Questionnaire pour connaître les souhaites des internautes
IN ENGLISH

Pour découvrir l'histoire napoléonienne, pas à pas, parfaire ses connaissances et poursuivre des recherches personnelles, pour tous les amateurs et les historiens passionnés, laissez-vous guider parmi un riche ensemble d'articles et de dossiers thématiques, d'images commentées, d'outils pour travailler.

Enrichissements récents :

Chronologies : Les grandes étapes de la campagne du Mexique (de 1861 à 1867)
Articles : Le butin de Waterloo reconstitué au musée de la Légion d'honneur
Bibliographies : L'Expédition d'Egypte (1798-1801)

NAPOLEONICA LA REVUE

La revue
anglegauche angledroit
 
 

ARTICLES

Napoléon joueur d'échecs

(Article de LIBAERT Thierry )

 Informations


Le jeu d'échecs pendant la période napoléonienne
Les parties jouées par l'Empereur


Stratégie militaire et stratégie échiquéenne

Le jeu d'échec a longtemps fasciné par sa symbolisation du choc de deux stratégies qui s'opposent. Davantage que d'autres jeux de stratégie comme le jeu de go, il correspond à une approche militaire pour laquelle l'échiquier est le champ de bataille et les pièces représentent les armées. Quant à l'objectif du combat, il s'agit de détruire l'adversaire en son échelon majeur, le roi. Le terme " échec et mat " provient d'ailleurs de " Shah-mat ", en ancien perse, c'est-à-dire " le roi est mort " (1).
Il nous a semblé intéressant à la lueur de trois parties recensées jouées par Napoléon Ier d'étudier la stratégie utilisée sur l'échiquier. Les parties traduisent-elles une originalité quelconque ou doivent-elles être rangées parmi les parties ordinaires de milliers d'amateurs, fussent-ils Staline, Churchill, Fidel Castro et bien d'autres ?


  Le jeu d'échecs pendant la période napoléonienne


La fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe forment une période d'intense activité sur le plan échiquéen. Tout se met en place de manière désordonnée, pour aboutir progressivement au milieu du XIXe siècle aux conceptions et à l'organisation moderne du jeu d'échecs. Le premier tournoi international date de 1851 (Londres) ; le concepteur des échecs modernes, Wilhelm Steinitz, naît en 1836 à Prague ; les premiers contrôles de temps pour limiter les parties apparaissent.

Tout était déjà en germe. Le Français, François-André Danican, dit Philidor (1726-1795) était considéré au milieu du XVIIIe comme le meilleur joueur du monde. Il se rendit célèbre par une petite phrase extraite de son ouvrage Analyse des échecs, paru en 1749 : " Les pions sont l'âme des échecs, ce sont eux qui forment l'attaque et la défense, et de leur bon ou mauvais arrangement dépend entièrement le gain ou la perte de la partie. " Cette conception tout à fait nouvelle a pu apparaître à certains comme une des préfigurations des idées de la révolution française.
Au milieu du XVIIIe siècle, les joueurs parisiens possèdent leur lieu de rendez-vous, le Café de la Régence, qui verra s'affronter Voltaire, Diderot, Jean-Jacques Rousseau, d'Alembert, Grimm, Beaumarchais puis des révolutionnaires comme La Fayette, Marat, Barras, Camille Desmoulins. Maximilien de Robespierre en était un des partenaires les plus assidus. Napoléon aurait également été un des habitués (2).
Toutefois, et sans doute en raison du rôle central conféré au roi, la révolution française entraînera une relative disgrâce du jeu et c'est seulement en 1804, après le sacre de Bonaparte, que " le roi des jeux est réintroduit dans ses fonctions ordinaires de récréation de cour " (3).

A la mort de Philidor en 1795, c'est Alexandre Deschapelles (1780-1847) qui devint le joueur le plus redoutable. Soldat des armées révolutionnaires et impériales, laissé pour mort au siège de Mayence, participant à la bataille de Fleurus, capturé à Baylen, évadé, il perdit la main droite au combat et fut marqué par un sabre d'une profonde balafre au visage. Il se distingua par une aisance exceptionnelle dans la plupart des jeux puisque seulement quelques mois après avoir appris les règles du jeu de dames, il battit le champion de France. Il fut également remarquable au billard, avec son seul bras gauche. Sa nomination par le maréchal Ney en 1812 comme superintendant du monopole du tabac à Strasbourg ne l'éloigna pas des échecs. Après la bataille de Waterloo, où il organisa une bande de partisans qui le nommèrent général, il revint au Café de la Régence afin de vivre du jeu d'échecs. Sa domination s'arrêta en avril 1821 après qu'il eut perdu un match contre un de ses élèves, Louis de La Bourdonnais. Il préféra alors abandonner définitivement le jeu d'échecs pour se consacrer au whist.
Les parties et le style de Deschapelles symbolisent parfaitement la conception d'alors du jeu d'échecs. L'attaque démarrait dès l'ouverture de la partie, les sacrifices se succédaient afin d'aboutir à une combinaison finale de mat la plus spectaculaire possible. La préparation des attaques était limitée, le sens positionnel réduit, la théorie stratégique absente.

