Naissance du Roi de Rome, héritier de l’Empire (1811)

Période : Directoire-Ier Empire
Partager

1er avril 1810
Le mariage civil de Napoléon Ier avec Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine est célébré au Palais suivant tous les détails réglés par M. de Ségur, Grand Maître des cérémonies, en présence de la Cour et de la famille impériale. Suivent un dîner et un spectacle : Iphigénie en Aulide de Racine avec Talma dans le rôle d'Achille.

2 avril 1810
Le mariage religieux se déroule dans le Salon carré du Louvre transformé pour l'occasion en chapelle par l'architecte Fontaine, sur les indications d'Isabey. Le soir, un grand banquet du mariage est organisé dans la salle de spectacles du palais des Tuileries transformé en salle de fête.
 
2 juillet 1810
Marie-Louise écrit à son père, l'Empereur d'Autriche, et lui fait part de l'espérance d'une prochaine grossesse : « Je suis très heureuse, car mon médecin m'a assurée que depuis le mois dernier, j'ai des espérances. Dieu fasse qu'il en soit ainsi ! […] [J]'ai immédiatement décidé de m'abstenir de la danse et de monter à cheval. » »[In Marie-Louise, une Habsbourg pour Napoléon, Irmgard Schiel, p.111]
 
25 juillet 1810
Napoléon informe par lettre son beau-père François Ier, de la bonne avancée de la grossesse de Marie-Louise : « Je ne sais si l'Impératrice vous a fait connaître que l'espérance que nous avions de sa grossesse acquiert tous les jours de nouvelles probabilités, et que nous avons toutes les sûretés qu'on peut avoir à deux mois et demi. » [Correspondance générale de Napoléon Ier, Lettre n°16 725, édition établie sous le Second Empire]
 
15 août 1810
Les médecins de Marie-Louise sont convaincus qu'elle est enceinte depuis deux mois. La nouvelle est annoncée à Marie-Louise par des vers de Virgile : « Jam nova progenies coelo dimittitur alto » (Maintenant une nouvelle progéniture est envoyée du haut du ciel) [Quatrième églogue, Virgile]

Entre les 11 et 15 octobre 1810
Tenant compte de sa grossesse, Marie-Louise pose assise devant l'artiste Antonio Canova pour la statue connue aujourd'hui sous le nom : « Marie-Louise en Concorde » (1809-1814). 
 
22 octobre 1810
Napoléon nomme Madame de Montesquiou gouvernante des Enfants de France : « Madame, je vous confie les destinées de la France. Faites de mon fils un bon Français et un bon chrétien, l'un ne saurait aller sans l'autre. »

4 novembre 1810
La cérémonie de baptême des enfants de Berthier (le prince de Neuchâtel), de Lannes (duc de Montebello, décédé), de Maret (duc de Bassano), de Champagny (duc de Cadore) et de Louis Charles Napoléon, fils du roi Louis et d'Hortense, est célébrée par le cardinal Fesch, à la chapelle de la Trinité au château de Fontainebleau. A cette occasion, comme Constant le rapporte dans ses Mémoires, Napoléon fait part à quelques intimes de ses espérances dans une grossesse qui semble se préciser : «Avant peu, messieurs, nous aurons, j'espère, un autre enfant à baptiser. »
« Ces paroles de Sa Majesté furent accueillies avec toute la joie qu'elles étaient faites pour inspirer. Au reste, on commençait depuis quelque temps à s'entretenir dans le château de la grossesse de l'impératrice. […]. Le jardin particulier (à Fontainebleau, où se trouvaient alors Leurs Majestés) était sous mes fenêtres, et je vis plusieurs fois l'impératrice se promener, soutenue par ses femmes, et souffrant des maux de coeur dont tout le monde se réjouissait. [Mémoires de Constant, premier valet de chambre de l'empereur, sur la vie privée de Napoléon, sa famille et sa cour, chapitre XXII.]
 
12 novembre 1810
Napoléon annonce la grossesse de l'Impératrice au Sénat.
 
