+
10 ans
Jeunes
historiens

Dans les pas de Napoléon Ier…

Retrouve les grandes étapes de la vie de Napoléon Ier à travers les lieux qui ont marqué son destin. Tout commence à Ajaccio, en Corse…

Partager
Dans les pas de Napoléon Ier…

• 1 • Ajaccio (France)
NAISSANCE DE NAPOLÉON BONAPARTE
Napoléon Bonaparte naît à Ajaccio le 15 août 1769, dans une famille noble. Un an plus tôt, la Corse est passée des mains de la République de Gênes à celles de la France. À 10 ans, il quitte, avec son frère aîné Joseph, leur famille et la Corse pour suivre des études militaires sur le continent, près de Paris.
► À Ajaccio, tu peux visiter la maison natale de Napoléon : clique ici pour en savoir plus.

• 2 • Toulon (France)
1793 – NAPOLÉON LIBÈRE TOULON !
En 1793, une partie de la France est en guerre, et les Britanniques assiègent le port de Toulon. Le jeune capitaine Napoléon Bonaparte est chargé de libérer le port, ce qu’il fait avec succès. En récompense, il est nommé général de brigade le 22 décembre, à l’âge de 24 ans !

• 3 • Lodi (Italie)
LA BATAILLE DE LODI
Entre 1796 et 1797, le gouvernement français (le Directoire) charge le général Bonaparte de mener une campagne en Italie, contre les Autrichiens qui dominent la péninsule italienne. Il sait encourager ses soldats, mal équipés et fatigués, et son armée remporte de belles victoires. Le 10 mai 1796, Napoléon et ses soldats franchissent le pont étroit de Lodi et repoussent les Autrichiens. Après d’autres batailles victorieuses, comme à Arcole (une bataille qui dure trois jours, les 15, 16 et 17 novembre 1796) et à Rivoli (les 14 et 15 janvier 1797), la paix est signée le 7 octobre 1797. Napoléon ne se contente pas de gagner des victoires : il s’installe à Milan et gouverne les régions conquises, pour le compte du Directoire.

• 4 • Les Pyramides (Égypte)
1798 LA BATAILLE DES PYRAMIDES
En 1798, le gouvernement du Directoire envoie le général Bonaparte en Égypte. Il emmène avec lui plus de 200 savants pour découvrir la faune et la flore égyptiennes et les mystères des pyramides. C’est aussi une vraie campagne militaire, pour gêner l’influence des Britanniques dans cette région. Le 21 juillet 1798, les soldats de Napoléon remportent une grande victoire contre l’armée des Mamelouks. Mais les difficultés pour se nourrir et se déplacer dans le désert, aggravées par une épidémie de peste, fragilisent l’armée française. Les Égyptiens, aidés des Anglais, s’opposent au gouvernement de Bonaparte. Le général rentre en France en 1798 avec une partie de ses troupes. Le reste de l’armée, vaincu, reviendra en 1801.
En 1802, une commission est créée pour organiser la réunion de toutes les connaissances, dessins, croquis, schéma, en vue de la publication de la Description de l’Égypte, en 20 volumes.

• 5 • Saint-Cloud (France)
9-10 NOVEMBRE 1799 : COUP D’ÉTAT À SAINT-CLOUD !
En 1799, le gouvernement du Directoire est en déroute, il n’y a plus d’argent dans les caisses, et les Français sont mécontents. Avec l’aide de son frère cadet Lucien et de son futur beau-frère Joachim Murat*, Napoléon Bonaparte prend le pouvoir les 9 et 10 novembre 1799. Ce coup d’État est appelé Brumaire, car dans le calendrier de l’époque, appelé Calendrier républicain**, le mois de Brumaire correspond à peu près à notre mois de novembre. Napoléon s’installe au château de Saint-Cloud, près de Paris, et réorganise le pouvoir : c’est le Consulat.
Le château de Saint-Cloud a brûlé en 1870, mais il reste le magnifique parc. Un musée raconte l’histoire de ce château : pour en savoir plus, clique ici.

* Joachim Murat épouse Caroline Bonaparte, le 20 janvier 1800 : voir la généalogie simplifiée des Bonaparte.
** Pour en savoir plus sur le calendrier républicain, clique ici.

