Méhul, un compositeur à Pantin

Spectacle
18/10/2017
Partager

À l’occasion du bicentenaire de la mort d’Étienne-Nicolas Méhul, un concert mêlant violon, clavecin, voix et orgue pour découvrir l’oeuvre et la vie de celui qui fut considéré comme le chef de file d’une nouvelle génération de compositeurs d’ouvrages lyriques. Pour la première fois sans doute depuis le 14 juillet 1794, le Chant du Départ sera joué et chanté dans sa version originale.

Intervenants : l’association Les Pantins Baroques et Vincent Decleire, organiste titulaire.

Méhul, un compositeur à Pantin

Présentation

Né en 1763 dans les Ardennes, Étienne-Nicolas Méhul étudie à Paris auprès de musiciens réputés. En 1790, son premier opéra-comique, Euphrosine ou Le tyran corrigé, connaît un grand succès. D’emblée il est placé « entre le Molière et le Corneille de la musique, entre Gluck et Grétry ».

Pendant la Révolution, il compose de nombreux chants, dont le Chant du départ sur un poème de Chénier, perçu comme une seconde Marseillaise. Après un mariage désastreux et la désaffection du public, Méhul, atteint de tuberculose, se retire en 1810 à Pantin, dans une propriété partant de la place de l’Église où il demeurera jusqu’à fin septembre 1817. Il meurt à Paris le 18 octobre 1817.

Mercredi 18 octobre à 20h en l’église Saint-Germain, 1 place de l’Église, à Pantin

Gratuit sur réservation
Pôle Mémoire et Patrimoine
84/88, avenue du Général Leclerc
T. 01 49 15 39 99

Partager