-
IN ENGLISH

Du néoclassicisme à l’éclectisme, des prémices du romantisme à celles de l’impressionnisme, l’art des périodes napoléoniennes est multiple et continue de fasciner chercheurs, collectionneurs et simples amateurs. Amoureux des beaux-arts ou fin connaisseur des arts décoratifs, venez ici partager votre passion.

Enrichissements récents

Tableau du mois : Groupe de chênes, Apremont
Musées Chateaux et demeures : Le musée des Lettres et Manuscrits (Bruxelles)
Presse et publications : On en parle
anglegauche angledroit
Le tableau des mois précédents - L'Averse
   

LE TABLEAU DES MOIS PRECEDENTS

Chef-d'œuvre célèbre ou toile de petit maître méconnu, retrouvez ou découvrez chaque mois un nouveau tableau.

Pour tout renseignement, contactez-nous.

   

 Retour page d’Accueil

 Retour page de Section

 Pour voir les autres fiches

 

 

 

 

 Imprimer

Ajouter à votre sélection

 

L'Averse

<a href=http://www.photo.rmn.fr target=_blank>© RMN</a><br>

© RMN

   

Auteur
BOILLY Louis Léopold (1761-1845)

Date
1804-1805

Technique
huile sur toile

Dimensions
H. 32,5 cm; L. 40,5 cm

Lieu de conservation
Paris, musée du Louvre

Commentaires

Grand observateur de la vie quotidienne, portraitiste fécond et spécialiste des scènes de genre où domine l'anecdote, Boilly est un artiste attachant dont l'oeuvre a valeur documentaire. En témoin curieux de la société de son temps, il s'est passionné pour l'étude des moeurs parisiennes sous le Consulat et le Premier Empire, portant sur la bourgeoisie et les classes populaires un regard souvent malicieux mais toujours tendre. Ses petits tableaux, intimistes scènes d'intérieur, pittoresques scènes de rue ou compositions inspirées par la vie artistique et l'actualité politique, rencontrèrent un grand succès public.

Dans "L'Averse" également intitulée "Passez-Payez", Boilly rend compte d'une situation bien connue des Parisiens à cette époque. En effet, peu de rues de la capitale possédaient des trottoirs et la moindre pluie les transformait en terrain boueux et ruisselant difficilement praticable par les piétons. Aux cris de « Passez payez », des passeurs, en général des petits Savoyards, proposaient de franchir le caniveau central sur des planches, sous réserve d'un droit de péage. C'est cet usage que Boilly dépeint ici. Servie par un dessin d'une grande précision et un coloris éclatant, la composition s'articule autour d'une famille bourgeoise en train de traverser la rue sur une de ces planches. De ce groupe à la mise soignée et aux vêtements élégants se détache plus particulièrement, sur le fond vert d'un grand parapluie, la jeune mère de famille relevant délicatement sa robe d'une main et serrant son petit chien de l'autre. Elle arbore avec grâce un ensemble à la mode et porte le fameux châle brodé, élément indispensable de toute panoplie féminine. Avec son habituelle malice, Boilly laisse deviner les conséquences de la boue parisienne sur cette véritable symphonie de blanc ! De chaque côté, deux scènes complètent dans l'ombre l'évocation familière de ce quotidien. A gauche, le paiement du droit de passage ; à droite, un homme portant une femme sur son dos, solution moins onéreuse pour éviter la boue des rues de Paris.  
 
Karine Huguenaud

   
   

 

Voir les tableaux des mois précédents :

 OK

Haut de page

 

 

Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | ISSN 2272-1800