Lettre de Napoléon à Champagny, ministre des Relations extérieures

Partager

Monsieur de Champagny, vous trouverez ci-joint une lettre de M. Daru. Répondez à M. Daru que j'ai été indigné du fait dont il est question dans sa lettre ; que je lui ordonne de passer une note pour demander justice exemplaire des officiers qui ont commis cette insulte ; que jusqu'à ce que je l'aie obtenue, il n'y aura pas d'évacuation ; qu'il faut que deux des principaux auteurs de l'outrage soient fusillés ; qu'enfin si le roi de Prusse veut encore protéger ces insolens, il est inutile qu'il pense revenir à Berlin parce qu'il n'y resterait pas longtemps. De votre côté, faites appeler les deux envoyés qui sont à Paris, faites leur connaître toute mon indignation dites-leur que je demande que les deux principaux auteurs de l'insulte soient fusillés ; que cette affaire n'est pas de peu d'importance, qu'elle m'importe plus encore que le paiement des contributions ; que la faiblesse du Roi a déjà causé la guerre qui vient de finir, mais que si des polissons, aussi lâches sur le champ de bataille qu'arrogants dans les coulisses, continuent à se comporter ainsi, la monarchie prussienne aura une courte destinée. Vous vous exprimerez avec la plus grande énergie. Vous ne dissimulerez pas que le pays ne sera pas évacué si je ne suis pas satisfait, et que si cette satisfaction tarde, je déclarerai la guerre à la Prusse.
 
Sur ce je prie Dieu qu'il vous ait en sa sainte garde.

Rambouillet le 7 septembre 1807
Au ministre des Relations extérieures

 

Partager