• 6 • Malmaison, Rueil-Malmaison (France)
LE DOMAINE DE MALMAISON
En 1799, Joséphine, la femme de Napoléon, achète le château de Malmaison. C’est une belle demeure, avec un grand parc, un lac, une serre de fleurs rares. Devenu Premier Consul, Napoléon Bonaparte adore venir se reposer dans cette maison. Mais il y réunit aussi ses ministres pour travailler aux réformes de la France.
Aujourd’hui, Malmaison est un musée national, qui conserve la très belle bibliothèque de Napoléon, beaucoup de meubles, de tableaux et d’instruments de musique (Joséphine jouait de la harpe) qui ont appartenu au couple : une visite à faire absolument !
► Pour découvrir et préparer une visite à Malmaison, clique ici.

• 7 • Marengo – Alessandria (Italie)
LA BATAILLE DE MARENGO
En mai 1800, Napoléon Bonaparte embarque ses troupes dans une Deuxième campagne d’Italie, toujours contre les Autrichiens. Pendant qu’une partie de l’armée française attaque l’Autriche en passant par l’Allemagne, Napoléon réserve une surprise à ses ennemis : il franchit les Alpes avec le reste de son armée, soldats, canons, munitions, chevaux et vivres, pour attaquer les Autrichiens en Italie ! Le 14 juin, il remporte une victoire à Marengo, de justesse, mais les Autrichiens doivent capituler. La paix est signée le 9 février 1801.

• 8 • Notre-Dame de Paris (France)
2 DÉCEMBRE 1804 : NAPOLÉON EST SACRÉ EMPEREUR
Devenu empereur des Français par le sénatus-consulte (c’est un texte de loi) du 18 mai 1804, Napoléon Ier veut affirmer son pouvoir politique et se sentir l’égal des autres souverains d’Europe, Georges III au Royaume-Uni, Frédéric-Guillaume III en Prusse, François Ier en Autriche, Alexandre Ier en Russie. Napoléon veut être sacré à Paris, en présence du Pape. Le 2 décembre 1804, plusieurs milliers d’invités assistent à une cérémonie grandiose à la cathédrale Notre-Dame. Pendant tout le mois de décembre, de nombreuses festivités sont organisées à Paris et dans tout l’Empire.
► Pour découvrir et visiter la cathédrale Notre-Dame, clique ici.
► Pour découvrir la décoration de la cathédrale pour la cérémonie du sacre, clique ici et ici.

• 9 • Milan (Italie)
26 MAI 1805 : NAPOLÉON COURONNÉ ROI D’ITALIE
Dès la Première Campagne d’Italie de 1796, Bonaparte défend les citoyens italiens contre l’influence autrichienne. Il organise la République cisalpine en 1797, et la République italienne en 1802. En 1805, il institue le royaume d’Italie, premier État napoléonien hors de France. C’est à Milan, capitale du royaume, que Napoléon est couronné roi d’Italie, le 26 mai 1805.

• 10 • Brno (République tchèque)
LA VICTOIRE D’AUSTERLITZ
Un an jour pour jour après son sacre comme empereur, Napoléon et sa « Grande Armée » remportent la bataille d’Austerlitz (aujourd’hui Brno) contre les troupes alliées de l’Empereur d’Autriche, François Ier, et du Tsar de Russie Alexandre Ier. Après la bataille, Napoléon félicite ses soldats : « Soldats, je suis content de vous. Il vous suffira de dire : « J’étais à la bataille d’Austerlitz », pour que l’on réponde « Voilà un brave ! ». La Légende napoléonienne est bien en marche !

• 11 • Iéna (Allemagne)
LA VICTOIRE D’IÉNA
En juillet 1806, Napoléon Ier regroupe de petits États de la région du Rhin et d’Allemagne, en une Confédération du Rhin, afin de limiter l’influence du royaume de Prusse. En août, le roi Frédéric-Guillaume III déclare la guerre. Le 14 octobre 1806, Napoléon et l’un de ses meilleurs généraux, Davout, écrasent les armées prussiennes, l’un à Iéna, l’autre à Auerstaedt. Napoléon et la Grande Armée entrent victorieux à Berlin, la capitale du royaume de Prusse.

