Photographie : 2 vues du palais des Tuileries 1855-1858

Artiste(s) : BALDUS Edouard (1813-1889)
Partager
"Vue panoramique du palais entier et jardin, de la rue de Rivoli aux immeubles du quai de Seine", par E. Baldus
© Fondation Napoléon / P. Maurin-Berthier
Grande photographie de la façade est du palais, sur la cour […], par E. Baldus © Fondation Napoléon – P. Maurin-Berthier / inv.1167-2

Ces deux photographies d’Édouard Baldus (1813-1889) présentent un triple intérêt : elles permettent d’admirer des bâtiments aujourd’hui disparus, d’évoquer la dernière phase de travaux du Louvre et d’aborder les progrès techniques mis en avant par l’auteur de ces clichés.

La réunion du palais du Louvre aux Tuileries n’est pas une lubie du XIXe siècle puisque le projet a été initié dès le règne d’Henri IV. Il s’agit d’une entreprise gigantesque que l’on nomme alors « le Grand Dessein » et sur laquelle les plus grands architectes se penchent. Certains noms nous sont familiers : Le Bernin (fontaine des Quatre fleuves à Rome), Mansart (château de Maisons-Laffitte) ou encore Percier et Fontaine (architectes de Malmaison, l’arc de Triomphe du Carrousel, rue de Rivoli).

Sous le Second Empire, Napoléon III nomme l’architecte Louis Visconti (1791-1853) à la tête d‘un projet appelé « Nouvelles Tuileries ». Très rapidement, les abords sont dégagés, la première pierre est posée le 25 juillet 1852. Pour ces travaux, Visconti est aidé puis remplacé, à la suite de son décès en 1853, par l’architecte Hector-Martin Lefuel (1810-1880). L’édifice est achevé en 1857, mais il faut attendre quelques années pour que l’ensemble des aménagements intérieurs ainsi que les décorations soient terminés.

Entre 1855 et 1858, Hector Lefuel commande des clichés du chantier à l’artiste Édouard Baldus. Ces deux photographies appartiennent à cette commande. Le peintre et photographe prussien est très apprécié par la société du Second Empire. Il est notamment connu pour savoir donner à ses photographies d’édifices une sensibilité esthétique : il redonne ainsi ses lettres de noblesse aux clichés d’architecture.

Les deux clichés, appartenant aux collections de la Fondation Napoléon, présentent la réunion du Louvre aux Tuileries : l’une côté jardin du pavillon de Marsan au pavillon de Flore (INV 1167.1), l’autre côté cour de l’aile de Marsan au Pavillon de Flore (INV 1167.2). Elles offrent la possibilité d’admirer les deux façades. Au centre des deux clichés, le pavillon de l’Horloge domine : c’est l’entrée du palais. Le visiteur emprunte le Grand escalier construit par Percier et Fontaine qui dessert les étages et les différentes ailes. Il est le passage obligé pour rejoindre la salle de spectacle qui se trouve dans l’aile de Marsan. Sur la vue côté cour, à gauche, on aperçoit l’Arc de Triomphe du Carrousel.

La campagne photographique de Baldus est véritablement, à la fois un outil de travail pour l’architecte puisque des lignes de fuite, dessinées par Baldus, apparaissent sur l’un des clichés, mais également des archives. En effet, la réunion du palais des Tuileries et du palais du Louvre est photographiée sous toutes les coutures : de la petite ornementation jusqu’aux vues panoramiques. Pour se faire, Baldus réalise de nombreux montages. Une des photos à proximité du pavillon de l’Horloge le montre bien : un trait vertical coupe le cliché en deux et des ombres ont été ajoutées sur les pavés (INV 1167.2). L’autre photographie est réalisée d’un seul tenant grâce à un nouvel appareil créé par Koch et Wilz (INV 1167.1).

Finalement, la réunion du Louvre et des Tuileries n’a pu être admirée qu’une dizaine d’années. En 1871, un incendie ravage les Tuileries en trois jours. Démoli en 1872, plusieurs architectes, dont Hector Lefuel, proposent des projets de reconstruction du palais. Aucun d’eux n’a pu aboutir. Ces deux photographies, restées dans les archives familiales de Baldus jusqu’à leur achat par la Fondation Napoléon en 2002, correspondent donc à un témoignage émouvant d’un édifice qui, au fil des siècles, a toujours fasciné les différents souverains français.

Élodie Lefort, responsable des collections de la Fondation Napoléon

mai 2018

 

Découvrez la Collection de la Fondation Napoléon, ses expositions, ses chefs-d’œuvre, son catalogue général en ligne…

Date :
1855-1858
Technique :
Épreuve sur papier salé
Lieux de conservation :
Paris, Fondation Napoléon : - "Vue panoramique du palais entier, du pavillon de Marsan au pavillon de Flore, sur le jardin, de la rue de Rivoli aux immeubles du quai de Seine", par E. Baldus INV 1167.1 - "Grande photographie de la façade est du palais, sur la cour, du pavillon de Flore et de l'Arc de Triomphe du Carrousel à gauche ; au milieu, le pavillon de l'Horloge", par E. Baldus INV 1167.2
Crédits :
© Fondation Napoléon - Patrice Maurin-Berthier
Partager