L’Empire libéral

Auteur(s) : ANCEAU Eric
Partager
L'Empire libéral - Éric Anceau © SPM Éditions 2017

Proposées en deux tomes (Tome 1 : Genèse, avènement, réalisationsTome 2 : Menaces, chute, postérité), les 1425 pages de L’Empire libéral d’Éric Anceau, extrêmement denses, sont une analyse à la loupe de la dernière phase du Second Empire, période de bouillonnement politique, de réformation et de modernisation ; en somme, de libéralisation du régime. Occultée par l’échec de la guerre franco-prussienne, cette expérience est enfin remise en perspective. (M. de Bruchard)

Cet ouvrage a été publié avec le soutien de la Fondation Napoléon, de l’université Paris-Sorbonne, du Centre de recherches en histoire du XIXe s., de l’école doctorale 2 (histoire moderne et contemporaine).

Table des matières

Présentation de l’éditeur

Ce bref moment d’histoire que nous abordons ici s’appelle l’Empire libéral, dernier avatar du Second Empire. Né en janvier 1870, ce régime chuta moins de neuf mois plus tard et fut donc un échec cinglant. Était-ce écrit à l’avance ?
Parce qu’il fut d’abord évoqué par ses vainqueurs ou, au contraire, par des bonapartistes de stricte obédience qui y trouvèrent un bouc émissaire idéal, puis par des auteurs qui avaient en tête la fin de l’histoire, il fut très largement présenté comme une expérience vouée à l’insuccès et donc sans grand intérêt. L’histoire n’est pas un tribunal et ne se limite pas à l’étude des vainqueurs. Ce livre entend relater et analyser l’un des plus extraordinaires bouillonnements qui fût, en le réinscrivant dans les deux siècles qui l’encadrent.
Autour du triptyque « ordre, liberté et réformes », se forgea, dans les années 1860, le projet d’une démocratisation libérale impériale destinée à réconcilier les Français et à clore l’ère des révolutions. S’il échoua, certaines idées furent immédiatement condamnées d’autres s’imposèrent à plus ou moins brève échéance. Il est exemplaire et symbolique des grandeurs et des misères nationales. Il constitue une modeste contribution à la quête de ce que Marcel Proust appelait « la clé de la France » une clé qui donne accès aux mystères et aux comportements du peuple français.

Année de publication :
2017
Lieu et maison d'édition :
Paris, Éditions SPM
Nombre de pages :
1 425 p.
Pour commander :
grâce à notre partenaire la Librairie Fontaine Haussmann et aux sites ParisLibraries.fr et  PlaceDesLibraires.fr.
Partager