L’entrevue et la Convention d’Erfurt, entre la France et la Russie, sept.-oct. 1808

Période : Directoire-Ier Empire
Partager

7 juillet 1807
Signature du traité de Tilsit entre la France et la Russie
 
9 juillet 1807
Signature du traité de Tilsit entre la France et la Prusse
 
7 novembre 1807
Conformément au traité du Tilsit, Alexandre Ier se voit obligé de déclarer la guerre à l'Angleterre.
 
Janvier 1808
Talleyrand écrit dans ses mémoires que Napoléon aborda le premier, au cours d'une conversation avec l'ambassadeur russe à Paris, de Tolstoï, la question de l'échange de la Moldavie et de la Valachie contre le maintien de l'occupation française en Silésie. Cette proposition fut reçut froidement par le Tsar.
 
2 février 1808
Dans une lettre du 2 février adressée à Alexandre, Napoléon expose ses projets pour l'Orient, prévoyant notamment une expédition franco-russe de 50 000 hommes en Turquie, jusqu'au Bosphore, destinée à attaquer les intérêts britanniques aux Indes. Napoléon défend également la nécessité pour les deux monarques de se rencontrer en personne. Il écrit ensuite : « Tout peut être signé avant le 15 mars. Au 1er mai, nos troupes peuvent être en Asie, et à la même époque les troupes de Votre Majesté à Stockholm. Alors, les Anglais, menacés dans les Indes, chassés du Levant, seront écrasés sous le poids des événements dont l'atmosphère sera chargée. »
 
13 mars 1808
Alexandre répond favorablement à la demande d'une rencontre, et suggère la ville d'Erfurt comme un lieu possible. Une note accompagne la réponse du Tsar, présentant les propositions russes sur le démembrement de l'Empire ottoman. La France recevrait l'Albanie, la Morée, la Crète, les Cyclades, Rhodes, Chypre, Salonique, la Syrie et l'Egypte. La Moldavie, la Valachie, la Bulgarie, les détroits et Constantinople devaient passer aux mains des Russes. L'Autriche recevrait de son côté la Serbie et la Croatie. Caulaincourt donne un avis favorable à ces propositions, tout en émettant des réserves quant au sort de Constantinople.
 
19 mars 1808
Soulèvement de la ville d'Aranjuez, provoquant l'abdication de Charles X en faveur de son fils Ferdinand.
 
19-22 juillet 1808
A Bailén, en Andalousie, les troupes françaises du général Dupond sont encerclées par les Espagnols et doivent se rendre. Cette capitulation montre à ses ennemis que l'armée napoléonienne n'est pas invincible.
 
22 août 1808
Une lettre de Caulaincourt annonce à Napoléon l'arrivée d'Alexandre à Erfurt pour le 27 septembre.
 
8 septembre 1808
Signature d'un traité franco-prussien à Paris. Les Prussiens doivent payer réparation à la France, à hauteur de 140 millions de francs, tandis que les troupes françaises doivent évacuer la Prusse, sauf Glogau, Stettin et Küstrin.
 
22 septembre 1808
Napoléon quitte Saint-Cloud à 5h du matin.
La troupe de la Comédie française arrive à Erfurt.
 
24 septembre 1808
Chargé par Napoléon « d'encadrer » Alexandre, Talleyrand les précède et arrive à Erfurt, à 10h du matin.
 
27 septembre 1808
Napoléon arrive à Erfurt, à 9h du matin.
 
28 septembre 1808

Alexandre arrive à Erfurt après avoir passé la nuit à Weimar.
 
2 octobre 1808
Napoléon rencontre Goethe.
 
4 octobre 1808
Napoléon et Alexandre assistent à la représentation d'Œdipe, au cours de laquelle le Tsar fait un geste d'amitié vers Napoléon, geste qui deviendra célèbre.
 
6-7 octobre 1808
Le 6 octobre les deux empereurs visitent Weimar, puis se rendent le lendemain sur le champ de bataille d'Iéna.
 
12 octobre 1808
La Convention d'Erfurt est signée par les deux parties.
Une lettre conjointement signée par Napoléon et Alexandra proposa des négociations à George III.
 
14 octobre 1808
Napoléon et Alexandre quittent Erfurt pour rejoindre leur capitale respective.
 
 
L'entrevue d'Erfurt provoque une grande déception chez Napoléon, qui trouva Alexandre difficile et inflexible. Les accords issus d'Erfurt, sont bien éloignés de ce qu'il espérait au début de l'année 1808.
 
 

 
Octobre 2008, H. Davey Wright, trad. I. Delage

Partager