22 novembre 1810
Le baron de Mesgrigny, envoyé par Napoléon, arrive à Vienne portant deux lettres pour l'Empereur, une de Napoléon et une autre de Marie-Louise. Dans sa lettre à son père, Marie –Louise écrit : « La présente lettre, cher papa, est pour vous annoncer ma grossesse. Je saisis cette occasion pour vous demander votre bénédiction pour moi et votre petit-fils ou petite-fille. Vous pouvez vous représenter ma joie. Elle serait complète si cette naissance pouvait vous amener à Paris. » [in Les Beaux Jours de l'Impératrice Marie-Louise, Imbert de Saint-Amand, 1885]
 
3 décembre 1810
L'Empereur d'Autriche envoie une lettre à Napoléon : «  Monsieur mon frère et très cher beau-fils, la lettre que M. de Mesgrigny m'a remise de la part de Votre Majesté Impériale m'a comblé de la plus vive joie. » [in Les Beaux Jours de l'Impératrice Marie-Louise, Imbert de Saint-Amand, 1885]
 
11 janvier 1811
L'Empereur d'Autriche écrit de nouveau à sa fille « Jusqu'au [ jour de l'accouchement], veille à ta santé. Sois attentive au lit sur lequel tu devras accoucher. Reste en mouvement, mais n'en fais pas trop, et évite surtout d'emprunter de mauvaises routes pleines de trous. » [in Marie-Louise, une Habsbourg pour Napoléon, Irmgard Schiel, p.113]
 
13 janvier 1811
Napoléon se rend à la colline de Chaillot, se situant dans l'actuel 16e arrondissement de Paris, choisie comme site du futur Palais du Roi de Rome. C'est en juin 1810, que l'Empereur imagine ériger un nouveau grand palais sur cette hauteur. Les projets de construction commencent dès février 1811, Napoléon donnant son avis sur les moindres détails (« Je veux une petite chapelle, un petit théâtre […] et, surtout, que l'on ait grand soin qu'il n'y ait point d'eau stagnante autour du palais ») des dessins et plans fournis par Fontaine, l'architecte en charge.
Destiné, comme son appellation le suggére, au fils de Napoléon, ce palais ne voit jamais le jour. Les conflits qui suivent, comme la campagne de Russie, mettent en effet un terme à ce projet.
 
Six semaines avant la date présumée de la naissance, le médecin personnel de Napoléon se met en quête des futures nourrices de l'héritier. 116 femmes postulent. Elles sont informées par Daru que seules trois d'entre elles seront choisies puis placées en « Maison de retenue ». Ces femmes doivent encore être confirmées par la gouvernante et subir quelques examens médicaux. Une fois l'enfant né, Corvisart doit encore choisir laquelle sera la nourrice en chef parmi les trois.
 
10 février 1811
Le bail du logement des nourrices est signé pour un loyer de 2 400 Fr par an, un logement situé au troisième niveau d'une maison de ville située au 14 rue de Rivoli.
 
14 février 1811
Le terme de la grossesse de l'Impératrice Marie-Louise approchant, des achats de layette ont lieu à la boutique de Mademoiselle Minette, située au 30 rue de Miromesnil (aujourd'hui dans le 8e arrondissement). Sont achetés : quarante-deux douzaines de langes, vingt douzaines de brassières, vingt-six douzaines de chemises, cinquante douzaines de couches, douze douzaines de fichus de nuit et de mouchoirs, douze douzaines de bonnets de nuit, le tout garni de dentelles Valenciennes ou de Bruxelles. Toutes ces pièces sont marquées à l'étoile, emblème du Roi de Rome et sur certaines sont brodées l'abeille et la couronne royale. Le total de la layette atteint la coquette somme de 40 402 francs, une somme jugée modérée (et approuvée par le conseil d'Etat). Cela laisse songeur lorsque l'on sait que le salaire journalier d'un mineur en 1806 est de 1,8 franc…
 
15 février 1811
Marie-Louise qui s'intéresse au futur sexe de l'enfant (elle s'est déjà risquée à annoncer à Napoléon son désir d'avoir une fille) se rend chez sa sage-femme, Madame Lachapelle, espérant en savoir plus. La sage-femme ne répond pas à l'attente de l'impératrice et lui dit qu'une telle question n'est bonne que pour une cartomancienne comme Melle Lenormand.
 
