<i>Napoleonica La Revue</i>, revue internationale d'histoire des Premier et Second Empires napoléoniens, articles, bibliographies, documents, comptes rendus de livres, en français et en anglais : n° 19, juin 2014
IN ENGLISH

Pour découvrir l'histoire napoléonienne, pas à pas, parfaire ses connaissances et poursuivre des recherches personnelles, pour tous les amateurs et les historiens passionnés, laissez-vous guider parmi un riche ensemble d'articles et de dossiers thématiques, d'images commentées, d'outils pour travailler.

Enrichissements récents :

Chronologies : Les grandes étapes de la campagne du Mexique (de 1861 à 1867)
Dossier thématiques : Louis-François Lejeune (1775-1848) général, peintre et mémorialiste
Images : Photographie : La princesse Clotilde et son fils Victor Napoléon

NAPOLEONICA LA REVUE

La revue
anglegauche angledroit
 
 

BIOGRAPHIES

KLEBER, Jean-Baptiste (1753-1800), général


L'image du « dieu Mars en uniforme » (Napoléon), popularisée par Victor Hugo dans ces vers des Châtiments éclipse bien des réalités de la vie de Kléber.

Kléber par Jean-Urbain Guérin, 1798 (c) Nationalmuseum, Stockholm

Kléber par Jean-Urbain Guérin, 1798 (c) Nationalmuseum, Stockholm

Et d'abord la trajectoire, en partie inexpliquée par les biographes, qui mena cet alsacien des cours d'architecture qu'il suivit chez le maître Chalgrin à la profession d'architecte à Besançon, puis à Strasbourg, en 1775, jusqu'à la carrière des armes qu'il embrassa une première fois à Munich et dans laquelle il fut sous-lieutenant. Démissionnaire en 1785, le voici de retour au pays natal où il devint  inspecteur des bâtiments publics, construisant le château de Grandvillars, l'hôpital de Thann et la maison  des chanoinesses de Masevaux. A nouveau le virus militaire le prit et il fut élu en 1792 lieutenant-colonel du 4e bataillon de volontaires du Haut-Rhin. Par patriotisme ? Des historiens en doute, qui disent qu'il ne poursuivit jamais dans la révolution que son aventure personnelle, obéissant au gouvernement s'il se montrait assez fort pour lui en imposer, prêt à l'abattre comme au 18 Fructidor, ou proposant à Bonaparte, à la veille de son départ en Egypte, de former avec lui et Moreau un Triumvirat pour chasser la canaille » des hommes politiques…

Entre-temps, il s'était montré soldat habile lors du siège de Mayence jusqu'à sa capitulation, le 13 juillet 1792. Echappant aux geôles du gouvernement révolutionnaire, il fut nommé sous Rossignol général de brigade à l'armée des Côtes de La Rochelle. En Véndée, il se fit battre à Torfou sans que son prestige en subît de conséquences auprès des représentants en mission avec lesquels il entretint toujours d'excellentes relations. Evitant  le commandement suprême, laissant faire les autres et exploitant  leurs échecs, il sut apparaître comme le véritable organisateur de la victoire de Cholet, ce qui lui valut la grade de général de division le 17 octobre 1793. Au demeurant bon tacticien, sachant s'exposer à la tête de ses hommes aux moments difficiles, il participa à la victoire du Mans (12 décembre 1793) et à celle de Savenay (22 décembre). Général  à l'armée des Ardennes, il fut un des vainqueurs de Fleurus (26 juin 1794) à l'aile gauche de l'armée de Jourdan. Jusqu'en décembre 1796, il servit le plus souvent à l'armée de Sambre-et-Meuse, qui passait à juste titre comme un des meilleurs instruments de guerre de la république. S'opposant à Jourdan, il offrit sa démission et ne reprit du service qu'en 1798, d'abord à l'armée d'Angleterre, puis à celle d'Orient. Bonaparte accueillit avec beaucoup d'égards ce général prestigieux de seize ans son aîné.

Si à Sainte-Hélène, il loua « les réveils d'un lion » qui savait réanimer toute une armée, il eut aussi pour lui des paroles sévères : «Kléber n'aimait la gloire que comme un chemin des jouissances… » Bonaparte se méfiait sans doute d'un homme qui pouvait se mettre en travers de ses ambitions. Il lui abandonna le commandement de l'armée d'Egypte, ce qui fut pour Kléber, comme pour beaucoup d'autres, une surprise totale. Kléber écrivit au directoire pour dénoncer son ancien chef, coupable à ses yeux d'avoir dilapidé les fonds de l'armée et de lui avoir laissé un pays épuisé par les réquisitions.

« Proconsul » en Orient, il chercha  à frapper l'imagination de ses administrés par une entrée grandiose au Caire. Entouré de janissaires, il marcha à travers la ville au bruit des salves d'artillerie tirées du haut des forts de la ville. Il ne consentit à recevoir les cheiks qu'après plusieurs sollicitations de leur part. « Ils ne trouvèrent pas, rapporte l'un d'eux, un visage souriant comme celui de Bonaparte, et le général ne causait pas non plus comme lui. » Pressurant les Egyptiens, et notamment les coptes, comme « un limonadier le citron », il se persuada de la vanité  de maintenir la conquête. Il voulut traiter avec les Anglais pour le rapatriement de ses troupes. La convention d'El-Arich dénoncée, il livra bataille aux turcs qu'il battit à Héliopolis. Le Caire s'étant soulevé, il dut reprendre la ville de vive force. Il y trouva la mort sous les coups de Soleyman, un étudiant de la mosquée d'Azhari.

Disparu, Kléber gênait encore la gloire du consul. Son corps enseveli au château d'if, y demeura dans une quasi-clandestinité jusqu'en 1818. Il fut alors transporté dans la cathédrale de Strasbourg avant d'être inhumé, en 1840, sous un monument de bronze, au milieu d'une place qui porte son nom. Durant l'occupation allemande de la Seconde Guerre mondiale, il fut exhumé et connut maintes tribulations avant d'être placé sous un nouveau monument. Plus grand encore mort que vivant, Kléber, ne cessa ainsi d'embarrasser plus d'un régime.
 
 
Jean-Paul Bertaud
 
(Cette notice biographique est tirée du Dictionnaire Napoléon,  avec l'aimable autorisation des éditions Fayard)

 
     
 
 

 Retour page d'Accueil

 Retour page de Section

 Retour page de Rubrique

 

 

 

 

 Imprimer

Ajouter à votre sélection

 
 

Voir les fiches précédentes :

OK


Voir la liste des fiches selon la catégorie :


 
 

Haut de page

 
 
Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | ISSN 2272-1800