitieuse que risquée, pour mettre en œuvre ce projet, Napoléon fit feu de tout bois pendant près de deux années. Boulogne et les communes limitrophes devinrent ainsi le centre névralgique d’un réseau de camp qui s’étalait des côtes de la Hollande à Bayonne. Napoléon fit régulièrement des visites d’inspection des troupes stationnées, et lança d’importants chantiers navals, ainsi que des travaux d’aménagement des ports. La campagne d’Autriche de 1805 marqua, pour un temps, la fin de l’ambition d’abattre l’Angleterre. Cependant ce qui est connu comme le « camp de Boulogne » continua de vivre jusqu’en 1813. C’est au travers d’un colloque pluridisciplinaire que seront explorées les différentes facettes de cette entreprise titanesque qui à bien des égards signa l’acte de naissance de la Grande Armée.

Programme

8 h 45 : Accueil
9 h : Discours d’ouverture

9h30-12h 00 : Préparer et planifier l’invasion

Président de séance : François Houdecek
9 h 30 Michel Roucaud, Service Historique de la Défense – Le projet de descente en Angleterre (1803-1805), de la planification à la réalité.
9 h 55 – Cécile Robin, Archives nationales – Du Pas-de-Calais à l’Angleterre : l’arsenal cartographique et iconographique de la Secrétairerie d’État.
10 h 20 : Pause-café
10 h 35 – Jean-Philippe Rey, docteur en histoire – Administrer et financer les camps.
11 h 00 – Frédéric Lemaire, INRAP – Le camp de Boulogne, 1803-1813.
11 h 25 – Peter Hicks, Fondation Napoléon – De l’autre côté de la Manche : la Grande Peur.
Échanges avec la salle
12 h 15 – 14 h 00 : Pause déjeuner

14 h – 17 h : Vivre les camps, préparer la flottille
Président de séance : Frédéric Lemaire
14 h 00 – Chantal Prévot, Fondation Napoléon – Les femmes au camp de Boulogne, 1803-1805. Éléments de réponse d’après l’état-civil.
14 h 25 – Stéphane Calvet, docteur en histoire – La Garde à Boulogne, creuset d’un corps d’élite.
14 h 50 – François Houdecek, Fondation Napoléon – Intégrer la Grande Armée au camp de Boulogne.
15h 15 – Pause-café
15 h 30 – Thibault Cardon, archéo-numismate indépendant – La numismatique du camp d’Etaples, la solde au regard des découvertes archéologiques.
15 h 55 – Sophie Muffat, lauréate de l’Académie de marine – Les lieux de constructions de la flottille de Boulogne.
16 h 20 – Alain Richard, ancien professeur d’Université en Biologie à l’ULCO – Les récentes découvertes archéologiques autour de la flottille.
Échanges avec la salle
17 h 00 : Conclusions

Partager