Pavillon Baltard – Les Halles de Paris

Partager

La ville de Nogent-sur-Marne abrite l'unique vestige des Grandes Halles de Paris construites sous le Second Empire. Grâce à son opiniâtreté, la ville obtint en effet le privilège d'accueillir le seul pavillon rescapé de leur démolition entreprise en 1970. Il s'agit du pavillon n°8, celui des oeufs et volailles, démonté en 1972, remonté à Nogent en 1976 et inauguré l'année suivante.
Transformé en espace culturel polyvalent, il constitue aujourd'hui l'attraction architecturale majeure de la ville en témoignant de l'exceptionnelle vogue des marchés couverts au XIXe siècle.
 
En 1842, le comte de Rambuteau, préfet de la Seine sous Louis-Philippe, créa une commission d'étude concernant un marché central à Paris. 

En 1845, il demanda un projet détaillé aux architectes Baltard et Callet qui aboutit en 1853 à la réalisation d'un bâtiment de pierre couvrant une structure métallique. Les Parisiens le surnommèrent vite le « Fort des Halles » en raison de sa massivité. Napoléon III fit détruire l'édifice mal ventilé et difficile d'accès et lança un concours pour un programme tout différent : « Ce sont de vastes parapluies qu'il me faut, rien de plus » déclara l'Empereur à Haussmann en esquissant au crayon la silhouette générale de l'édifice. Baltard conserva la réalisation du projet en proposant un ensemble de pavillons entièrement composés de fer et de verre et largement ouverts à la lumière.
 
Les pavillons définitifs furent édifiés de 1854 à 1858 pour la partie est et de 1860 à 1874 pour la partie ouest. Veritable hymne à l'architecture métallique, les Halles de Baltard témoignaient des conceptions modernistes de l'Empereur et de son combat contre l'académisme en vigueur à l'Ecole des Beaux-Arts. Le transfert des Halles du centre de Paris à Rungis fut rendu nécessaire en 1969. Leur destruction entraîna une terrible polémique. En dépit des offres de rachat lancées par un banquier américain, d'une pétition, d'une campagne de presse en France et à l'étranger, des interventions de nombreuses personnalités et de manifestations, la démolition commença le 2 août 1970.
 
Seul témoignage de ce qui fut le « ventre de Paris » – le roman de Zola
reste à cet égard l'évocation la plus savoureuse de cet antre du ravitaillement et de l'effervescence qui y régnait, le pavillon Baltard de Nogent-sur-Marne a subit quelques transformations pour répondre à sa nouvelle destination de lieu d'animation culturelle : pose de panneaux de mosaïque bleue reproduisant les anciens panneaux de brique, fermeture des façades par vitrage Parsol, installation d'un chauffage et isolation thermique de la toiture refaite, installation d'une régie son et lumière, construction d'une mezzanine et aménagements scénographiques démontables. Expositions, concerts, séminaires, congrès et salons se succèdent
 
Karine Huguenaud

Partager