En outre, il convient de noter que si la France dominait les échecs en ce début du XIXe siècle, sa suprématie était fortement combattue par l'Angleterre qui possédait également ses lieux de rencontre, le Parsloe Club de Saint James Street puis le Tom's Coffee House en 1807 (4) où opéraient de forts joueurs. L'état de guerre entre les deux pays contribua à accentue la tension échiquéenne. A titre d'exemple, le match qui se déroula au Westminster Chess Club en juin 1834 entre La Bourdonnais et McDonnelle, le meilleur joueur anglais, et qui se termina par la victoire française, fut ainsi présenté : " la revanche de Waterloo " (5).


  Les parties jouées par l'Empereur


C'est seulement après la création des fédérations nationales de jeux d'échecs et la généralisation des tournois à la fin du XIXe siècle que la notation des parties se répandit. Il n'est guère étonnant que seules trois parties de Napoléon soient connues. Ces notations font partie de la tradition échiquéenne. Il n'est pas ici de notre propos d'en analyser l'authenticité, ce qui est le travail des spécialistes de Napoléon. Nous nous contenterons de les présenter du point de vue échiquéen, en partant donc du postulat que la notation est authentique. Cette hypothèse ne peut toutefois être confirmée et cela pour trois raisons : d'abord, parce que les parties ressemblent étrangement à des compositions réalisées pour le seul bénéfice de pouvoir présenter une composition de mat brillante. Auteur d'une histoire du jeu d'échecs, Richard Eales note : " Les partie parfois attribuées à Napoléon Bonaparte sont des faux notoires, copiées inévitablement de Greco, toujours la première source de jeu brillant et spectaculaire " (6). Ensuite, parce que de nombreux exemples de faux concernant des personnes célèbres ont été démontés. Enfin et surtout, parce que les trois parties publiées de l'Empereur ne sont reliées par aucun lien stratégique. Champion de France d'échecs en 1978, Nicolas Giffard nous confirme l'extrême différence entre la partie de 1809 et celle de 1820 contre le grand-maréchal Bertrand. La première démontre un amateurisme total alors que celle de 1820 témoigne d'un niveau échiquéen remarquable. Ces doutes sur la véracité des parties sont renforcées par les dates où celles-ci auraient été jouées.




Agrandir

La première partie date du 20 mars 1804 et fut jouée à la Malmaison contre Mme de Rémusat, dame d'honneur de Joséphine. Cette soulève une première interrogation. Si Napoléon et mme de Rémusat furent effectivement à la Malmaison, à cette date celui-ci prit-il le temps de jouer aux échecs le jour de l'exécution du duc d'Enghien ? La partie a été largement publiée (7) et notamment en France dans le Bréviaire des Echecs de Xavier Tartacover, l'un des plus forts grands maîtres de l'entre-deux-guerres. L'auteur ne peut s'empêcher de terminer son commentaire de la partie par une remarque personnelle : " Les échecs se glorifient de l'intérêt que leur porta l'empereur " (8).


La seconde partie eut lieu à Schönbrunn et opposa Napoléon à l'automate de Kempelen. Egalement le Turc, l'automate imaginé par Kempelen (1734-1804) eut un succès considérable lors de ses tournées en France, aux Pays-Bas ou en Allemagne. Si un grand scepticisme entourait cet automate, ce n'est qu'en 1834 qu'un de ses opérateurs, Mouret, révéla la supercherie et le jeu de glaces et de bras articulés permettant à un joueur de petite taille de jouer de manière invisible à la place de la machine. Faux ancêtre de nos ordinateurs d'échecs, l'automate a néanmoins laissé une trace importante dans l'histoire, il a également défait l'empereur.
Napoléon perd après avoir voulu employer la démarche précédente : un assaut ultrarapide sur le roi noir. Malheureusement pour lui, l'automate repousse facilement l'attaque non coordonnée, développe rapidement ses pièces avant de se lancer vers le monarque blanc. L'absence de réelle défense blanche aura tôt fait de détruire les maigres remparts. Napoléon aurait pu capituler au 15e coup, mais préfère poursuivre son supplice en escomptant une erreur adverse. Son jeu manque totalement de coordination et surtout d'un plan cohérent de développement.