• 12 • Eylau – Bragationovsk (Russie)
LA DRAMATIQUE VICTOIRE D’EYLAU
La Prusse écrasée à Iéna en 1806, Napoléon se retrouve face à la Russie. Le 8 février 1807, les troupes napoléoniennes affrontent dans les plaines enneigées d’Eylau l’armée du Tsar Alexandre Ier. Les Russes battent en retraite, et la victoire, bien qu’incertaine, est attribuée à aux Français. Mais l’empereur est choqué par la violence des affrontements et les terribles pertes humaines. Eylau est une victoire dramatique.

• 13 • Friedland (Russie)
VICTOIRE À FRIEDLAND
Après les combats dramatiques à Eylau, la bataille de Friedland, le 14 juin 1807, est une éclatante victoire pour l’armée française. Napoléon a su utiliser tout son génie tactique pour écraser les Russes. L’Empereur des Français et le Tsar de Russie signent la paix le 7 juillet, à Tilsit. Mais le Tsar ne se résout pas à la domination française en Europe.

• 14 • Madrid (Espagne)
2 MAI 1808 : MADRID SE SOULÈVE CONTRE NAPOLÉON
En avril-mai 1808, Napoléon s’impatiente des conflits dynastiques entre le roi d’Espagne Charles IV et son fils. Il veut placer son frère aîné Joseph sur le trône d’Espagne. Le 2 mai (le « Dos de Mayo » pour les Espagnols), Madrid voit sa population se soulever contre les troupes françaises, soulèvement suivi le lendemain d’une terrible répression. Le règne de Joseph débute dans un climat de ferme opposition et de guérilla permanente. Napoléon décide d’intervenir et obtient la capitulation de Madrid le 4 décembre 1808. Mais le pays, soutenu par les Britanniques, est loin d’être soumis. La guerre d’Espagne, qui prend fin en 1813, est un échec retentissant pour Napoléon.

• 15 • Wagram(Autriche)
LA VICTOIRE DE WAGRAM
En avril 1809 débute une nouvelle guerre contre l’Autriche. Les victoires françaises d’Eckmühl (22 avril) et de Ratisbonne (23 avril) précèdent la défaite française à Essling (21-22 mai). Mais, les 5 et 6 juillet 1809, l’armée autrichienne s’incline définitivement à Wagram. Cette bataille difficile et meurtrière est la dernière grande victoire de Napoléon. Il semble lassé de faire la guerre et accepte de négocier la paix, à Vienne, le 14 octobre 1809.

• 16 • Compiègne (France)
LE CHÂTEAU DE COMPIÈGNE
En 1810, Napoléon accueille sa seconde épouse, l’archiduchesse Marie-Louise de Habsbourg, fille de l’empereur d’Autriche, au château de Compiègne. Avec ce mariage, Napoléon espère avoir un fils légitime pour assoir la dynastie napoléonienne sur le trône français. Un an plus tard, le couple impérial a enfin un fils, il naît le 20 mars 1811.
Le château de Compiègne conserve aujourd’hui encore des appartements de Napoléon Ier.
► Pour découvrir et préparer une visite au château de Compiègne, clique ici.

• 17 • Moscou (Russie)
LA CAMPAGNE DE RUSSIE ET LA BATAILLE DE LA MOSKOVA
La paix de Tilsit signée en 1807 ne résiste pas longtemps aux oppositions franco-russes. Le tsar Alexandre Ier n’accepte pas la création du duché de Varsovie soutenu par la France, et s’impatiente sur la question de la guerre contre l’empire Ottoman et son partage. Prenant prétexte de l’annexion du duché allemand d’Oldenbourg par les Français, Alexandre Ier déclare la guerre le 8 avril 1812. Napoléon envahit la Russie avec 480 000 soldats en juin 1812, gardant en réserve près de 120 000 soldats. Les Russes choisissent de désorganiser les troupes françaises et de les faire s’éparpiller en refusant de combattre. Après la bataille de la Moskova (ou Borodino pour les Russes) sans vainqueur, le 7 septembre, Napoléon entre à Moscou. Mais le Tsar refuse d’autres combats, il attend l’hiver car il sait que les troupes de Napoléon vont connaître les pires difficultés pour se nourrir, se déplacer et combattre dans les plaines russes enneigées. En octobre, Napoléon ordonne la retraite à ses troupes épuisées, dans des conditions climatiques dramatiques.

