MIOLLIS, Sextius-Alexandre François, comte de, (1759-1828), général

Partager
"Nos conquêtes sont perdues, mais vous, mon Général, jamais ne vous perdrez les vôtres en Italie, je veux dire l'estime profonde des Mantouans, des Gênois, des Vénitiens, des Toscans, des Romains, et ce qu'il y a peut-être encore de plus remarquable, c'est que vous êtes le seul qui leur ayez inspiré ce sentiment à un aussi haut degré", Commandant Guyon dans une lettre à Miollis, le 10 mai 1821.

Biographie

Né à Aix en Provence, le 18 septembre, 1759, il meurt à Aix en Provence, le 18 juin 1828
Marié à Rosalie Boutté, Nice, 1798
Gravement blessé pendant la bataille sous les ordres de Rochambeau à Yorktown, 1781, pendant la Guerre d'Indépendance des Etats-Unis
A été promu du rang de Lieutenant en second (1782) à celui de Lieutenant Colonel en 1er (1792) dans le 3e bataillon des volontaires des Bouches-du-Rhône
Désigné Général de Brigade dans l'Armée d'Italie en 1794
Combat en Italie en 1796-97 (se distinguant à Finale (1795), Faubourg-St-Georges (1797))
Gouverneur de Mantoue, 4 février 1797
Se distingue dans la campagne de Toscane, décembre 1798, combat avec succès sous les ordres de Gouvion Saint-Cyr à Recco (fin août 1799) et Rapallo le 14 octobre 1799
Fait Général de Division, 19 octobre, 1799
Participe à la Chute de Gênes 1800
Privé de sa commission en 1802 à la suite de son vote contre le Consulat à vie
Après être allé à Saint-Cloud pour faire une demande devant Napoléon en personne, il est rappelé dans les rangs, et devient à nouveau Gouverneur de Mantoue, le 28 août 1805
A érigé deux colonnes commémoratives, une à Mantoue, à Virgile, et l'autre à Ferrare à l'Arioste
Fait commandant de toutes les troupes françaises stationnées en Italie, octobre 1805
A occupé Venise sous les ordres de Eugène de Beauharnais, décembre 1805
Chevalier, et ensuite Commandeur, de la Couronne de Fer, juin 1807
Prend Rome et devient commandant de la division de Rome, février 1808
Grand Officier de la Légion d'honneur, 14 septembre, 1808
Comte de l'Empire, le 16 septembre, 1808
Commandeur de l'Ordre des Deux Siciles, le 25 novembre 1808
Ordonne l'arrestation de Pie VII, le 6 juillet 1808
Commande la 30ème division dans Rome (1810) jusqu'à ce que la convention signée entre Murat et Fouché le force à partir le 10 mars 1814
Chevalier de St-Louis, le 13 août 1814
Appelé à se présenté devant Louis XVIII, Miollis reçoit l'ordre de devenir commandant du quartier militaire des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse sous les ordres de Masséna, janvier 1815
Envoyé par Masséna pour intercepter l'arrivée de l'Empereur Golf Juan, le 7 mars 1815
Arrive à Gap pour apprendre que napoléon a atteint Grenoble trois jours plus tôt, et retourne par conséquent à Marseille « Comme Masséna l'avait ordonné ».
Pendant les Cent-Jours, est fait gouverneur de la ville de Metz par Napoléon, avril 1815
Mis à la retraite par Louis XVIII, le 25 août 1815, avec une retraite complète
Passe les dernières années de sa vie entre Paris, Isle-Adam, Villefranche, et Aix
Meurt en se frappant la tête sur le coin d'une table en marbre au cours d'une chute

Il est membre d’une famille noble de la ville d’Aix, mais soutient la Révolution.

Il a cependant voté contre le Consulat à vie de Bonaparte, ce qui s'est traduit par son retrait immédiat de l'Armée. Lors de son action la plus remarquable – son arrestation du Pape – il semble avoir agi sans instructions de Napoléon. La plus grande partie de sa vie active s'est déroulée en Italie.

Bibliographie

– Auréas, H., Général de Napoléon : Miollis, Paris : Les Belles Lettres, 1961

Partager