La troisième partie qui nous soit parvenue fut jouée lors de l'exil à Sainte-Hélène. De nombreux témoignages (9) indiquent que l'Empereur s'adonnait fréquemment aux échecs. Un superbe échiquier lui fut envoyé de Canton par John Elphinstone (10). Paul Ganière décrit ainsi l'ambiance : " Au retour de promenade, on s'installe dans le salon. On bavarde, mais plus souvent on joue aux échecs. Mauvais joueur, Napoléon triche sans vergogne, tout en protestant de sa bonne foi " (11).
Cette dernière partie fut jouée en 1820 contre le grand-maréchal Bertrand  (12). Elle est la plus intéressante des trois répertoriées. La prise de risque est plus limitée, l'ouverture est orthodoxe (ouverture écossaise, l'une des plus utilisées durant la première moitié du XIXe siècle), le développement plus harmonieux. Un coup comme 6) c3 est excellent en ce qu'il traduit une parfait compréhension du jeu et la nécessité de jouer de simples coups positionnels sans menace directe. Dès le 10e coup, la plupart des pièces blanches sont développées. Quelques constantes se retrouvent, notamment la volonté de sacrifice afin d'ouvrir les lignes, l'absence de tout intérêt porté aux pions, l'effet de surprise permanent au long des parties.

Afin de tenter d'être exhaustif sur le jeu napoléonien, il convient de citer une quatrième partie publiée (13). Il s'agit d'une nouvelle victoire de l'Empereur contre Mme de Rémusat, cette fois avec les noirs et en 1802, à Paris. Toutefois, le fait que celui-ci utilise Cf6 en ouverture, c'est-à-dire la défense Alekhine qui ne fut découverte et analysée qu'en 1821 par Johann Allgaier (1763-1823), l'un des opérateurs de l'automate de Kempelen, le fait que cette partie reconstitue l'exact symétrie, couleurs inversées, de la partie de 1804, tout cela incline à croire qu'il s'agit ici d'une partie apocryphe, voire d'une simple erreur de notation. Notons qu'Arrabal, dramaturge et chroniqueur échiquéen confirme : " l'histoire n'a conservé que trois des parties jouées par Napoléon " (14).

Napoléon était " infiniment peu fort [aux échecs] " (15) mais son prestige semblait restreindre les velléités offensives de ses adversaires. Parmi les témoignages des acteurs, nous avons sélectionné celui de Bourrienne : " Bonaparte jouait aussi aux échecs, mais très rarement, et cela parce qu'il n'était que de troisième force et qu'il n'aimait point à être battu à ce jeu (…). Il aimait bien à jouer avec moi parce que, bien qu'un peu plus fort que lui, je ne l'étais pas assez pour le gagner toujours. Dès qu'une partie était à lui, il cessait le jeu pour rester sur ses lauriers " (16).
Maret précise la " stratégie " impériale : " L'Empereur ne commençait pas adroitement une partie d'échecs ; dès le début il perdait souvent pièces et pions, désavantages dont n'osaient profiter ses adversaires. Ce n'était qu'au milieu de la partie que la bonne inspiration arrivait. La mêlée des pièces illuminait son intelligence ; il voyait au-delà de 3 à 4 coups et mettait en oeuvre de belles et savantes combinaisons ".
Et Jean-Paul Kauffmann de conclure : " Le stratège d'Austerlitz et de Friedland qui tenait le champ de bataille pour un échiquier était un médiocre joueur d'échecs. Il se ruait naïvement sur l'adversaire et se faisait facilement capturer ce qui ne l'empêchait pas de tricher effrontément " (17).