En mars, face à l'anxiété grandissante de Napoléon pour la future naissance (des inquiétudes qualifiées par le docteur Corvisart de « terreurs du guerrier pour une petite chose très ordinaire »), les exercices de Marie-Louise sont considérablement réduits, se limitant tout au plus à une promenade quotidienne dans le jardin des Tuileries le long de la Terrasse du Bord-de-l'Eau. Mais cette promenade, comme le rapporte le Moniteur du 11 mars 1811, est cependant loin d'être tranquille car « les allées, les terrasses, les avenues [sont] remplies d'une foule immense attirée par l'espérance de la voir. » Agacé, Napoléon ordonne à l'architecte Fontaine de construire un tunnel souterrain reliant directement les appartements du palais à la terrasse. Ce projet ne voit jamais le jour, la naissance impériale y mettant fin. 
 
5 mars 1811
Au nom de la ville de Paris, le comte Frochot, préfet de la Seine, offre au couple impérial un magnifique berceau, fait de vermeil et décoré de nacre, or et velours.
 
14 mars 1811
Est présentée à Marie-Louise une copie du voile de la Vierge par une délégation conduite par l'Évêque de Versailles. Cette copie du voile est une relique censée avoir été donnée à l'église Notre-Dame de Chartres par Charles le Chauve. Ce voile est traditionnellement présenté aux reines et dauphines de France lors de leur première grossesse.
 
19 mars 1811
L'ambassadeur d'Autriche, le grand-duc de Wurtzemburg et Eugène de Beauharnais rendent visite à Marie-Louise. Vers 19 heures, Napoléon lui rend visite pour la seconde fois. Marie-Louise réclame en effet sa présence alors que les premières douleurs se font sentir. A 20 heures, les grands dignitaires de la Cour sont convoqués au Palais. Madame Mère arrive vers 21 heures auprès de l'Impératrice. A 22 heures, Corvisart annonce que le bébé doit bientôt naître « au cours de la nuit peut-être, sûrement avant midi demain ». Après 22 heures, les grands dignitaires sont renvoyés.
 
20 mars 1811
Le Roi de Rome naît à 9h20 du matin. A 10h30, Dubois examine l'enfant et le déclare en bonne santé. Le Roi de Rome est ensuite habillé. A 21 heures, l'enfant est ondoyé par le cardinal Fesch. Durant la cérémonie, des feux d'artifices illuminent le ciel de Paris.
Le même jour, à 11 heures, le Grand conseil d'administration vote en faveur d'une pension à vie de 10 000 francs par trimestre pour M. Victor Berton de Sambuy, le premier page de Napoléon chargé d'annoncer la nouvelle de la naissance au Sénat.
 
21 mars 1811
La naissance du Roi de Rome est consignée dans le registre impérial.
 
22 mars 1811
Napoléon reçoit une députation du Sénat menée par le comte Garnier qui vient présenter les félicitations d'usage. Napoléon reçoit ensuite des délégations de la Cour de la Cassation, de la Cour des comptes, du Conseil Universitaire et du chapitre de Paris puis celles du corps diplomatique.
 
24 mars 1811
A 10 heures, la nouvelle de la naissance arrive à la cour d'Autriche.
 
28 mars 1811
Le maire de Bordeaux annonce que la place Dauphine sera rebaptisée place du Roi de Rome.
 
Entre les 13 et 18 avril 1811, Marie-Louise reçoit la visite des dames du palais, des grands dignitaires, des ministres, du corps diplomatique et des cardinaux.
 
19 avril 1811
Cérémonie des “relevailles” de Marie-Louise.
 
9 juin 1811
Le baptême du roi de Rome est célébré à la cathédrale Notre-Dame de Paris, selon le cérémonial utilisé pour le baptême du fils ainé de Louis XVI, dauphin de France.
 

 
Mars 2011, Fondation Napoléon


Cette chronologie fait partie de notre dossier thématique consacré à la naissance du Roi de Rome (20 mars 1811)

Partager