• 18 • Leipzig (Allemagne)
LA DÉFAITE DE LEIPZIG
En 1813, une partie de l’armée française est en guerre en Espagne. Napoléon doit aussi affronter les troupes réunies de la coalition du Royaume-Uni avec l’Autriche, la Prusse, la Russie et la Suède. La bataille de Leipzig (16-19 octobre) est une grave défaite pour Napoléon, tandis que le territoire français est menacé d’invasion.

• 19 • Fontainebleau (France)
6 AVRIL 1814 : LES ADIEUX DE FONTAINEBLEAU
En 1814, Napoléon affronte ses ennemis sur le sol français : c’est la campagne de France. Les troupes françaises remportent quelques victoires mais Paris est envahi le 31 mars 1814. Réfugié au château de Fontainebleau, l’Empereur tente d’abdiquer au profit de son fils (qui devient Napoléon II) mais ses vainqueurs refusent. Il abdique alors sans condition le 6 avril. Il fait ses adieux à ses fidèles dans la cour du château et prend le chemin de l’exil. Ses vainqueurs lui ont donné la souveraineté de l’île d’Elbe. Louis XVIII monte sur le trône de France, c’est la Première Restauration.
Napoléon, Ier, Napoléon II, Napoléon III… pour t’y retrouver, clique ici.
► Pour découvrir et préparer une visite du château de Fontainebleau, clique ici.

• 20 • Golfe-Juan (France)
1er MARS 1815 : NAPOLÉON EST DE RETOUR !
Après neuf mois d’exil sur l’île d’Elbe, Napoléon tente de reprendre le pouvoir et débarque sur les côtes françaises le 1er mars 1815 à Golfe-Juan. Le 20 mars, il est à Paris et reprend sa place au palais des Tuileries : les Cent-Jours commencent.
Pour découvrir et aller à Golfe Juan dans les pas de Napoléon, clique ici.

• 21 • Waterloo (Belgique)
18 JUIN 1815 : L’EMPIRE SOMBRE À WATERLOO
Contre l’Europe coalisée qui refuse son retour, Napoléon ne peut éviter la guerre. Il livre sa dernière bataille le 18 juin 1815 à Waterloo, en Belgique. Les Français sont écrasés par les armées anglo-prussiennes. Napoléon abdique une seconde fois le 22 juin 1815 et décide de se livrer aux Britanniques. Louis XVIII revient pour la seconde fois sur le trône : c’est la Seconde Restauration.
► Pour découvrir et préparer une visite du mémorial de la bataille de Waterloo, clique ici.

• 22 • Sainte-Hélène (Atlantique sud)
1815-1821 : L’EXIL À SAINTE-HÉLÈNE
Marqués par l’épisode des Cent-Jours, les Britanniques envoient Napoléon en exil dans l’île de Sainte-Hélène, une petite possession britannique perdue au milieu de l’Atlantique Sud. Accompagné de quelques fidèles, Napoléon passe cinq années et demie d’une captivité rendue difficile par le climat, la promiscuité, et surtout la surveillance humiliante conduite par le gouverneur de l’île Hudson Lowe. Pour rompre l’ennui, Napoléon dicte ses souvenirs, rassemblés dans le Mémorial de Sainte-Hélène. Il meurt le 5 mai 1821.
En 1840, le corps de Napoléon est rapatrié en France, pour être enterré aux Invalides : on parle du Retour des Cendres, car au siècle de Napoléon on utilise souvent le mot cendres pour parler du corps d’un mort.
► Pour découvrir et préparer une visite du tombeau de Napoléon aux Invalides, clique ici.

• 23 • Vienne (Autriche)
DISPARITION DE NAPOLÉON II À VIENNE
Le 22 juillet 1832 à Vienne, Napoléon II meurt de tuberculose à l’âge de 21 ans. C’est au château de Schönbrunn, auprès de son grand-père maternel l’empereur d’Autriche, qu’il avait été envoyé après la chute de l’Empire. Il meurt en emportant avec lui les espoirs de restauration dynastique.
► Découvrir et préparer une visite au château de Schönbrunn.

(création 2008 ; nouvelle mise en ligne 2021)

►► Dans les pas de Napoléon III…

Partager