  Stratégie militaire et stratégie échiquéenne


La relation entre le jeu d'échecs et la guerre fonctionne d'abord par analogie (18) et par la volonté du combat. " Le jeu d'échecs est un jeu de guerrier. Moi, je fais la guerre depuis l'âge de six ans. J'ai du sang sur les mains depuis plus de 20 ans " (Garry Kasparov, actuel champion du monde des échecs) (19). Il est intéressant de noter que la relation temps-espace-matériel se retrouve dans les deux domaines et que les notions stratégiques et tactiques forment le coeur de la rencontre. Les conceptions militaires de Napoléon s'illustrent parfaitement sur l'échiquier : " L'art de la guerre consiste à avoir toujours plus de forces que son ennemi sur le point qu'on attaque " ; " La perte du temps est irréparable à la guerre " ; " L'art de la guerre ne demande pas de manoeuvres compliquées, les plus simples sont préférables, il faut surtout avoir du bon sens " ; " Souvenez-vous de ces trois choses : réunion des forces, activité et ferme résolution de périr avec gloire " ; " Quand on a effectué l'offensive, il faut la soutenir jusqu'à la dernière extrémité " (20).
Dans les trois parties, à supposer leur authenticité, Napoléon a voulu surprendre son adversaire par une blitzkrieg, il a lancé ses troupes et d'abord ses pièces lourdes afin de percer la défense adverse en espérant vaincre le plus rapidement possible. A la lecture des trois parties ci-dessus évoquées, Nicolas Giffard pense déceler une constante chez l'Empereur : celui-ci montre une réelle impatience sur l'échiquier et devait vraisemblablement jouer très vite. Les pions n'ont aucune utilité et il est symptomatique de constater la faiblesse de leurs mouvements : 2 coups sur 14 contre Mme de Rémusat, 5 sur 18 contre le grand-maréchal Bertrand, 5 sur 24 contre Kempelen. Au total, on perçoit une volonté de ruse après une estimation plus ou moins exacte de l'adversaire.
Napoléon préfère mourir que d'abandonner la partie même si la position est sans issue : " La mort n'est rien ; mais vivre vaincu et sans gloire, c'est mourir tous les jours " (21). Il s'obstine également à poursuivre une offensive plutôt que reculer : " Les retraites sont plus désastreuses, coûtant plus d'hommes et de matériels que les affaires les plus sanglantes " (22). La stratégie échiquéenne est réduite au profit de calculs combinatoires : " L'art de la guerre est un art simple et tout d'exécution ".
Auteur d'un ouvrage très documenté sur les stratégies militaires, Bruno Colson note :  " Napoléon fut le premier à comprendre que le moyen le plus sûr et le moins coûteux, c'était de remporter sur un point seulement une victoire qui rompe immédiatement l'équilibre au détriment de l'adversaire. Le 19 juillet 1794, alors qu'il commandait l'artillerie de l'armée d'Italie, il écrivait dans un rapport au frère cadet de Robespierre : " Il en est des systèmes de guerre comme des sièges de place. Il faut réunir ses feux contre un seul point. La brèche faite, l'équilibre est rompu, tout le reste devient inutile ". Cette notion de rupture d'équilibre, centrale au jeu d'échecs (cf. notamment Jeremy Silman : " Pour arriver à percer les mystères de l'échiquier, vous devez prendre conscience du mot magique : " déséquilibre " (23)) est également associée à celle de rapidité d'exécution sur le champ de bataille : " Pour amener l'adversaire à se soumettre, il faut détruire ses forces armées, mais pas dans le sens littéral du mot. Il suffit de les frapper d'une manière si rapide et si inattendue qu'elles soient démoralisées " (24). Conception qu'illustre également Jean-Paul Kauffmann : " Chez lui, la manoeuvre avait toujours importé davantage que le combat " (25).
De manière plus globale, l'ère napoléonienne représente l'apogée de la conception dite romantique du jeu d'échecs de laquelle deux étoiles surgiront encore : Anderssen (1818-1879), auteur de l'Immortelle en 1851, partie considérée comme une des plus brillantes de tous les temps, et Paul Morphy (1837-1887). Mais cette conception s'amoindrit progressivement au bénéfice d'idées plus rationnelle, positionnelles, stratégiques.
Dans leur Histoire du jeu d'échecs en parallèle avec la guerre, Jacques Dextreit et Norbert Engel notent : " Clausewitz dévoile l'essence même de la guerre dans son ouvrage De la guerre, tandis que Steinitz, dans Chess Instructor (26), montre que Morphy doit ses succès à l'application systématique de règles précises (développement des pièces, mise à l'abri du roi, occupation du centre,…).
Alain Cotta, auteur de La société du jeu perçoit également la coïncidence des évolutions : " Seules les grosses pièces, la dame en particulier, sont considérées avec attention. Les pions sont d'autant plus volontiers sacrifiés qu'ils paraissent gêner la circulation des autres pièces sur l'échiquier. Il s'agit alors de gagner vite et brillamment, si possible après avoir abandonné à l'adversaire un matériel important. Ce style romantique correspond à l'évidence à l'esprit du temps, dominé par une aristocratie qui se retrouve dans les pièces nobles et qui ne veut point avoir besoin de manants pour livrer son tournoi. Il correspond aussi aux modalités de l'affrontement réel entre les armées - tel que Napoléon devait l'imposer à toutes les nations européennes pendant vingt ans. Aller tout droit, être mobile, prendre l'adversaire par surprise, concentrer ses troupes et économiser ses forces dans une bataille qui devait donner la victoire définitive, autant de principes qui s'imposent aux terrains du jeu et du sérieux. La guerre en Europe et sur l'échiquier est affaire de violence " (27).
 
