<i>Napoleonica La Revue</i>, revue internationale d'histoire des Premier et Second Empires napoléoniens, articles, bibliographies, documents, comptes rendus de livres, en français et en anglais : n° 19, juin 2014
IN ENGLISH

Pour découvrir l'histoire napoléonienne, pas à pas, parfaire ses connaissances et poursuivre des recherches personnelles, pour tous les amateurs et les historiens passionnés, laissez-vous guider parmi un riche ensemble d'articles et de dossiers thématiques, d'images commentées, d'outils pour travailler.

Enrichissements récents :

Dossier thématiques : Louis-François Lejeune (1775-1848) général, peintre et mémorialiste
Chronologies : Les grandes étapes de la campagne du Mexique (de 1861 à 1867)
Articles : Le butin de Waterloo reconstitué au musée de la Légion d'honneur

NAPOLEONICA LA REVUE

La revue
anglegauche angledroit
 
 

BIOGRAPHIES

CARNOT, Lazare-Nicolas-Marguerite, (1753-1823), ministre, homme d'Etat


"Carnot était travailleur, sincère dans tout, sans intrigues, mais facile à tromper. Il montra toujours un grand courage moral. Il a été fidèle, probe, travailleur, et toujours vrai". Napoléon, 1810.

Biographie

Né à Nolay (en Bourgogne, en France), le 13 mai 1753, il meurt à Magdeburg (Saxe, Prusse [Allemagne]) le 22 août 1823
Fils d'un avocat et notaire au Parlement de Dijon
Capitaine du Génie pendant la Constituante sous la Révolution
Il épouse Sophie Dupont (la soeur de la femme de son frère cadet) qui lui apporte une dot confortable de 30 000 livres
Pendant la Législative et la Convention : Député du Pas-de-Calais
Nommé membre du Grand comité de Salut Public de 1793 à 1795 sous la Terreur
Député aux Anciens pendant le Directoire
Exilé après le coup d'Etat de Fructidor (le poste qu'il occupait à l'Institut depuis sa création étant par conséquent vacant, il est repris par Bonaparte en personne)
Reçoit l'autorisation de rentrer en France après Brumaire en 1799
Inspecteur général des armées à partir du 7 février 1800
Ministre de la guerre du 2 avril 1800 jusqu'à sa démission le 8 octobre 1800
Membre du Tribunat de 1802 jusqu'à sa dissolution, le 19 août 1807
Gouverneur d'Anvers en 1814
Rend les armes face à Louis et la Première Restauration, le 3 mai 1814
Pendant les Cent-Jours, Carnot est nommé Archichancelier et Ministre de la Justice
Fait Comte de l'Empire en vertu du décret du 20 mars 1815, il entre ainsi à la Chambre des Pairs des Cent-Jours
Membre du comité exécutif après Waterloo
Proscrit par une loi du 24 juillet 1815
Il se retire à Varsovie, puis à Magdeburg

Après ses études au Petit Séminaire d'Autun, Carnot entre à l'Ecole du Génie militaire, à Mézières.

Il passe la première partie de sa carrière comme second lieutenant du génie : il devait atteindre le rang de Général. A l'instar de Cambacérès et de Fouché, mais contrairement à tous les autres ministres napoléoniens, Carnot est l'un des " régicides " et va même jusqu'à siéger au Grand comité de Salut Public, l'organisation dirigeante de la Terreur. Il est par ailleurs nettement favorable au coup d'état de Thermidor qui déclenche la chute de Robespierre et de Saint-Just. En 1793 - 1794, ses premières grandes réussites comptent la réorganisation de l'Armée du Nord (victoires de Wattignies et de Maubeuge) et la création "à partir de rien" (avec le concours de Robert Lindet et de Prieur de la Côte d'Or) de onze armées et de leur soutien logistique. L'écrasante victoire qui en résulte à Fleurus le 26 juin 1794, et l'invasion qui s'ensuit de la Belgique, de la Rhénanie et de la Hollande (rendue possible grâce au travail de Carnot) le font connaître sous le nom d' " organisateur de la victoire ". Pendant le Directoire, Carnot est membre de la Chambre et en devient par la suite l'un des Directeurs, il s'occupe principalement des affaires militaires. C'est alors qu'il rencontre Bonaparte. Il est exilé après le coup d'Etat de Fructidor de septembre 1795, car il a (avec le nouveau directeur des Cinq-Cents, Barthelémy) préféré respecter, comme il le dit lui-même, la volonté du peuple et son apparente tendance royaliste révélée par l'élection aux Cinq-Cents d'une majorité de cryptoroyalistes et de leur prés ident en la personne du Général Pichegru. Amnistié par Bonaparte le 26 décembre 1799 dans le sillage du coup d'état de Brumaire, il rentre à Paris le 19 janvier 1800. Son bref mandat de ministre de la guerre prend fin en octobre de la même année, et il se retire à St-Omer. Pendant la période où il siège au Tribunat, il s'oppose fréquemment à Napoléon, votant contre l'institution de la Légion d'Honneur, contre le Consulat à vie et la création de l'Empire (il est le seul Tribun à aller jusque-là). Après s'être retiré sept ans de la scène politique, il propose ses services à Napoléon pendant la Campagne de France et est nommé Gouverneur d'Anvers. Au cours de la Première Restauration, Carnot se rallie finalement à Louis XVIII (avant de se retirer), mais pas avant l'abdication de Napoléon et pas avant d'avoir soigneusement négocié la reddition d'Anvers. Il quitte Paris le 15 octobre 1815, et s'éteint à Magdeburg en Saxe prussienne.

Bibliographie

- Dhombre, J., et N., Lazare Carnot, Paris, 1997
- Dupre, H., Lazare Carnot, Republican Patriot, Philadelphia : Porcupine Press, 1940, 1975
- Gillispie, C. C., Lazare Carnot Savant, Princeton, N.J., Princeton University Press, 1971
- Lentz, T., Dictionnaire des ministres de Napoléon, Paris : Christian/JAS, 1999
- Rheinhard, M., Le grand Carnot, Paris, 1952, 2 vol.

 
     
 
 

 Retour page d'Accueil

 Retour page de Section

 Retour page de Rubrique

 

 

 

 

 Imprimer

Ajouter à votre sélection

 
 
 

En savoir plus

 La Deuxième campagne d'Italie (1800-1801) : Du passage du Grand Saint-Bernard au traité de Lunéville.


 

Voir les fiches précédentes :

OK


Voir la liste des fiches selon la catégorie :


 
 

Haut de page

 
 
Lettre d'info | Mon Napoleon.org | Plan du site | Contacts | Mettre dans vos favoris | Mentions légales | ISSN 2272-1800