1804, le Code civil des Français >Napoléon couronné par le temps écrit le Code civil > tableau/allégorie de Mauzaisse (1833) commenté

À l’école
Révolution / Consulat / 1er Empire
Partager

Qu’est-ce qu’une allégorie ? Comment comprendre ce tableau ? Quelques clés pour étudier cette œuvre en classe.

1804, le Code civil des Français >Napoléon couronné par le temps écrit le Code civil > tableau/allégorie de Mauzaisse (1833) commenté
"Napoléon Ier couronné par le Temps, écrit le Code Civil", par Jean-Baptiste Mauzaisse
© RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) / Daniel Arnaudet

Le peintre Jean-Baptiste Mauzaisse peint cette allégorie intitulée « Napoléon couronné par le temps écrit le Code civil » : il veut montrer que Napoléon Ier a donné au peuple français un code de lois qui va durer dans le temps, l’Empereur comme son œuvre ne seront pas oubliés. Mauzaisse peint ce tableau en 1833, alors que Napoléon Ier est mort en 1821 et que certains Français sont nostalgiques de l’époque impériale.

Qu’est-ce qu’une allégorie ? Comment comprendre ce tableau ?

On peut voir deux zones dans le tableau, la moitié à gauche et la moitié à droite, traversées toutes les deux par le même nuage…

Dans la partie gauche, Napoléon Ier est assis sur un nuage

Il porte l’uniforme qu’il préfère, celui de grenadier de la Garde impériale, avec plusieurs décorations dont la Légion d’honneur qu’il a créée. Près de lui reposent son célèbre bicorne noir et son manteau gris. Un symbole de l’Empire napoléonien est également représenté : le vois-tu ?

Détail : les symboles napoléoniens dans « Napoléon couronné par le temps écrit le Code civil » par Jean-Baptiste Mauzaisse (1833)
© RMN – musée du château de Malmaison / D. Arnaudet

  • À gauche, on reconnaît l’aigle doré, puis le drapeau aux couleurs bleu, blanc et rouge, tous deux sont accrochés à un long bâton dont on voit l’extrémité à droite : cet étendard était porté devant les armées lors des campagnes militaires, c’est un symbole important de l’Empire qui prend une grande place dans cette partie du tableau ; l’aigle est associé depuis la plus haute antiquité aux victoires militaires et c’est un emblème de la Rome impériale.
  • Aux pieds de Napoléon, à droite, on voit aussi un aigle sous la forme animale, l’Aigle était un des surnoms de l’Empereur.
  • Napoléon est en train d’écrire sur une tablette : on peut lire « Code Napoléon », c’est le nom que prend le Code civil à partir de 1807. Sa position presque centrale montre bien que c’est le sujet principal du tableau.
Détail : Napoléon rédige le Code civil ou Code Napoléon, par Jean-Baptiste Mauzaisse (1833)
© RMN – musée du château de Malmaison / D. Arnaudet

Dans la partie droite du tableau, l’homme âgé, barbu et doté de deux grandes ailes grises, tient une couronne de laurier au dessus de la tête de Napoléon Ier : c’est lui, l’allégorie !

  • Depuis toujours, les peintres (mais aussi les sculpteurs) utilisent des objets ou des personnages facilement identifiables pour rendre compte visuellement d’une idée. Ainsi, très souvent dans les tableaux, le Temps est peint sous les traits d’un homme, ou d’une femme, très âgé.
  • Au pied du vieillard se trouve une faux, un outil avec une grande lame pour couper (faucher) l’herbe. Elle aussi est une allégorie qui symbolise la mort : comme elle est déposée au sol cela signifie qu’elle n’est pas active.
  • Le nuage et les cieux, le Temps personnifié par le vieillard, et la Mort vaincue, sous la forme de la faux déposée : Napoléon Ier et son œuvre, le Code civil, ne seront pas oubliés et entreront dans l’Histoire.

 

Une inspiration de peinture et de l’histoire religieuse

Sans aucun doute, le peintre Mauzaisse s’est inspiré de la tradition : depuis des siècles, les peintres, les sculpteurs et les graveurs représentent le prophète juif Moïse tenant deux tablettes sur lesquelles sont inscrits les dix commandements à respecter. On appelle d’ailleurs ces tablettes les Tables de la Loi.

Ces commandements, transmis par Dieu, posent quelques règles de vie essentielles en société : ils imposent l’égalité et le respect de la propriété d’autrui, des liens du mariage, des parents et de la famille (notamment : honorer son père et sa mère ; ne pas commettre de meurtre ; ne pas commettre de vol ; ne pas porter de faux témoignage ; ne pas convoiter les biens d’autrui).

     

    Moïse et les tables de la Loi (les dix commandements), par Gustave Doré © DR

     

    Les lois humaines, citoyennes, sont représentées comme cette loi divine, sur deux (parfois une) tablettes, par exemple la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen :

     

    Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, 1793
    © RMN-GP, musée Carnavalet

     

    Irène Delage, janvier 2019

    Partager