Napoléon et Joseph Bonaparte. Le Pouvoir et l’Ambition

Auteur(s) : HAEGELE Vincent
Partager

Personnage contrasté, souvent incompris, malheureux dans sa carrière militaire, Joseph Bonaparte souffre d'une image négative en regard de la légende qui auréole la statue de son frère cadet Napoléon. Pourtant, l'aîné de l'empereur fut le soutien permanent de son élévation et un pilier du nouveau régime instauré après le coup d'État du 18 Brumaire. Homme politique aux convictions modérées, influencé par les idées des penseurs des Lumières, mais aussi les théories de Germaine de Staël, Joseph est un personnage incontournable de la vie politique française. Roi de Naples en 1806, puis roi d'Espagne en 1808, il s'attache à allier les principes du système de famille napoléonien à ses propres conceptions du pouvoir. Mais il ne parvient pas à éviter les tensions avec le maître de l'Europe et se mue peu à peu en un opposant résolu. Cette étude, qui se fonde sur les archives personnelles de Joseph, sa correspondance et des témoignages de contemporains, aborde successivement l'éducation parallèle des deux frères, leur parcours sous la Révolution, l'opposition menée par Joseph dans les premières années de l'Empire, son « laboratoire » napolitain, l'échec espagnol ainsi que les jours sombres de la Campagne de France. (note de l'éd.)
 
L'auteur : Vincent Haegele, ancien élève de l'École nationale des chartes, diplômé de l'Enssib et aujourd'hui conservateur à la bibliothèque universitaire de Lettres de Picardie, avait soutenu en 2006 sa thèse pour le diplôme d'archiviste paléographe sur les relations entre Napoléon et Joseph Bonaparte à travers leur correspondance. En 2007, une édition de cette correspondance a été publiée, toujours aux éditions Tallandier.
 
L'avis de napoleon.org : voici un face à face fort stimulant, entre les deux frères Bonaparte. Maîtrisant tout au long de son étude ce jeu de « ping-pong » entre les deux frères, Vincent Haegele étudie avec précision l'évolution de la relation fraternelle, l'intime se retrouvant vite happé par la scène et les événements politiques (ce qui explique que la dimension psychologique passe parfois au second plan de l'analyse politique). Cette vision de l'histoire napoléonienne, qui décentre légèrement l'analyse, habituelle, du seul point de vue de Napoléon, vers celui de son frère et de leur relation, se double d'un portrait, en creux, de Joseph Bonaparte, dont il n'existe pas de biographie récente. On y voit alors un homme ambitieux, résolu dans sa marche pour exercer le pouvoir (son refus du trône italien pour rester dans la course dynastique française est un bon exemple de son analyse politique).
Quelques (tout) petits regrets : les annexes auraient pu être accompagnées d'un commentaire les reliant aux pages qui les évoquent. La bibliographie aurait pu également être commentée (mais cela se fait de moins en moins).
Enfin, on aimerait bien que les éditeurs fassent le choix de placer les notes en bas de pages plutôt que de les rejeter en fin d'ouvrage, ce qui perturbe la lecture de livres s'appuyant, comme celui-ci, sur de nombreuses sources.
(Irène Delage)

 
L'auteur a reçu pour cet ouvrage le Prix d'Histoire Premier Empire 2010 de la Fondation Napoléon

Année de publication :
2010
Lieu et maison d'édition :
Paris : Editions Tallandier, coll. Bibliothèque napoléonienne
Nombre de pages :
638 p.
Partager