La curée, une bande dessinée d’après le roman d’Émile Zola, à partir de 14/15 ans (Mai 2019)

Partager
<i>La curée</i>, une bande dessinée d’après le roman d’Émile Zola, à partir de 14/15 ans (Mai 2019)

Il n’est jamais facile de s’attaquer en BD à Émile Zola, tant l’auteur naturaliste a été précis dans ses descriptions, son atmosphère. Cette dernière finit par en dire plus des personnages qu’il met en scène que les dialogues eux-mêmes. L’intrigue peut se mettre en pause dans ses écrits bien facilement : comment rendre cela en une BD de moins de 130 p. (ce qui est déjà un beau volume !) ?
Les auteur et dessinateur se sont ici alliés pour rendre La curée (avec quelques libertés qui servent le scénario) palpable, de manière fluide et prenante.  Le lecteur a réellement l’impression d’avoir un condensé de l’aversion du père des Rougon-Macquart pour le Paris tout « golden boy » de Napoléon III , en proie à la spéculation immobilière, avec son ambiance prônant le « tout, tout de suite » et la jouissance – charnelle en particulier -, sous le glacis de la modernisation urbanistique et esthétique orchestrée par le baron Haussmann, sous l’impulsion de l’Empereur.
On pourrait commenter cette vision de Zola.  Et cet album peut servir de support pour le faire, notamment auprès de jeunes historiens adolescents (certaines images peuvent être plus adaptées pour un public de 14-15 ans) qui rechigneraient à lire des classiques et/ou ne se seraient peut-être pas imaginé que certains sujets sociaux de fond peuvent dater d’il y a 150 ans au moins.
Il ne pourra que plaire en tout cas aux amateurs adultes du grand auteur et aux amoureux du dessin classique et maîtrisé. (M. de Bruchard)

À partir de 14-15 ans

Présentation par l’éditeur

À la fin d’une chasse à courre, pendant la curée, les chiens dévorent les entrailles de la bête tuée.
« De l’or et de la chair », Émile Zola résumait ainsi La Curée.
L’or, c’est Aristide Saccard. Ce bourgeois affairiste vorace veut saigner Paris et se repaître de l’argent qui coule dans les veines d’une capitale bouleversée par les travaux haussmanniens. Sans scrupules, il triche, vole, ment et manipule… même ses proches.
La chair, c’est Renée, la seconde épouse de Saccard. Jeune femme comblée et courtisée, elle cherche à tromper son ennui en dilapidant sa fortune et en goûtant la jouissance de l’interdit. Or qu’y a-t-il de plus immoral que d’entretenir une relation fiévreuse avec un beau-fils que l’on a élevé ?
À travers des dessins somptueux, Éric Stalner et Cédric Simon nous offrent une version sublimée et moderne de l’œuvre de Zola. La Curée, c’est l’argent tout-puissant qui nourrit le vice et la débauche. Une critique sociale corrosive d’une incroyable actualité.

Auteurs : Eric Stalner (dessinateur), Cédric Simon (scénario)
Éditions Les Arènes

Partager