 
En somme, et sans qu'il soit possible d'en tirer un quelconque scénario de causalité, la défaite napoléonienne a marqué une rupture tout à la fois dans les conceptions militaires que théorisera Clausewitz et dans les conceptions échiquéennes que développera Steinitz. L'influence de Napoléon sur le jeu d'échecs est de ce point de vue considérable, elle tient toutefois davantage aux évolutions de la culture stratégique globale qu'aux parties qu'il aurait personnellement jouées.

 
     
 
 

 Retour page d'Accueil

 Retour page de Section

 Retour page de Rubrique

 

 

 

 

 Imprimer

Ajouter à votre sélection

 
 


 Informations

Auteur :

LIBAERT Thierry

Revue :

Revue du Souvenir Napoléonien

Numéro :

424

Mois :

août-septembre

Année :

1999

Pages :

p. 50-54

Notes

 (1) Pascal Reysset, Les jeux de réflexion pure, Que Sais-Je ?, PUF, 1995, p. 50.
(2) W. Harston, The guiness book of chess grand master, Guiness Publishing, 1996, p. 16. D. Hooper, K. Whyld, The Oxford Companion to Chess, Oxford, 1992, p. 65. Dictionnaire Larousse du jeu d'échecs, 1997, p. 29.
(3) J.-M. Péchiné, Les échecs - Roi des jeux, jeux des rois, Gallimard Découvertes, 1996, p. 66.
(4) Europe Echecs, n° 372, décembre 1989, p. 39.
(5) N. Giffard, La fabuleuse histoire des champions d'échecs, ODIL, 1978, p. 62.
(6) R. Eales, Chess, the History of a Game, Batsford, Londres, 1985, p. 126.
(7) H. Golombeck, the Encyclopedia of Chess, Batsford, Londres, 1977, p. 208. G. Henschel, Freude am Schach, Steckenpferd, 1957, p. 78.
(8) X. Tartacover, Bréviaire des échecs, 1933, Le Livre de Poche, 1995, p. 127.
(9) Notamment Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène, le Seuil, pp. 169, 179, 197 et 419.
(10) O. Aubry, Sainte-Hélène, Flammarion, 1973, p. 172
(11) P. Ganière, Napoléon à Sainte-Hélène, Perrin, 1969, rééd. 1998, p. 138.
(12) Gourgaud et Montholon étaient également des adversaires de l'Empereur. La notation de la partie ne peut venir des Cahiers de Sainte-Hélène et pour cause : les notes de Bertrand sur l'année 1820 n'ont pas été publiées.
(13) I. Cherney, 1000 best Short Games of Chess, Hodder & Stoughton, Londres, 1957, p. 75. La partie est reprise in H. Thiriez, Jeux, cultures et stratégies, Editions de l'Organisation, 1995, p. 30.
(14) Arrabal, Fischer : le roi maudit, Editions du Rocher, 1973, p. 141.
(15) Las Cases, op. cit., p. 50.
(16) Bourrienne, Mémoires, 1829, tome III, chap. I.
(17) J.-P. Kauffmann, La chambre noire de Longwood, La Table Ronde, Folio, p. 91.
(18) D. Renard, " Le jeu d'échec, jeu politique ; d'une conception du monde à un tic de langage ", in A. Garrigou, Politique et jeu, Association Française de Sciences Politiques, 23-26 sept. 1992, p. 9.
(19) Europe Echecs, n° 382, mars 1991, p. 2.
(20) G. Chaliand, Anthologie mondiale de la stratégie, Laffont Bouquins, 1990, p. 785 à 789.
(21) Ibid.
(22) Ibid.
(23) J. Silman, Mûrir son style aux échecs, 1993, édition française 1998, p. 26.
(24) B. Colson, L'art de la guerre de Machiavel à Clausewitz, Presses universitaires de Namur, 1999, p. 226.
(25) J.-P. Kauffmann, op. cit., p. 201. Cette idée est particulièrement exposée dans l'ouvrage de référence : H. Camon, La guerre napoléonienne, 1907, rééd. Economica, 1997.
(26) J. Dextreit, N. Engel, Jeu d'échecs et sciences humaines, Payot, 1984, p. 165.
(27) A. Cotta, La société du jeu, Fayard, 1993, p. 131.

 

 
 

Haut de page

 
Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | Napoleon.org - ISSN 2272-1800