La Russie contre Napoléon

Auteur(s) : LIEVEN Dominic
Partager
Lieven, La Russie contre Napoléon. 1812 © Syrtes

Cet ouvrage a reçu en 2010 le prix-Fondation Napoléon du meilleur livre étranger, sous le titre Russia against Napoleon. The Battle for Europe, 1807 to 1814 (Penguin Books).
 
Le livre de Dominic Lieven, professeur d'études politiques russes contemporaines à la London School of Economics, est extrêmement bienvenu dans la longue liste des ouvrages consacrés à la Campagne de Russie de 1812 et à ses conséquences au cours des deux années suivantes. Le titre du livre exprime parfaitement l'étendue de l'étude, allant de Tilsit à la Première Abdication en 1814. Lieven a raison de souligner le non-sens de se limiter à la seule année 1812, alors que le conflit (et la victoire finale russe) ne s'arrête pas à la Bérézina. La place accordée dans ce livre aux points de vue russes est aussi très importante. La richesse des mémoires français sur le sujet, et l'obsession des XIXe et XXe siècles autour de la personne de Napoléon, ont pesé lourd dans la balance jusqu'à présent. Le livre de Lieven est par conséquent plus qu'utile. En plus d'être écrit dans un style engagé, il est aussi particulièrement convainquant dans son utilisation des sources de l'histoire militaire russe (histoire des bataillons, mémoires personnels), et dans sa concentration sur ce qui est sans doute la plus grande (et la plus méconnue) victoire russe sur les problèmes de logistique et d'approvisionnement.
Parmi les plus intéressantes pages de Lieven, certaines révèlent en effet l'effort conséquent et l'habileté déployée par les Russes pour trouver des solutions aux problèmes soulevés par le déplacement des hommes et des vivres, et la nécessité de fournir en grand nombre chevaux et munitions, et ce à travers de vastes distances, comme les moyens de transports à vapeur n'existaient pas encore. Un autre des apports importants du livre de Lieven s'attache à montrer la qualité de l'armée russe (et pas seulement en son légendaire caractère stoïque), ses capacités dans les opérations de reconnaissance à cheval (face aux performances françaises traditionnellement faibles) et sa grande maîtrise de la retraite stratégique, montrée plus qu'une fois pendant la période 1812-1814. Les amateurs purs et durs de militaria se délecteront des appendices réunissant les ordres de batailles de 1812 et 1813, tandis que les historiens pourront s'immerger dans la bibliographie détaillée et la longue liste de lectures complémentaires. Comme la revue The Economist, nous estimons que l'ouvrage de Dominic Lieven est un véritable livre de référence. (Peter Hicks)

Année de publication :
2012
Lieu et maison d'édition :
Paris, Editions des Syrtes
Nombre de pages :
613 p., illustr.
Partager