Marie-Louise

Auteur(s) : VIAL Charles-Éloi
Partager
Marie-Louise, Charle-Éloi Vial © Perrin 2017

Charles-Éloi Vial nous avait déjà fait découvrir une Marie-Louise presqu’inconnue en publiant une version intégrale annotée de ses journaux de voyages après la chute de l’Empire. La jeune femme à la sensibilité artistique fuyait ses propres sentiments en écrivant ces carnets intimes qui paradoxalement en disaient peu sur elle. Approfondissant ce portrait en creux dans son nouvel ouvrage, le biographe considère l’ensemble de la vie de cette princesse impériale autrichienne devenue impératrice à 18 ans d’un peuple étranger qu’elle craint. Il ausculte l’adaptabilité dont la jeune femme puis mère fait manifestement preuve jusqu’à trouver un équilibre idéal avec l’Empereur.  Cachée dans l’ombre de Napoléon, jouant de sa candeur parfois feinte, Marie-Louise se dévoile encore mieux une fois chassée du trône d’impératrice et de retour en terre natale devenue presque hostile : Vienne et la cour de son père est alors tout occupée par le congrès des Alliés mais Marie-Louise parvient à tirer son épingle du jeu européen. Ce que révèle la biographie tient en plusieurs qualités qu’on ne soupçonne pas chez cette personnalité : sa détermination (elle lui permet de décrocher le duché de Parme et une meilleure place pour son fils aîné), sa rébellion (lorsqu’elle se « mésallie » par deux fois et fonde une seconde famille à la vie bourgeoise, cachée loin de la cour de Vienne) et l’utile capacité à tempérer sous des dehors ingénus et doux les deux fortes tendances précitées.
Si les passionnés de l’histoire de l’Empereur lui pardonneront difficilement qu’elle l’ait abandonné, ils trouveront ici un portrait plus équilibré et plus complexe de la seconde épouse de Napoléon. (M. de Bruchard)

Présentation de l’éditeur

Le véritable portrait de la souveraine la moins connue et la plus détestée de l’histoire du Premier Empire.
À l’instar de sa tante Marie-Antoinette, Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine a été victime de sa légende noire. En 1810, son mariage avec Napoléon fait d’elle le symbole de la paix fragile entre la France et l’Autriche. Mère de l’héritier du trône impérial, elle soutient Napoléon malgré ses premières défaites.
Pourtant, dès 1814, lorsqu’elle refuse de rejoindre son mari à l’île d’Elbe, le regard change et l’épouse modèle se transforme en traîtresse. Depuis lors, elle passe pour une femme égoïste, futile, infidèle et nymphomane.
En s’appuyant sur des archives inédites, Charles-Éloi Vial s’applique avec talent à restituer la personnalité de cette princesse cultivée au tempérament d’artiste, dévouée à sa famille et à ses enfants. Devenue duchesse de Parme grâce au soutien des Alliés, elle joue aussi un rôle majeur sur l’échiquier diplomatique européen pendant trois décennies. Au fil des pages, nous découvrons ainsi un destin hors du commun et une personnalité ignorée, révélée par un historien d’envergure.

Année de publication :
2017
Lieu et maison d'édition :
Paris, Perrin
Nombre de pages :
448 p.
Pour commander :
grâce à notre partenaire la Librairie Fontaine Haussmann et aux sites ParisLibraries.fr et  PlaceDesLibraires.fr.
Partager