Baguettes d’honneur du tambour d’Arcole

Artiste(s) : Manufacture de VERSAILLES
Partager

Suite à la suppression par les assemblées révolutionnaires des ordres et décorations d’Ancien Régime, le législateur n’eut de cesse de s’interroger quant à la forme à donner aux distinctions dont le principe ne pouvait être supprimé. Si quelques armes avaient déjà pu être distribuées en tant que récompenses nationales, c’est le général Bonaparte, au cours des campagnes d’Italie puis d’Egypte, qui fut à l’origine de leur rationalisation.
Le 4 nivôse an VIII (25 décembre 1799), un arrêté consulaire officialisa et organisa l’institution des armes d’honneur. Exclusivement réservées aux militaires, elles pouvaient être, selon l’unité ou la fonction de son récipiendaire, de plusieurs types : fusils, mousquetons, trompettes, haches d’abordage, baguettes. Les sabres eux étaient réservés aux officiers et soldats qui s’étaient distingués par une action d’éclat ou des services particulièrement extraordinaires.

Engagé volontaire en 1792 dans le bataillon des Bouches-du-Rhône, André Estienne (1777 – 1837), natif de Cadenet dans le Vaucluse, se distingua en Italie au sein de la 51ème demi-brigade de ligne, placée sous les ordres du général Bonaparte. Le 16 novembre 1796, tandis que les forces françaises ne parvenaient pas à prendre le pont qui devait leur permettre de franchir la rivière Alpone, près d’Arcole, le jeune homme, âgé de dix-neuf ans, se jeta à l’eau et, tenant son tambour au dessus de la tête, exhorta ses compagnons à le suivre. Parvenu sur la berge opposée, il battit la charge, semant la panique dans les rangs autrichiens qui refluèrent sous la charge des troupes françaises.
Le 28 fructidor an X (15 septembre 1802), alors que le jeune héros venait de rejoindre les chasseurs à pied de la garde des Consuls, Bonaparte salua sur le brevet lui décernant une paire de baguettes d’honneur, la conduite distinguée et la bravoure dont avait fait preuve celui qui deviendra le « petit tambour d’Arcole ». Ses baguettes sont ainsi dédicacées : Le 1er Consul au Citoyen Etne André tambr à la garde à pieds des Consuls. En 1803, André Estienne fut décoré de la Légion d’honneur des mains même de l’Empereur et, honneur suprême, il fut le seul tambour désigné pour battre « aux champs » au cours de la cérémonie du sacre, le 2 décembre 1804, à Notre-Dame de Paris.

Véritable incarnation du courage et de la fidélité, le petit tambour d’Arcole est entré dans la légende napoléonienne, immortalisé sur le fronton du Panthéon, sur l’Arc de triomphe ou encore par les peintres Charles Thévenin ou Horace Vernet. En raison de sa petite taille et de son jeune âge, les artistes le représentèrent souvent sous les traits d’un enfant ou d’un adolescent au comportement héroïque. Son village natal, Cadenet, l’honorera en érigeant une statue inaugurée en 1894.

Ronan Trucas

Date :
1802
Technique :
ébène, argent
Lieux de conservation :
Paris, musée de la Légion d'honneur
Crédits :
© Musée de la Légion d'honneur
Partager